Rechercher

5 choses à savoir sur l’icône Porsche

Ferdinand Porsche était membre du parti nazi et avait créé à la demande d'Hitler la première Volkswagen qui deviendra la Coccinelle

Le logo du constructeur automobile allemand Porsche AG au siège de l'entreprise à Stuttgart, dans le sud de l'Allemagne, en septembre 2022. (Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP)
Le logo du constructeur automobile allemand Porsche AG au siège de l'entreprise à Stuttgart, dans le sud de l'Allemagne, en septembre 2022. (Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP)

De Ferdinand à Ferdinand

Ingénieur, entrepreneur, pionnier de l’automobile et de l’aéronautique, Ferdinand Porsche (1875-1951) est aux origines de la saga.

Ce natif de l’empire austro-hongrois a d’abord mis son génie de l’innovation au service du groupe allemand Daimler, pour lequel il conçut les premières Mercedes.

Membre du parti nazi, il crée à la demande d’Hitler la première Volkswagen (« voiture du peuple » en allemand) qui deviendra la Coccinelle.

Quelques décennies plus tard, son petit-fils Ferdinand Piëch inscrit son nom dans l’histoire automobile : ingénieur de talent chez Porsche puis Audi, patron de Volkswagen de 1993 à 2002, il en fait un empire international multimarques, dont Audi, Seat, Skoda, Lamborghini, Bugatti, jusqu’à finalement prendre le contrôle de Porsche, au terme d’une guerre familiale. Père de 13 enfants, il est mort en 2019.

Précurseur de l’électrique

Le musée Porsche de Zuffenhausen, près de Stuttgart (sud), présente un drôle d’engin aux allures de diligence. Nom de code : P1. Particularité : conçu et construit en 1898 par Ferdinand Porsche, le véhicule avait une traction électrique.

Deux ans plus tard, l’ingénieur présentait un nouveau modèle « Lohner-Porsche » hybride, avec une propulsion électrique via des moteurs logés dans les moyeux de roues.

A lire : L’ingénieur juif inconnu qui se cache derrière la Coccinelle Volkswagen d’Hitler

Techniquement au point, la production de voitures électriques/hybrides est arrêtée en 1906 à cause de batteries trop lourdes et trop chères, par rapport au moteur à essence.

Ces modèles font désormais le lien entre passé et présent.

Porsche, jaloux des performances de ses bolides à essence, a mis du temps à revenir dans la course à l’électrique, mais récolte de premiers succès avec son modèle « Taycan » sorti en 2019.

Des employés du constructeur automobile allemand Porsche AG inspectent la qualité du vernis des voitures de sport entièrement électriques Taycan sous un canal lumineux à la fin de la chaîne de montage sur le site de production de Stuttgart, dans le sud de l’Allemagne, le 26 septembre 2022. (Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP)

911, nombre magique

En 1963, Porsche fait sensation en dévoilant un nouveau modèle doté d’un moteur à six cylindres.

Le nom envisagé, 901, doit être abandonné car Peugeot revendique le monopole des nombres à trois chiffres avec un zéro au milieu. Va donc pour la combinaison 911, début d’une saga commerciale qui dure encore.

Avec une esthétique générale quasiment inchangée, la 911 représente encore quelque 15 % des ventes.

Le groupe voue un culte au chiffre qui a fait sa légende : chaque numéro de téléphone de l’entreprise commence par 911 après l’indicatif local.

Pour son entrée en Bourse, Porsche a découpé son capital en 911 millions de titres, et le titre sera négocié sous le sigle P911.

La firme compte verser pour l’année 2022 un dividende qui s’élèvera à 911 millions d’euros.

La cloche qui sonnera lors du lancement de l’offre publique initiale (IPO) du constructeur automobile allemand Porsche AG, mise en place à côté du prix d’émission à la Bourse de Francfort, dans l’ouest de l’Allemagne, le 29 septembre 2022. (Crédit : Daniel ROLAND / AFP)

Moteur !

Mafieux, détectives ou bourreaux des cœurs, les héros ayant traversé le grand écran au volant d’une Porsche se comptent par dizaines.

Steve McQueen est l’un des plus célèbres pour son rôle de coureur automobile dans le film « Le Mans » (1971), au volant d’une Porsche 917 sur le circuit des 24 Heures.

Dans le film policier « Bad Boys » (1995), le personnage joué par Will Smith conduit une 911 Turbo, dans une enquête sous haute tension sur un important vol de drogue.

Difficile d’imaginer Al Pacino, alias Tony Montana, baron de la drogue dans « Scarface », sans sa Porsche 928.

Une Porsche 911 bleu ciel aux grands yeux joue l’un des rôles principaux du film d’animation des studios Pixar « Cars » (2006), celui de Sally Carrera, compagne du héros Flash McQueen.

Une Porsche 550 Spyder couleur argent se crashe sur une route de Californie, ce n’est pas du cinéma : le 30 septembre 1955, l’acteur James Dean se tue au volant du bolide qu’il venait d’acquérir.

De gauche à droite : Lutz Meschke, CFO de Porsche, Oliver Blume, PDG de Porsche AG, et Theodor Weimer, PDG de l’opérateur boursier Deutsche Boerse AG, lors du lancement de l’offre publique initiale (IPO) de la société à la Bourse de Francfort, en Allemagne de l’Ouest, le 29 septembre 2022. (Crédit : Daniel ROLAND / AFP)

Dans la course

Rallye de Monte-Carlo, course du Paris-Dakar et surtout 24 Heures du Mans : Porsche a collectionné les victoires en sport automobile.

Le constructeur allemand s’est imposé dix-neuf fois sur le circuit de la Sarthe. Sa première victoire date de 1970 avec la 917, la dernière remonte à 2017, avec la 919 Hybrid.

Référence en endurance, Porsche a été moins constant en F1, où l’écurie a couru entre 1957 et 1962, avant de fournir dans les années 1980 des moteurs à McLaren.

Tentée par un retour en championnat, la firme allemande a vu échouer cet été ses discussions avec l’écurie Red Bull, mais reste à l’affût d’un partenariat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...