191 représentants américains demandent à Trump de soutenir la solution à 2 états
Rechercher

191 représentants américains demandent à Trump de soutenir la solution à 2 états

Signée quasiment uniquement par des démocrates, une lettre ouverte demande au président de réaffirmer “l’engagement bipartisan de longue date” à la solution de deux états

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président américain Donald J. Trump pendant son premier discours devant le Congrès, à la Chambre des représentants, à Washington, D.C., le 28 février 2017. (Crédit : Jim Lo Scalzo/Pool/AFP)
Le président américain Donald J. Trump pendant son premier discours devant le Congrès, à la Chambre des représentants, à Washington, D.C., le 28 février 2017. (Crédit : Jim Lo Scalzo/Pool/AFP)

WASHINGTON – Près de 200 membres de la Chambre des représentants américains ont envoyé vendredi une lettre ouverte au président Donald Trump pour lui demander de réaffirmer le soutien américain à une solution à deux états pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien.

« Depuis des décennies, les présidents américains et les Premiers ministres israéliens de tous les partis politiques ont publiquement soutenu et travaillé vers la conclusion d’un accord de paix qui reconnait le droit d’Israël à exister en tant qu’Etat juif et démocratique, et met en place un état palestinien démilitarisé, coexistant côte-à-côte en paix et en sécurité », ont écrit les élus.

La lettre, initiée par le représentant de Virginie Garry Connolly et le représentant de Caroline du nord David Price, tous deux démocrates, a été publiée juste avant la conférence politique annuelle de l’AIPAC, l’American Israeli Public Affairs Committee, où le vice-président américain Mike Pence et l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, doivent s’exprimer.

Bien que le président Trump n’ait pas retiré explicitement le soutien américain à la solution à deux états, il n’a pas non plus insisté pour qu’elle soit la solution unique au conflit qui dure depuis des décennies, comme l’avaient fait tous ses prédécesseurs récents.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Alors interrogé sur ce sujet pendant une conférence de presse à Washington avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu le mois dernier, Trump avait répondu « je regarde [les solutions à] deux états et un état, et j’aime celle que les deux parties aiment. »

Les membres de la Chambre ont déclaré qu’ils voulaient une position plus forte de la Maison Blanche sur le sujet, nécessaire à la survie à long terme de l’idéal sioniste, ainsi qu’à un futur juste et équitable pour les Palestiniens.

« Nous restons convaincus qu’une solution à deux états est la seule solution qui résoudrait les incidents de violence, maintiendrait Israël comme Etat juif, démocratique et sûr, et fournirait un futur juste et stable aux Palestiniens », ont écrit les élus.

« Nous pensons qu’une solution à un état risque de détruire le caractère juif et démocratique d’Israël, de nier aux Palestiniens l’accomplissement de leurs aspirations légitimes, et de laisser Israéliens et Palestiniens embourbés dans un conflit interminable et insoluble pendant les générations à venir. »

Les représentants ont ajouté à ce message une formule classique au sujet de l’implication américaine dans la négociation d’une résolution au conflit israélo-palestinien.

« Nous devons garantir qu’un accord complet entre les deux parties ne soit pas imposé, et nous nous opposons aux actions unilatérales des deux parties qui repousseraient encore les perspectives de paix », ont-ils écrit.

Nikki Haley devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, à Washington D.C., le 18 janvier 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Nikki Haley devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, à Washington D.C., le 18 janvier 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Certes, l’administration a envoyé des messages peu clairs sur son niveau de soutien à la solution à deux états.

L’ambassadrice de Trump aux Nations unies, Nikki Haley, a déclaré en février que « nous soutenons sans réserve une solution à deux états », et que ceux qui pensent que ce n’est pas le cas sont « dans l’erreur ».

Elle a cependant ajouté que les Etats-Unis envisageaient de nouveaux moyens de promouvoir la paix israélo-palestinienne. « Nous pensons également en dehors du cadre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...