3 responsables d’un site néo-nazi arrêtés en Espagne
Rechercher

3 responsables d’un site néo-nazi arrêtés en Espagne

Selon les autorités, le site est l'un des plus influents outils néo-nazis dans le monde et vise à propager la haine auprès de ses abonnés hispanophones

Illustration - Des policiers espagnols marchent devant un tribunal de Madrid, le 22 août 2017 (Crédit : AFP Photo/Gabriel Bouys)
Illustration - Des policiers espagnols marchent devant un tribunal de Madrid, le 22 août 2017 (Crédit : AFP Photo/Gabriel Bouys)

La police espagnole a annoncé samedi l’arrestation de trois jeunes hommes présentés comme « les responsables de la version espagnole d’un des sites internet néo-nazis les plus influents » du monde, sous la houlette d’un Espagnol installé en Suisse.

Agés de 21 à 23 ans, « trois hommes ont été arrêtés à Barcelone, Tarragone et Saragosse (nord-est), ils étaient les administrateurs de la section espagnole du site web, visant à propager des messages de haine, antisémites, homophobes et racistes », a expliqué la police dans un communiqué.

Ils alimentaient la version espagnole « d’un journal en ligne diffusé depuis les Etats-Unis » en langue anglaise, propageant l’idéologie néo-nazie et la dévotion envers Adolf Hitler.

Le présumé dirigeant et idéologue de cette section a pu être localisé et entendu en Suisse, selon la police. Il s’agit d’un Espagnol de 29 ans, « considéré comme un référent néo-nazi international, avec un réseau de plus de 50 000 abonnés », selon la même source.

« Très connu sur le réseau, cet individu aurait débuté son activité avec un blog sous le titre ‘alerta judiada’ (alerte juiverie) » qui publiait surtout des articles et vidéos antisémites mais s’en prenait aussi au collectif des lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) ou au mouvement féministe.

L’opération a été menée en collaboration avec l’agence européenne de police criminelle Europol et la police suisse.

Selon la police espagnole, les hommes arrêtés employaient de fausses identités et des serveurs informatiques à l’étranger pour tenter de cacher leur lieu de résidence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...