37 % des soignants font part d’effets secondaires après la 2e dose du vaccin
Rechercher

37 % des soignants font part d’effets secondaires après la 2e dose du vaccin

Selon l'hôpital Ichilov, le symptôme le plus banal est une douleur légère ; les experts israéliens disent que le vaccin ne pose pas "de risque accru" pour les personnes allergiques

Personnel médical recevant un vaccin COVID-19 à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Personnel médical recevant un vaccin COVID-19 à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

L’effet secondaire le plus commun rapporté par ceux qui ont bénéficié de la seconde dose de vaccin contre le coronavirus a été une légère douleur à l’endroit de l’injection, a fait savoir jeudi l’hôpital Ichilov, alors qu’un groupe d’allergologues israéliens ont expliqué que peu de gens avaient eu de réactions allergiques significatives après avoir été immunisées.

Deux semaines après avoir commencé à administrer la deuxième dose, Ichilov a noté que le nombre de personnes ayant ressenti des effets secondaires avait augmenté par rapport à la première injection, ce qui reflète les conclusions des études réalisées sur le vaccin Pfizer-BioNTech.

Ainsi, sur un échantillon de 1 735 personnels soignants, le centre médical a annoncé que presque 37 % des vaccinés avaient rapporté des effets secondaires. L’effet secondaire le plus commun est une légère douleur à l’endroit où a eu lieu l’injection – qui a concerné 15 % des vaccinés.

32 % ont déclaré avoir ressenti une douleur localisée qui avait limité leurs mouvements. 11 % ont fait savoir qu’ils avaient constaté un léger gonflement, 5 % ont déclaré avoir connu des rougeurs localisées et 1,5 % une paresthésie à l’endroit de la piqûre.

L’hôpital a expliqué que 97 % de ceux qui ont rapporté des effets secondaires n’avaient pas contacté un médecin. Seulement 0,28 % d’entre eux ont été amenés aux urgences.

Il a annoncé que plus de 95 % des personnes vaccinées n’avaient montré aucune réaction allergique et que sur ceux pour qui cela avait été toutefois le cas, 1,23 % s’était rendu aux urgences, ajoutant que 86 % des personnes inclues dans l’étude n’avaient pas posé une journée de congé-maladie après avoir reçu le vaccin.

Des employées du secteur médical applaudissent à l’hôpital Ichilov (Sourasky) de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La diffusion de ces données portant sur les effets secondaires ressentis après l’administration de la seconde dose de vaccin anti-COVID-19 survient alors que le ministère de la Santé a diffusé, jeudi, une lettre de l’Association israélienne des allergies et de l’immunologie clinique disant qu’il n’y avait eu que peu de cas significatifs d’allergie au vaccin constatés parmi les 20 millions de doses qui ont été administrées dans le monde, et qu’aucun décès n’avait été enregistré suite à l’injection.

L’association a noté qu’il n’y avait pas de « risque accru » de réaction au vaccin chez les personnes souffrant d’allergie et qu’une approbation de la part d’un allergologue n’était pas nécessaire.

« Cela crée des retards non-nécessaires dans l’administration du vaccin contre la COVID-19 », a noté le comité d’experts dans son courrier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...