4 cargaisons d’armes iraniennes vers le Yémen interceptées depuis avril 2015
Rechercher

4 cargaisons d’armes iraniennes vers le Yémen interceptées depuis avril 2015

Le conflit, qui s'est enlisé avec un pays coupé en deux, a fait 6 900 morts, 35 000 blessés et plus de 3 millions de déplacés, selon l'ONU

Saana, capitale du Yemen (Crédit : CC BY Ai@ce/Flickr)
Saana, capitale du Yemen (Crédit : CC BY Ai@ce/Flickr)

Quatre cargaisons d’armes iraniennes destinées aux rebelles chiites Houthis au Yémen ont été interceptées en mer depuis avril 2015, a indiqué jeudi un haut gradé américain.

« Des navires américains ou de la coalition » arabe intervenant au Yémen en soutien au président de ce pays « ont intercepté quatre cargaisons d’armes venant d’Iran au Yémen », a déclaré le vice-amiral Kevin Donegan à des journalistes sur une base militaire dont la localisation n’a pas été dévoilée.

Ses déclarations sont intervenues huit jours après des accusations du général américain Joseph Votel, qui commande toutes les opérations des Etats-Unis au Moyen-Orient, selon lesquelles l’Iran aurait joué un rôle dans de récentes attaques attribuées aux rebelles yéménites contre des navires américains au large du Yémen.

L’Iran avait démenti, qualifiant ces accusations de « fausses et paranoïaques ».

Les rebelles yéménites sont soupçonnés d’avoir tiré des missiles contre des navires américains à au moins deux reprises début octobre. Les missiles des Houthis s’étaient abîmés en mer avant d’atteindre leur cible.

Les Etats-Unis avaient répondu en tirant à leur tour le 13 octobre cinq missiles de croisière Tomahawk sur trois stations radar des rebelles.

La guerre actuelle au Yémen oppose des forces progouvernementales, soutenues par une coalition militaire arabe commandée par l’Arabie saoudite, à des rebelles Houthis, accusés de liens avec l’Iran et alliés à des forces restées fidèles à l’ex-président du Yémen Ali Abdallah Saleh.

La coalition arabe est intervenue en mars 2015 pour tenter de repousser les rebelles qui s’étaient emparés d’une bonne partie du Yémen, dont la capitale Sanaa.

Le conflit, qui s’est enlisé avec un pays coupé en deux, a fait 6 900 morts, 35 000 blessés et plus de trois millions de déplacés, selon l’ONU.

Comme en Syrie, le Yémen est le théâtre d’une guerre par procuration entre les deux puissances rivales du Moyen-Orient, l’Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite.

Les Américains restent de proches alliés des Saoudiens, bien qu’ils aient amorcé un début d’ouverture en direction des Iraniens à la faveur du règlement en 2015 du contentieux nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...