Rechercher

2 artistes arabes de la même ville natale remportent un prix prestigieux

Hannan Abu Hussein, 51 ans, et Maria Salah Mahameed, 33 ans, qui se sont frayées un chemin dans le monde de l'art israélien, sont récompensées pour leur travail féministe novateur

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'artiste Hannan Abu Hussein, originaire d'Umm al-Fahm, comme sa consœur Maria Salah Mahameed, toutes deux lauréates du Rapaport Art Prize 2023, qui récompense une artiste établie et une jeune artiste prometteuse. (Crédit : Sigal Galil)
L'artiste Hannan Abu Hussein, originaire d'Umm al-Fahm, comme sa consœur Maria Salah Mahameed, toutes deux lauréates du Rapaport Art Prize 2023, qui récompense une artiste établie et une jeune artiste prometteuse. (Crédit : Sigal Galil)

Il y a plus que quelques similitudes entre les deux lauréates du Prix Rappaport pour les artistes israéliens de cette année, décerné à une artiste chevronnée et à une jeune artiste prometteuse.

Hannan Abu Hussein et Maria Salah Mahameed sont tous deux nées à Umm al-Fahm, une ville arabe du nord d’Israël qui est devenue une sorte de plaque tournante de l’art arabe émergent. Toutes deux créent des œuvres d’art depuis toujours, ont fréquenté des écoles d’art, ont obtenu des diplômes et trouvent leur voie compliquée en tant que femmes artistes arabes dans le monde de l’art israélien, majoritairement juif.

Les deux artistes contribueront à la collection d’art israélien de Ruth et Baruch Rappaport au Musée d’Art de Tel Aviv, recevront un prix en espèces et feront une exposition individuelle au musée.

Leurs parcours reflètent toutefois leurs différentes origines dans la société arabe locale.

Le talent d’Abu Hussein n’a jamais été reconnu par sa famille, très traditionaliste. Aujourd’hui âgée de 51 ans, elle est la plus jeune et unique fille d’un foyer arabe où les règles pour les femmes étaient très strictes. Elle a passé une grande partie de son enfance à la maison avec sa mère ou à dessiner seule dans sa chambre.

Ce n’est que lorsque son frère préféré, Amar, a fréquenté le collège Emek Yezreel, situé à proximité, et qu’il a vu qu’il existait un programme d’art, qu’elle a envisagé d’étudier l’art.

Mais une fois sur place, tout a changé.

Hannan Abu Hussein, lauréate du Rapaport Art Prize 2023, et son œuvre « Dough » 2019. (Crédit : Hadas Golan)

Hannan Abu Hussein a étudié avec la sculptrice Dalia Meiri, formée à Bezalel et basée en Galilée, connue pour ses œuvres monumentales en extérieur, en pierre, en bois et en fer.

« Dalia m’a fait découvrir l’École des beaux-arts Bezalel », a raconté Abu Hussein.

Alors que ses frères ont obtenu des diplômes à l’université de Tel Aviv et à l’université de Haïfa, elle ne pensait pas être acceptée dans cette prestigieuse école d’art.

Et même après avoir été acceptée, elle a été fortement critiquée par ses frères et a gardé ses distances avec sa famille dans les mois qui ont précédé son déménagement à Jérusalem.

Abu Hussein a finalement passé sept ans à Bezalel, où elle a étudié le dessin et la céramique, avant d’obtenir une maîtrise en histoire de l’art à l’université hébraïque. Elle s’est fait une place dans le monde de l’art israélien grâce à ses œuvres qui combinent des objets quotidiens de manière inattendue. Elle enseigne au Shenkar College et au Kibbutz Seminary.

L’artiste Maria Salah Mahameed, lauréate du Rapaport Art Prize 2023. (Crédit : Ethan Mikutski)

Maria Salah Mahameed, 33 ans, est la fille d’un père arabe et d’une mère ukrainienne originaire de Kiev, qui a remporté des prix depuis ses études à l’Oranim College.

Elle se décrit comme quelqu’un qui a toujours été précurseur, dont les œuvres ont été clairement influencées par sa famille et les deux différentes cultures dans lesquelles elle a été élevée.

« J’ai compris à un moment donné que je suis les deux, arabe et ukrainienne, jamais seulement l’un des deux », a déclaré Saleh Mahameed. « J’aime les deux côtés de ma personne, et cela m’intéresse que chaque côté vive en moi, chacun à sa manière. J’aime quand je peux apporter les deux mondes à mon art. »

Pour Saleh Mahameed, l’art est la méthode par laquelle elle aborde cette complexe identité nationale et religieuse. Elle travaille souvent avec du charbon de bois sur une toile qu’elle étale sur le sol pour dessiner, évitant les croquis préliminaires.

Elle met tout sur la table ou, dans son cas, sur la toile.

« Monitor » de l’artiste Maria Salah Mahameed, lauréate du Rapaport Art Prize 2023. (Crédit : Lena Gomon).

