L’opposition fustige Gamzu qui a autorisé l’entrée de 17 000 étudiants étrangers
Rechercher

L’opposition fustige Gamzu qui a autorisé l’entrée de 17 000 étudiants étrangers

Liberman avertit qu'Israël paiera un "lourd tribut" pour cette initiative et accuse Ronni Gamzu d'avoir "échoué dans sa prise de décision"

Des hommes juifs étudient la Torah en petits groupes à la Yeshiva Orot Shaul de Tel Aviv, le 7 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)
Des hommes juifs étudient la Torah en petits groupes à la Yeshiva Orot Shaul de Tel Aviv, le 7 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Lundi, Ronni Gamzu, l’officiel en charge de la réponse d’Israël à la crise du coronavirus, a approuvé un plan visant à permettre à des milliers d’étudiants étrangers d’entrer dans le pays, quelques jours après s’être publiquement opposé à cette décision, et déclenchant les critiques des députés de l’opposition.

Selon le ministère de la Santé, 2 000 étudiants universitaires et 12 000 étudiants de yeshivot pourront entrer en Israël pour leurs programmes respectifs. 5 000 autres participants au programme Masa, 500 élèves d’échanges de lycée sur le programme Naale et 1 500 personnes dans des institutions privées pourront aussi entrer dans le pays.

Un communiqué du ministère notait que 17 000 étudiants allaient être autorisés à entrer dans le pays, même si on ne savait pas précisément à quoi ces chiffres devaient correspondre.

Le ministère n’a pas précisé quand les étudiants seraient autorisés à entrer dans le pays. Israël interdit l’entrée sur son territoire à presque tous les étrangers. Tous les arrivants, Israéliens ou non, doivent passer par une période de quarantaine de deux semaines.

Les députés de l’opposition ont interpellé Ronni Gamzu, qui a été nommé au poste de responsable du coronavirus le mois dernier, pour cette décision, avertissant qu’elle allait entraîner des contaminations et mettre davantage à contribution le système de santé.

« Avec tous les efforts diplomatiques du professeur Gamzu, c’est un échec dans la prise de décision », a déclaré le leader d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, lors d’une réunion de faction. « C’est une mauvaise décision et nous allons en payer le prix fort. »

Le président d’Yisrael Beytenu Avigdor Liberman porte un masque de protection lors d’une réunion du parti à Tel Aviv, le 7 juin 2020. (Tomer Neuberg / Flash90)

M. Liberman a également mis en garde le gouvernement contre le fait d’autoriser les Israéliens à se rendre en Ukraine en septembre, pour le pèlerinage de Rosh HaShana sur la tombe d’un maître hassidique.

Un autre membre de son parti, la députée Yulia Malinovsky, a tweeté : « J’espère que le professeur Ronni Gamzu a accepté d’approuver l’entrée de 17 000 étudiants et étudiants de yeshiva pour des raisons de fond et non à la suite de pressions. De plus, j’espère qu’il comprend les conséquences de cette décision. »

La députée Merav Michaeli, membre de la coalition du Parti travailliste qui vote avec l’opposition, a adressé une pétition au ministère de l’Intérieur, demandant des explications sur cette « grave discrimination », car des membres de la famille de citoyens israéliens se voient refuser l’entrée dans le pays depuis des mois en raison de la pandémie.

« Il a été annoncé aujourd’hui qu’il a été décidé d’approuver l’entrée de 17 000 élèves et étudiants de yeshiva qui ne sont pas des citoyens israéliens, alors que des parents de citoyens israéliens se sont vu refuser l’entrée depuis de nombreux mois », a écrit Michaeli sur Twitter. « Je voudrais demander : 1. Dans quel monde vivons-nous ? 2. Pourquoi les élèves et les étudiants des yeshivot ont-ils la priorité sur les parents des citoyens israéliens ? »

Illustration : une salle d’étude de la yeshiva Mir Brachfeld à Modiin Illit, le 26 août 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Selon le plan validé lundi par Gamzu, après avoir indiqué qu’il le bloquerait, les étudiants devront être isolées dans des structures pouvant accueillir jusqu’à six personnes pendant 14 jours après leur arrivée. Seuls les établissements qui reçoivent l’approbation du ministère de la Santé seront autorisés à les accueillir.

Ronni Gamzu a donné l’instruction aux officiels du ministère de recruter des inspecteurs spéciaux pour superviser les conditions de mise en quarantaine dans les établissements accueillant des étudiants étrangers.

« Une violation des règles [de quarantaine] constitue une violation des règles de séjour en Israël – et tout ce que cela implique à la fois pour l’étudiant et l’établissement », a prévenu le ministère de la Santé.

Dimanche, Gamzu a déclaré que tout étudiant étranger contrevenant aux règles de quarantaine pourrait être expulsé.

L’annonce intervient après que Gamzu a critiqué la décision d’autoriser l’entrée des étudiants avant les vacances d’automne lors d’un entretien samedi. De nombreux étudiants de yeshivot doivent venir des Etats-Unis, le pays le plus durement touché par l’épidémie.

Le professeur Ronni Gamzu lors d’une conférence de presse, le 28 juillet 2020. (Capture d’écran YouTube)

« Nous devons faire ce qui est sage et éviter un autre rebond » des cas, a déclaré Gamzu à la Douzième chaîne.

La décision de lundi a également donné lieu à un affrontement virulent entre le député Eli Avidar, d’Yisrael Beytenu, et le député ultra-orthodoxe du Shas Yaakov Asher lors d’une réunion de la commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset.

« Vous êtes en train de tuer votre communauté », a crié Avidar à Asher, le président de la commission. Asher a rétorqué en accusant Avidar « d’antisémitisme ».

Le mois dernier, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri et le ministre de la Santé Yuli Edelstein se sont accordés pour permettre aux étudiants étrangers inscrits dans différents programmes d’entrer dans le pays malgré l’interdiction d’entrée aux étrangers en raison de l’épidémie de coronavirus.

Vendredi, Edelstein a souligné que le programme autorisant l’entrée d’étudiants étrangers ne concernait pas seulement la communauté ultra-orthodoxe. Il a déclaré que la critique de la décision était « antisémite », apparemment en référence à un sentiment anti-haredi.

Edelstein a déclaré à la Douzième chaîne qu’en réalité, la majorité des personnes qui entreraient en Israël en vertu du plan ne seraient pas des ultra-orthodoxes. Il a cité le programme de voyages de découverte Masa et les échanges de lycées avec le programme Naale comme des bénéficiaires majeurs.

La plupart des cours commencent en septembre et les études dans les yeshivot doivent commencer vers la dernière semaine d’août.

Le hall d’arrivée vide de l’aéroport Ben Gurion, le 12 juin 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)

Le mois dernier, le quotidien financier Calcalist a rapporté que l’annulation des voyages pour les jeunes Juifs et pour les jeunes adultes en raison de la crise du coronavirus devrait coûter environ 200 millions de dollars à l’économie israélienne.

Samedi, dans un entretien séparé avec la Douzième chaîne, Gamzu a exprimé son soutien à la reprise du trafic aérien vers Israël à la mi-août.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, il y a 25 167 cas de coronavirus actifs en Israël, sur les 73 231 enregistrés depuis le début de la pandémie. Parmi les cas actifs, 334 personnes sont dans un état grave, dont 100 sous respirateur.

541 personnes sont décédées en Israël des suites du virus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...