120 ‘Herzl’ se réunissent à Herzliya
Rechercher

120 ‘Herzl’ se réunissent à Herzliya

Des hommes et des femmes portant le nom du journaliste visionnaire se sont rassemblés pour fêter le 120e anniversaire du premier Congrès sioniste

Une célèbre photo de Theodor Herzl sur le balcon de l'Hôtel des Trois rois de Bâle, en Suisse (Crédit :  CC-PD-Mark, par Wikigamad, Wikimedia Commons)
Une célèbre photo de Theodor Herzl sur le balcon de l'Hôtel des Trois rois de Bâle, en Suisse (Crédit : CC-PD-Mark, par Wikigamad, Wikimedia Commons)

Avant le 120e anniversaire du premier Congrès sioniste organisé en Suisse par Theodor Herzl, 120 hommes et femmes portant son nom se sont rassemblés à Herzliya pour célébrer son héritage.

Le 29 août 1897, Herzl, journaliste né dans ce qui est aujourd’hui la Hongrie, avait réuni à Bâle environ 200 participants venus de 17 pays, dont 69 délégués de diverses sociétés sionistes. Cette rencontre, la première en son genre dans son ampleur, est largement considérée comme un tournant dans l’effort de création d’un Etat juif.

Pour honorer sa contribution à la fondation de l’Etat d’Israël en 1948, une photo de groupe a été organisée autour de 120 hommes et femmes portant le nom de Herzl à la maison des Forces aériennes dans la ville côtière de Herzliya, dont le nom rend également hommage à Herzl.

Herzl Bodinger, ancien commandant des forces aériennes israéliennes, était l’un des participants. Il a déclaré vendredi à la radio militaire que si ses parents lui avaient donné ce prénom en hommage au militant sioniste, c’était également le nom de son grand-père paternel, qui avait « disparu pendant la guerre en Roumanie » et qui aurait été assassiné pendant la Shoah.

Le père de Bodinger avait immigré dans l’Israël pré-étatique en 1933, où il avait épousé une Juive originaire d’Inde. L’oncle Sammy de Bodinger était pour sa part resté en Roumanie, et avait lui aussi prénommé « Herzl » son premier-né. L’oncle et son fils se sont installés en Israël dans les années 1960. Bodinger a indiqué que son cousin figurait lui aussi sur la photo prise à Herzliya.

« On dit que personne n’est irremplaçable, mais je ne sais pas si quelqu’un d’autre aurait pu lancer ce formidable processus que Herzl a mis en mouvement, avec toutes les disputes, même sur une éventuelle opportunité d’établir un foyer juif en Ouganda ! », a dit Bodinger à la radio militaire. « Cela a finalement bien tourné, malgré les querelles. Les Juifs se querelleront toujours. »

Résumant l’événement qu’il avait organisé, Herzl avait écrit dans son journal : « A Bâle, j’ai fondé l’Etat juif. Si je dis cela aujourd’hui à voix haute, je serais accueilli par des rires universels. Dans cinq ans peut-être, dans cinquante ans sûrement, le monde entier le verra. »

Le ministère des Affaires étrangères a lancé au début du mois une campagne sur les réseaux sociaux pour fêter ce cent-vingtième anniversaire. Il a créé un compte sur Twitter nommé @HerzlTweets, qui présente des citations du journaliste visionnaire.

BuzzFeed a publié son propre hommage à Herzl au début du mois, lui accordant le prix de la plus belle barbe de tous les participants du premier Congrès sioniste dans un article intitulé « Les plus belles barbes du premier Congrès juif – classement« .

Herzl n’a aujourd’hui aucun descendant direct. Son seul petit-fils s’est suicidé en 1946.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...