Aujourd’hui encore, jeune mère d’un petit garçon et d’un bébé, créant toujours de l’art tout en allaitant, elle décrit le défi que représente le fait d’être couverte de charbon comme sous-produit de son travail et de devoir toujours se nettoyer pour nourrir son enfant.

« C’est aussi ce que je suis », a déclaré Saleh Mahameed, « la Maria féministe qui continue à créer et à élever sa famille, à élever ses enfants de la manière dont je veux qu’ils soient élevés ».

Elle se sent capable d’accomplir tout cela grâce à son passé de jeune femme qui a toujours été soutenue par sa famille.

« Nous venons de la même ville », a déclaré Saleh Mahameed à propos d’Abu Hussein et de leur éducation commune à Umm al-Fahm, « mais nous l’avons vécue différemment. Je vois le monde différemment de Hannan et vice versa. Il y a des différences entre nous, et c’est important. C’est la force de l’art. »

Abu Hussein trouve difficile que sa famille ne s’intéresse pas à son art.

« Maria vient à tous les événements avec sa famille, ils sont là pour elle », a-t-elle déclaré.

« Vagin » de l’artiste Hannan Abu Hussein, lauréate du Rapaport Art Prize 2023. (Crédit : Abu Hussein)

Pour Abu Hussein, l’art a été la trajectoire de sa vie de femme célibataire vivant seule à Jérusalem, qui doit trouver un équilibre entre les soins apportés à sa mère, désormais veuve et vivant toujours à Umm al-Fahm, et sa propre place dans la communauté artistique d’Israël.

« Je vis en Israël et je n’ai pas déménagé à Ramallah », a déclaré Abu Hussein. Elle vit à Beit Safafa, un quartier arabe de classe moyenne situé à l’extrémité sud de Jérusalem. Elle peut y vivre seule tout en étant entourée d’autres arabophones.

Dans le monde d’Abu Hussein, tout le monde sait qu’elle est palestinienne – au même titre qu’ils peuvent facilement identifier un Éthiopien, un Russe ou un Yéménite.

« Telle est la réalité », a-t-elle déclaré.

« Mon corps n’appartient à personne » par l’artiste Hannan Abu Hussein, lauréate du Rapaport Art Prize 2023. (Crédit : Abu Hussein)

Ses œuvres occupent l’espace de son studio de Jérusalem dans les Artists’ Studios au Teddy Stadium, notamment un tapis de pics anti-pigeons peints à la bombe dorée et des sacs remplis de bas enroulés, tendus à l’origine pour ressembler à des rangées d’organes génitaux féminins.

Une œuvre au Musée Eretz Israel comprenait une pile colorée de matelas et une « couverture de dot », constituant une rencontre chargée de souvenirs provenant de foyers arabes et juifs.

Abu Hussein dit avoir choisi d’être une artiste palestinienne dans le monde de l’art israélien. Elle possède une carte d’identité israélienne, expose et enseigne dans le monde de l’art israélien, mais une grande partie de son art traite de politique.

Elle se considère comme faisant partie de l’État israélien, mais en tant qu’Arabe.

Et en même temps, elle participe aux rassemblements contre la réforme du système judiciaire en tant qu’Israélienne.

Une grande partie de son art porte sur la violence à l’égard des femmes, un problème qui a pris de l’ampleur ces dernières années. Elle se sent obligée d’aborder ce sujet, même si ses compatriotes palestiniens lui disent souvent de ne pas étaler en public le « linge sale » de leur société.

Elle se souvient des noms que ses frères lui donnaient, des termes que les garçons utilisaient pour la qualifier lorsqu’elle attendait à la gare routière ou ferroviaire.

« Je n’ignore jamais l’éléphant dans la pièce », dit-elle. « Je me sers de mon art pour rappeler cette histoire. »

Si Saleh Mahameed a grandi une génération plus tard, dans des classes d’art où la moitié des élèves étaient arabes, et avec des parents qui soutenaient ses rêves, elle crée également des œuvres qui traitent de la violence dans la communauté arabe.

« J’ai choisi de traiter des sujets sensibles », a-t-elle déclaré en évoquant le récent assassinat d’un jeune père arabe, victime involontaire d’un attentat criminel à Ein Mahil, où elle vit également. « Nous vivons cela tout le temps. »

Pour toutes les deux, le Prix Rappaport est un grand honneur, même si ce n’est pas le premier qu’elles reçoivent.

« C’est une grande responsabilité pour moi », a déclaré Saleh Mahameed. « Je dois représenter ma communauté, montrer ce qui s’y passe, la montrer différemment de ce que les médias en disent. »

Pour Abu Hussein, ce prix s’ajoute à une longue liste d’honneurs et la pousse à envisager d’autres objectifs, comme une exposition individuelle au Musée d’art moderne de New York ou l’obtention d’un Turner.

« Aucun Israélien n’a encore remporté de Turner, donc cela reste sur ma liste », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.