200 rabbins accusent des groupes LGBT de « transformer les pervers en héros »
Rechercher

200 rabbins accusent des groupes LGBT de « transformer les pervers en héros »

Un courrier écrit en défense du grand rabbin de Jérusalem explique que les enfants élevés par les couples homosexuels ont des vies "étranges et pas naturelles"

Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participent à une manifestation contre un amendement de la Knesset refusant la gestation pour autrui pour les couples gays, aux abords de la cour suprême de Jérusalem, le 23 juillet 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participent à une manifestation contre un amendement de la Knesset refusant la gestation pour autrui pour les couples gays, aux abords de la cour suprême de Jérusalem, le 23 juillet 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plus de 200 rabbins religieux sionistes ont publié jeudi une lettre critiquant les groupes de défense des droits LGBT, accusés d’employer un « terrorisme agressif accompagné par un lavage de cerveau ininterrompu de la part des médias » et de transformer des « pervers en héros ».

Ce courrier, signé par des personnalités comme les rabbins Dov Lior, Shmuel Eliyahu, Shlomo Aviner et Tzvi Tau, a été initié par plusieurs groupes orthodoxes et publié dans les médias en hébreu en réponse aux critiques du grand rabbin de Jérusalem Aryeh Stern qui avait tenu des propos anti-LGBT.

Les déclarations de Stern ont suivi une manifestation massive organisée dimanche à Tel Aviv par les groupes de défense des droits des homosexuels qui réclament l’égalité en raison d’une législation gouvernementale qui exclut les couples homosexuels du recours aux services d’une mère porteuse.

Le diffuseur public Kan a fait connaître cette semaine un enregistrement de Stern qui disait : « On ne peut nier la réalité des homosexuels en général mais personne n’évoque le fait que les enfants vivent une existence très étrange et non naturelle en vivant sans une mère et un père ».

Dans leur lettre, les rabbins ont soutenu Stern et ont indiqué qu’il avait simplement « transmis la vérité éternelle de notre sainte Torah et la normalité humaine, à laquelle s’identifient la grande majorité des Israéliens sains d’esprit ».

Aryeh Stern (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Les rabbins ont ajouté que la plupart des Israéliens « sont choqués face aux provocations et à l’égarement de ces groupes de l’abomination, qui organisent des parades insolentes dans les villes israéliennes et défilent même le jour de Tisha Beav — une journée de deuil pour la destruction des Temples, détruits par l’inceste et la haine injustifiée, entre autres ».

Les rabbins ont également accusé les groupes de défense des droits LGBT de « terrorisme agressif accompagné par un lavage de cerveau ininterrompu de la part des médias, comme s’il y avait une sorte de ‘famille’ ici, détruisant la notion de ce qu’est une famille et transformant les pervers en héros ».

Ils ont clamé que ces tentatives « ne réussiront pas à atteindre leur but, comme ce sera également le cas de la tentative de réduire au silence les rabbins et les esprits saints et de les transformer en extrémistes et en hallucinés. Le rabbin Stern veut protéger les enfants d’Israël, qui auront une vie misérable s’ils ne sont pas adoptés par des familles normales ».

Les rabbins ont appelé à ce que les enfants adoptés puissent bénéficier « de leur droit fondamental à vivre dans une famille naturelle, normale, de manière à ce qu’ils grandissent pour devenir des enfants normaux et mentalement sains ».

En réponse à ce courrier, la députée Stav Shaffir, de l’Union sioniste, a appelé les jeunes à rejeter les paroles de ces rabbins.

« Je me tourne vers vous, jeunes femmes et jeunes hommes qui faites vos apprentissages aux côtés de ces rabbins, vous n’êtes pas déviants. Vous êtes merveilleux. Vous êtes de bonnes personnes, vous êtes forts, vous êtes aimants et, le plus important, vous êtes nos égaux », a-t-elle dit. « Il est interdit de passer ne serait-ce qu’une minute sur ces mots durs prononcés par des responsables qui ont dérapé et qui tentent par la force de nous ramener des décennies en arrière. La société israélienne s’est réveillée. Restez forts ».

Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participent à une manifestation contre un amendement de la Knesset refusant la gestation pour autrui pour les couples gays, sur la place Rabin à Tel Aviv le 22 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Uri Kedar, chef du groupe de défense de la liberté religieuse Be Free Israel, a condamné la lettre, qualifiant les rabbins « d’Ayatollahs ».

« Un grand nombre de ces cinglés reçoivent un salaire de l’Etat d’Israël et le silence du Premier ministre [Benjamin] Netanyahu et de la ministre [Ayelet] Shaked montre… qu’ils n’ont pas l’intention de faire quoi que ce soit pour stopper ces religieux qui n’ont aucun dieu », a-t-il commenté.

Ce courrier des rabbins est survenu quelques jours après qu’un nouveau sondage a révélé qu’une majorité d’Israéliens issus de tout le spectre politique soutenait la lutte LGBT en faveur de son inclusion dans le recours à la GPA.

Cette enquête publiée mardi par la chaîne Hadashot a révélé que 56 % des sondés soutenaient les dernières manifestations de la communauté LGBT contre 33 %. Même si les partis de droite sont vus, de manière traditionnelle, comme conservateurs au niveau sociétal, le sondage a montré que 51 % des électeurs du Likud soutenaient le mouvement de protestation et que – peut-être plus surprenant – c’était également le cas de 58 % des électeurs de HaBayit HaYehudi, un parti nationaliste religieux qui tire un important pourcentage de son électorat parmi les élèves des rabbins signataires de la lettre.

Dimanche soir, ce sont environ 100 000 personnes qui se sont rassemblées sur la place Rabin de Tel Aviv pour protester contre l’exclusion des couples gays d’une loi sur le recours à la gestation pour autrui qui a été récemment adoptée. Les militants des droits de la communauté LGBT et leurs soutiens ont également observé une journée de grève sans précédent à travers tout le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...