Rechercher

200 Républicains exhortent Biden à ne pas rouvrir le consulat de Jérusalem

La lettre fait suite à la présentation d’un projet de loi au Sénat; elle soutient que le mouvement créerait une « situation malavisée »

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Illustration : Des activistes palestiniens placent un tee-shirt avec un logo représentant leur futur État sous le panneau du consulat américain pendant une manifestation à Jérusalem, le 21 septembre 2021. (Crédit : AP/Dusan Vranic; Illustration: Joshua Davidovich)
Illustration : Des activistes palestiniens placent un tee-shirt avec un logo représentant leur futur État sous le panneau du consulat américain pendant une manifestation à Jérusalem, le 21 septembre 2021. (Crédit : AP/Dusan Vranic; Illustration: Joshua Davidovich)

Deux cents républicains de la Chambre ont signé lundi une lettre exhortant le président américain Joe Biden à ne pas poursuivre les plans de réouverture du consulat américain à Jérusalem, qui a servi par le passé de bureau de représentation de facto aux Palestiniens.

La lettre envoyée à l’initiative du représentant Lee Zeldin faisait suite à la législation du GOP au Sénat visant à bloquer une telle initiative, qui est devenue la dernière victime de la politique partisane à Washington.

Comme la législation du Sénat coparrainée par 35 législateurs du GOP, la lettre signée par tous les républicains de la Chambre sauf 12 affirme que la réouverture du consulat serait « incompatible avec la loi sur l’ambassade de Jérusalem de 1995, en promouvant la division de Jérusalem ».

Bien que la loi de 1995 n’interdise pas le bureau que Biden cherche à rouvrir, les républicains soutiennent que de tenir la promesse de campagne du président « créerait une situation malavisée dans laquelle les États-Unis auraient essentiellement deux missions diplomatiques distinctes dans la capitale israélienne, y compris l’ambassade des États-Unis en Israël ainsi que le consulat général pour la sensibilisation des Palestiniens dont le gouvernement est basé à Ramallah ».

Les républicains soutiennent également dans la lettre qu’Israël s’oppose à cette décision et qu’elle constituerait une « récompense » pour l’Autorité palestinienne, dont les politiques, affirment-ils, sont « les véritables obstacles à la paix ».

Le député républicain Lee Zeldin de New York prend la parole alors que la Chambre des représentants débat des motions de destitution du président américain Donald Trump au Capitole à Washington, le 18 décembre 2019. (Crédit : House Television via AP)

Le consulat a été fermé par l’ancien président américain Donald Trump en 2019 et son personnel a été intégré à l’ambassade américaine, déplacée dans la ville un an plus tôt, dans ce que les Palestiniens considèrent comme un déclassement de leurs liens avec les États-Unis.

Les responsables américains soutiennent que la réouverture du consulat est simplement un retour au statu quo d’avant Trump et fait partie de la promesse de Biden de renouveler les relations avec les Palestiniens, rompues sous l’administration précédente. En outre, ils soulignent que près d’une douzaine d’autres pays exploitent déjà des consulats à Jérusalem qui desservent les Palestiniens.

Cependant, Israël est opposé au plan de l’administration Biden de rouvrir le consulat, le considérant comme un empiètement de sa souveraineté dans la ville qui conduira à l’ouverture par d’innombrables autres pays de bureaux diplomatiques à Jérusalem destinés à servir les Palestiniens.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a récemment averti le secrétaire d’État américain Antony Blinken que les plans américains risquaient de renverser le gouvernement israélien, qui comprend des partis de droite qui pourraient ne pas être disposés à supporter une telle décision.

Alors que Blinken a informé Israël du plan de Biden de rouvrir le consulat en mai, Washington a par la suite accepté de retarder le déménagement jusqu’à ce que le nouveau gouvernement adopte un budget ce mois-ci, afin de lui donner une chance de se stabiliser.

Néanmoins, Blinken a déclaré que l’administration Biden prévoyait toujours d’aller de mettre en œuvre le plan de réouverture du consulat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...