2 Bosniaques arrêtés en Tunisie dans l’assassinat d’un expert en drones du Hamas
Rechercher

2 Bosniaques arrêtés en Tunisie dans l’assassinat d’un expert en drones du Hamas

Le groupe terroriste avait accusé le Mossad d'être derrière le meurtre de Mohammed al-Zoari, l'un de ses scientifiques

Des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam Brigades, la branche armée du Hamas, avec un portrait de Mohammed al-Zoari, qui a été tué en Tunisie, pendant une cérémonie en son honneur dans la ville de Gaza, le 18 décembre 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des membres des Brigades Ezzedine al-Qassam Brigades, la branche armée du Hamas, avec un portrait de Mohammed al-Zoari, qui a été tué en Tunisie, pendant une cérémonie en son honneur dans la ville de Gaza, le 18 décembre 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

La Tunisie a annoncé mardi l’arrestation de deux suspects dans l’assassinat d’un expert en drones du groupe terroriste palestinien du Hamas, Mohammed al-Zouari.

Les deux hommes sont des ressortissants bosniaques. Il s’agit Albert Sarak et Alain Kamedi, selon le site Walla.

Le 15 décembre 2016, l’assassinat d’al-Zouari avait été attribué au Mossad, notamment par le groupe terroriste du Hamas, qui a reconnu après sa mort que Zouari était une figure centrale dans le développement de son arsenal, et l’avait décrit comme un pionnier dans le développement de ses drones.

Le ministère de l’Intérieur tunisien a déclaré cette semaine que les deux suspects sont entrés en Tunisie par la mer le 8 décembre 2016, une semaine avant le meurtre. Les hommes avaient affirmé être des représentants de compagnies touristiques et avaient visité la région de Djerba et du sud du pays.

Des responsables estiment que les deux suspects planifiaient l’assassinat depuis 18 mois, et ont sollicité les services de citoyens tunisiens.

L’ingénieur tunisien en drones Mohammed Alzoari (Capture d’écran : Aljazeera/YouTube)

Les autorités tunisiennes avaient annoncé en mai avoir arrêté un homme suspecté d’être impliqué dans l’assassinat. Selon les médias arabes, il a été arrêté en Croatie le 13 mars.

Aucun lien n’a été établi entre les suspects bosniaques et l’agence d’espionnage israélienne. On ignore encore l’impact de ces arrestations sur les allégations portées contre Israël par les médias arabes.

Peu après l’assassinat, un responsable du Hamas, Mushir al-Masri, avait déclaré à la radio tunisienne que « l’ennemi sioniste » était le seul élément à bénéficier de l’assassinat de Zouari, et que le Mossad était connu pour ses assassinats des experts capables de développer des technologies militaires, notamment des drones.

Masri avait déclaré qu’Israël voulait éviter que les groupes terroristes palestiniens ne disposent de tels équipements.

Le Hamas avait également accusé Israël du meurtre du scientifique Fadi al-Batsh, 35 ans, en Malaisie en avril.

Mohamed Zouari, ingénieur de 49 ans, était selon le Hamas une personnalité importante du mouvement spécialisée dans le développement de drones. Il a été tué à bout portant d’une vingtaine de balles au volant de sa voiture le 15 décembre 2016, à Sfax.

La voiture dans laquelle Mohammed Al-Zoari a été abattu en Tunisie, le 15 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Un journaliste tunisien avait déclaré à l’époque que le Mossad suivait Zouari depuis un certain temps, et était derrière sa mort.

La deuxième chaîne de télévision israélienne avait déclaré que Zouari aurait reçu des lettres de menaces en raison de ses liens avec le terrorisme palestinien. Cependant, elle avait également rapporté les propos de responsables de la sécurité palestiniens, qui affirmaient que l’enquête sur les circonstances de la mort n’indiquaient pas que l’assassinat a été commis par une agence de renseignement étrangère.

Israël n’a pas encore réagi aux arrestations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...