Rechercher

26 mois de prison pour le soldat qui a accidentellement tué un camarade

Reconnu coupable d’homicide involontaire pour avoir tiré sur Yonatan Granot en 2021, Meiran Mizrahi est condamné à 2 ans de prison avec sursis et rétrogradé au grade de soldat

Le Sgt Meiran Mizrahi, qui a abattu son ami, le Sgt Yonatan Granot, il y a un an, sur une base militaire de la vallée du Jourdain, lors de sa comparution devant le tribunal militaire, à Beit Lid, le 14 septembre 2022. (Crédit : Flash90)
Le Sgt Meiran Mizrahi, qui a abattu son ami, le Sgt Yonatan Granot, il y a un an, sur une base militaire de la vallée du Jourdain, lors de sa comparution devant le tribunal militaire, à Beit Lid, le 14 septembre 2022. (Crédit : Flash90)

Le soldat israélien qui a accidentellement abattu un camarade sur une base militaire de la vallée du Jourdain, l’an dernier, a été condamné à 26 mois de prison par un tribunal militaire, ce mercredi.

L’accusé, le sergent Meiran Mizrahi, avait tiré sur le sergent Yonatan Granot, âgé de 23 ans, appartenant à la brigade Nahal, le 23 février 2021. Il avait été reconnu coupable d’homicide involontaire en avril dernier.

Le tribunal a également levé l’embargo de diffusion sur l’identité de Mizrahi, qui n’était jusqu’à présent connu que par son initiale hébraïque, Mem.

Mizrahi a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis, rétrogradé au grade de soldat et condamné à verser à la famille de Granot 12 000 shekels au titre des dommages et intérêts.

Suite à l’annonce de la condamnation, l’avocat de Mizrahi a publié une déclaration renouvelant les regrets du condamné suite au tragique accident.

« Le soldat et sa famille adressent à nouveau leurs sincères condoléances à la famille de Yonatan Granot, dont la mémoire est bénie », indique le communiqué, ajoutant qu’ils entretenaient de bonnes relations.

Il a ajouté que Mizrahi, toujours « tres affecté par la mort tragique [de son camarade], restait sous traitement psychiatrique en raison du grave stress post-traumatique dont il souffrait ».

Le sergent d’état-major Yonatan Granot, tué par une décharge apparemment accidentelle de l’arme d’un autre militaire sur une base de la vallée du Jourdain (Crédit : autorisation).

Selon les procureurs militaires, Granot a été touché par une balle de calibre 22 tiré par un fusil Ruger, munition normalement utilisée pour la dispersion des émeutes car de moindre létalité que les projectiles de plus gros calibre traditionnellement utilisés par l’armée.

Le jour de l’accident, des soldats s’étaient entraînés avec les fusils. Une fois leur entraînement terminé, ils avaient déposé les fusils à proximité du poste de garde de la base.

Selon les procureurs militaires, aux environs de 22 heures, l’accusé, soldat de la base non qualifié pour utiliser ce type d’arme, a pris l’un des fusils et regardé à travers la lunette sans vérifier au préalable s’il était chargé.

« [L’accusé] a pointé l’arme vers le sommet d’une colline à l’intérieur du camp… Il a regardé à travers la lunette du fusil et appuyé sur la gâchette », ont expliqué les procureurs.

La balle a touché et grièvement blessé à la tête Granot, qui a été transporté par hélicoptère à l’hôpital Hadassah d’Ein Kerem à Jérusalem. Il devait y décéder trois jours plus tard.

Mizrahi est assigné à résidence depuis sa libération de l’armée, l’an dernier.

En novembre, plusieurs officiers de haut rang ont reçu une réprimande officielle et des officiers de rang inférieur ont été démis de leurs fonctions à la suite de ce tragique accident.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...