12,1 millions de Palestiniens à travers le monde
Rechercher

12,1 millions de Palestiniens à travers le monde

Près de 4,6 millions de Palestiniens vivent dans les Territoires

Un Palestinien arborant le drapeau palestinien (Crédit : AFP)
Un Palestinien arborant le drapeau palestinien (Crédit : AFP)

Le Bureau central palestinien des statistiques a annoncé mardi avoir recensé 12,1 millions de Palestiniens, dont 4,6 millions vivent dans les Territoires et le reste à l’étranger.

Selon ces chiffres, à la fin de l’année 2014, 2,8 millions de Palestiniens vivaient en Cisjordanie et 1,8 million dans la bande de Gaza –où la densité atteint 4.904 habitants au kilomètre carré, l’une des plus fortes au monde. Parmi eux, 43,1 % sont des réfugiés dans les deux régions.

Le reste des Palestiniens se trouvent en exil, pour une grande partie dans les 31 camps de réfugiés installés par les Nations unies en Syrie, au Liban et en Jordanie.

Au total, 5,49 millions de Palestiniens sont enregistrés auprès de l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens.

Ces chiffres ont été dévoilés à l’occasion de la commémoration, qui aura lieu vendredi, du 67e anniversaire de la « Nakba », la « catastrophe » en arabe, qui correspond à la création de l’Etat d’Israël en 1948.

En 1948, affirme dans un communiqué la directrice du Bureau des statistiques, « 1,4 millions de Palestiniens habitaient dans 1.300 villes et localités de la Palestine historique ».

A l’issue du conflit, « Israël a pris le contrôle de 774 villes et villages, en a détruit 531 et commis 70 tueries et massacres qui ont conduit à la mort de 15.000 personnes », poursuit-elle.

Après cette guerre, environ 154.000 Palestiniens ont pu rester sur leurs terres. Leurs descendants, les Arabes israéliens, sont aujourd’hui près d’un million et demi.

D’autres chiffres, rendus publics par l’ONG israélienne des droits de l’Homme ACRI, indiquent que les Palestiniens représentent 37 % de la population de Jérusalem.

Parmi eux, 75 % vivent sous le seuil de pauvreté et près de 40 % de leurs habitations sont menacées de destruction, car ils n’ont pas obtenu de permis de construire des autorités israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...