2 Arabes israéliens inculpés pour planification d’attentats et soutien à l’EI
Rechercher

2 Arabes israéliens inculpés pour planification d’attentats et soutien à l’EI

Les deux cousins avaient prévu de rejoindre le groupe terroriste en Syrie, mais sont revenus en Israël quand ils ont entendu les récits des réfugiés

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Muhammad Omar Bader Hassan, à gauche, et son cousin, Ahmad Talal Ahmad Saidah, ont été inculpés par un tribunal  de Nazareth pour soutenir et avoir tenté de rejoindre l'Etat islamique, ainsi que pour la planification de mener des attaques terroristes en Israël, le 24 cécembre 2015  (Photos: Shin Bet)
Muhammad Omar Bader Hassan, à gauche, et son cousin, Ahmad Talal Ahmad Saidah, ont été inculpés par un tribunal de Nazareth pour soutenir et avoir tenté de rejoindre l'Etat islamique, ainsi que pour la planification de mener des attaques terroristes en Israël, le 24 cécembre 2015 (Photos: Shin Bet)

Un tribunal israélien a inculpé jeudi deux Arabes israéliens pour soutien à l’État islamique et pour avoir comploté pour perpétrer des attentats terroristes en Israël, ont annoncé les autorités.

Les deux inculpés avaient l’intention de se joindre à l’effort de guerre de l’organisation terroriste en Syrie et en Irak, s’étant même rendus en Turquie avant de changer d’avis en entendant des récits de ce qui s’y passait, selon le service de sécurité du Shin Bet.

Les cousins, Ahmad Ahmad Talal Saidah, 20 ans, et Muhammad Omar Hassan Bader, 23 ans, ont été arrêtés par la police le 22 novembre, mais les informations sur leur cas ont été maintenues sous embargo jusqu’à leur mise en accusation jeudi.

Saidah, un résident d’Umm al-Ghanam, et Hassan, de Reineh, deux villages proches de Nazareth, ont avoué soutenir l’Etat islamique, en relatant aux enquêteurs leur tentative échouée à rejoindre l’organisation.

Les deux cousins se sont envolés le 25 mai vers la Turquie, une destination d’escale courante pour les étrangers se rendant en Syrie, ont etabli là-bas un contact avec un passeur de l’État islamique qui devait les aider à traverser la frontière.

Cependant, alors qu’ils attendaient pour pouvoir entrer en Syrie et commencer à combattre aux côtés de l’État islamique, les deux cousins ​​ont commencé à entendre des récits de réfugiés sur les atrocités qui y sont commises par le groupe terroriste. Terrifiés, Saidah et Hassan ont décidé de ne pas rejoindre les combats en Syrie, ont-ils dit aux interrogateurs du Shin Bet.

Les deux jeunes gens sont retournés en Israël, mais ont gardé le contact avec l’État islamique, en regardant la propagande du groupe et de parlant avec d’autres partisans de l’EI en Israël. Ils ont également continué à examiner la possibilité de se joindre au groupe terroriste en Irak, notamment en contactant avec un de ses combattants sur place, a indiqué le Shin Bet dans son communiqué.

Dans le même temps, Hassan et Saidah ont commencé à comploter pour commettre des attaques terroristes, et Saidah a également tenté d’acheter une arme à feu dans le but de mener une telle attaque au carrefour Golani au nord d’Israël, qu’ils considéraient comme un bon emplacement pour une attaque car il y a souvent là-bas de grandes concentrations de soldats, ont-ils révélé dit interrogateurs.

Mais avant qu’une telle attaque n’ait être menée, les deux cousins ​​ont été arrêtés par le Shin Bet et la police israélienne.

Saidah a également été reconnu coupable d’avoir pris une photo de lui avec un fusil et d’avoir utilisé l’arme pour tirer en l’air lors d’une cérémonie de mariage dans son village.

Ce cas expose « le grand risque de combiner une idéologie radicale avec un accès facile à des armes illégales », a écrit le Shin Bet dans son communiqué.

Hassan et Saidah ont été accusés par le juge Atrash Shaher du tribunal de Nazareth de soutien à une organisation illégale, de contact avec un agent étranger, de tentative de se rendre dans un pays interdit, de tentative d’acheter une arme illégale et de complot pour commettre un crime.

Saidah a également été accusé de manipulation illégale d’une arme et d’avoir tiré avec elle dans une zone résidentielle.

Des dizaines d’Israéliens ont déjà été arrêtés pour avoir tenté de rejoindre l’État islamique ou de soutenir le groupe terroriste.

Il y a quelques semaines, cinq habitants de Nazareth ont été arrêtés pour soutien à l’État islamique et planification d’attentats terroristes.

Egalement à Nazareth, sept hommes avaient été inculpés en octobre par un tribunal israélien pour tentative de commettre des attaques terroristes en Israël pour le compte de l’Etat islamique, avoir acheté des armes et documenté des bases de l’armée et des postes de police.

Le mois dernier, six Arabes israéliens de Jaljulia ont également été arrêtés pour vouloir se joindre l’Etat islamique, après qu’un septième homme de leur groups ait rejoint avec succès l’organisation en Syrie en deltaplane depuis le plateau du Golan.

Au total, au moins 40 Arabes israéliens sont soupçonnés d’avoir rejoint l’Etat islamique au cours des dernières années, selon les estimations du Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...