2 villes espagnoles annulent leur boycott d’Israël après une action en justice
Rechercher

2 villes espagnoles annulent leur boycott d’Israël après une action en justice

Sagunto et Villarrobledo ont annulé leurs mesures pro-BDS après l'intervention d'un groupe pro-israélien. D'autres villes continuent le boycott, plus que partout ailleurs dans l'UE

Illustration : Une manifestation de BDS contre Israël à Barcelone, en juin 2014 (Capture d'écran : YouTube)
Illustration : Une manifestation de BDS contre Israël à Barcelone, en juin 2014 (Capture d'écran : YouTube)

Deux municipalités espagnoles ont annulé leurs motions visant à soutenir la campagne de boycott d’Israël à la suite d’une action en justice intentée par une organisation madrilène consacrée à la défense de l’État juif.

Le conseil municipal de Villarrobledo, une ville de 25 000 habitants située à 160 kilomètres au sud-est de Madrid et connue pour son industrie viticole, a annulé la semaine dernière une motion adoptée en avril qui déclarait que la municipalité faisait partie du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël, ou BDS.

La décision du 21 août faisait suite à une action du groupe ACOM qui, ces dernières années, a encouragé l’abandon, l’annulation ou la suspension de 26 motions de boycott d’Israël par les municipalités espagnoles.

Cette semaine, le conseil municipal de Sagunto, une ville de 64 000 habitants située à 320 kilomètres à l’est de Madrid, près de la ville portuaire de Valence, a également annulé une motion qu’il avait adoptée le 26 juin, la déclarant « espace libre de l’apartheid israélien ».

Ce revirement faisait suite à un avertissement de l’ACOM selon lequel le fait de ne pas annuler la motion entraînerait une action en justice.

Les tribunaux espagnols, y compris la Cour suprême du pays dans deux de ses décisions, ont annulé plus d’une douzaine de décisions adoptées par les municipalités lorsqu’il s’agissait de statuer sur les requêtes de l’ACOM et d’autres organisations. D’autres municipalités ont spontanément supprimé leurs motions de boycott sous la menace de poursuites judiciaires par ACOM.

Malgré de nombreuses victoires sur le mouvement BDS en Espagne, le pays compte encore des dizaines de municipalités qui soutiennent le BDS, plus que dans n’importe quel autre pays membre de l’UE.

En juin, une motion promue par une fraction locale du parti d’extrême gauche Podemos au conseil municipal de Valence, la troisième ville d’Espagne, a été adoptée, déclarant le boycott d’Israël et de Valence « zone exempte d’apartheid israélien ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...