Rechercher

155 millions de shekels alloués aux violences faites aux femmes

Merav Michaeli, présidente de la commission ministérielle sur l'égalité des sexes, a expliqué "qu'il est temps de transformer les paroles en passage à l'acte"

Des activistes protestent contre les récents cas de violence contre les femmes à Tel Aviv, le 7 mars 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des activistes protestent contre les récents cas de violence contre les femmes à Tel Aviv, le 7 mars 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La ministre des Transports, Merav Michaeli – qui est également présidente de la nouvelle commission ministérielle consacrée à l’égalité entre les sexes – a annoncé dimanche que la somme de 155 millions de shekels serait allouée à un plan national de lutte contre les violences faites aux femmes.

« Il est temps de transformer les paroles en passage à l’acte », a déclaré Michaeli lors de la toute première réunion de cette commission qui a été formée le mois dernier.

Elle a expliqué que les violences faites aux femmes devaient être considérées comme un défi sociétal qui nécessite que les victimes soient protégées et soutenues.

« Désormais, nous devons injecter ces 155 millions de shekels dans le traitement, dans la prévention, dans la répression – tous ces éléments qui mettront un terme à ces violences terribles et qui nous permettront d’avancer vers l’égalité, vers une vie sans violence », a-t-elle ajouté.

Michaeli a aussi indiqué que le gouvernement travaillait actuellement sur un projet de loi qui reconnaîtra les violences économiques – lorsque l’argent est utilisé comme une forme abusive de contrôle – et qui s’attaquera au phénomène.

« Ce n’est pas une affaire d’opinion, ce n’est pas quelque chose qui peut arriver accidentellement. C’est tout simplement de la violence… même si elle est commise avec des moyens économiques », a-t-elle continué.

Merav Michaeli pendant une conférence dans le nord d’Israël, le 16 novembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Cela fait longtemps que les activistes déplorent un manque d’action à l’encontre des violences conjugales en Israël, en particulier dans les cas où les familles sont inconnues des autorités.

Au mois de juillet, le ministre des Finances Avigdor Liberman avait ordonné l’allocation immédiate de 55 millions de shekels aux efforts de prévention et de lutte contre les violences conjugales.

L’argent est consacré au financement partiel du plan national de prévention des violences conjugales qui a été mis au point par le ministère des Affaires sociales. Approuvé en 2017, moins de la moitié des fonds nécessaires pour sa mise en œuvre avait été transférée à ce moment-là.

Photo d’illustration : Une manifestation contre les violences faites aux femmes à Tel Aviv, le 4 décembre 2018. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

La police et les organisations sociales ont fait état d’une hausse majeure des plaintes pour violences conjugales depuis le début de la crise du coronavirus.

Selon un rapport qui a été publié par le groupe WIZO (Women’s International Zionist Organization) la semaine dernière, 26 femmes avaient été assassinées en Israël en 2020, 13 d’entre elles tuées par leur conjoint. Il y a eu en 2020, 17 victimes de plus qu’en 2019 – année où cinq femmes avaient été tuées par leur partenaire de vie.

La WIZO recense 20 femmes assassinées au sein de l’État juif en 2021.

Des statistiques publiées par le ministère des Affaires sociales, mercredi, montrent aussi une augmentation du nombre d’appels passés à la hotline mise en place par le ministère pour signaler les violences conjugales.

Ainsi, les chiffres indiquent que la hotline avait reçu 7 977 appels à la fin du mois d’octobre 2021 – une hausse de 10 % par rapport à l’année dernière. 4 382 appels signalaient des violences commises par un conjoint.

La hotline – le 118 – est disponible en hébreu, en arabe, en anglais, en russe et en amharique.

Ces chiffres ont été diffusés avant la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, marquée dans le monde entier en date du 25 novembre.

Amy Spiro a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...