5 choses que les Juifs peuvent faire pour aider à la crise des réfugiés
Rechercher

5 choses que les Juifs peuvent faire pour aider à la crise des réfugiés

Envoyer des vêtements ne sera d'aucune utilité, mais voici quelques conseils d'organismes juifs actifs sur le terrain

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Des manifestants devant le Parlement britannique lors d'un rassemblement pro-réfugiés dans le centre de Londres, le 12 septembre 2015 (Crédit photo: JustinTallis / AFP)
Des manifestants devant le Parlement britannique lors d'un rassemblement pro-réfugiés dans le centre de Londres, le 12 septembre 2015 (Crédit photo: JustinTallis / AFP)

L’éminente enseignante de la Bible, Nechama Leibowitz, a écrit dans ses « Etudes sur Chemot » que, puisque le commandement « d’accueillir l’étranger » apparaît dans la Torah un nombre record de 36 fois, « nous sommes invités à nous placer dans la position de l’étranger en nous rappelant ce que nous ressentions quand nous étions des étrangers dans un autre pays ».

Aujourd’hui, alors que les médias internationaux mettent en lumière la crise humanitaire de l’afflux de migrants et de réfugiés en Europe, de nombreuses personnes et organisations juives relèvent le défi de Leibowitz.

Mais pour beaucoup d’autres organismes tels que World Jewish Relief du Royaume-Uni, l’American Jewish Joint Distribution Committee et l’ONG israélienne IsraAid, le travail avec les réfugiés syriens a commencé en 2013 avec le déclenchement de la guerre civile.

« La crise des réfugiés, bien que très médiatisée, n’est pas un problème nouveau. Chaque année, des milliers de personnes fuient les conflits, l’insécurité, les violations des droits de l’Homme et la persécution. La plupart veiennent de Syrie, d’Irak, d’Erythrée, du Soudan ou d’Afghanistan », a déclaré Stacey Swimer du World Jewish Relief lors d’une réunion d’urgence du Board of Deputies of British Jews à la fin de la semaine dernière.

« Ce qui a changé c’est le volume », a déclaré Swimer.

Stacey Swimer du World Jewish Relief (Photo: Autorisation)
Stacey Swimer du World Jewish Relief (Photo: Autorisation)

La réunion a été convoquée en vue de coordonner les réponses de plus de 20 organisations juives du Royaume-Uni à la crise des réfugiés et des migrants qui atteignent lentement leurs rivages alors que le Premier ministre britannique David Cameron a promis d’accueillir 20 000 réfugiés d’ici 2020.

Ailleurs aussi, d’autres organisations juives de diaspora se mobilisent, s’adressent à leurs gouvernements, et lancent des appels d’aide d’urgence.

Retour cependant en Grande-Bretagne, Swimer a fourni un résumé complet de la situation en Europe.

Selon les chiffres du service de surveillance de l’Union européenne, plus de 350 000 personnes sont entrées en Europe entre janvier et août 2015, un afflux qui représente plus que le nombre total de migrants pour l’ensemble de l’année 2014.

Elle a indiqué que bien que l’Europe est actuellement à la une des médias, « en réalité, la grande majorité de ceux qui fuient, restent dans les pays limitrophes de leur pays d’origine ou dans des pays de transit. »

« Par exemple, bien que plus de 120 000 Syriens soient arrivés en Europe récemment, 4 millions de Syriens ont fui ailleurs, surtout dans les pays voisins que sont le Liban, la Jordanie et la Turquie. La Turquie a actuellement 1,8 million de réfugiés syriens », a dit Swimer.

‘Les centres d’accueil grecs sont si gravement insalubres et chroniquement surpeuplés que les conditions peuvent équivaloir à un traitement cruel, inhumain et dégradant en vertu du droit international’

Les pays européens les plus touchés sont ceux qui bordent la Méditerranée, comme l’Italie et la Grèce – principaux points d’entrée vers l’Europe pour les réfugiés de Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. En particulier la Grèce, aux prises avec une grave crise économique à long terme, a vu quelque 235 000 personnes s’introduire par ses frontières cette année.

Et ce qui était autrefois un filet est maintenant devenu une inondation.

« Plus de gens sont arrivés en juillet que dans l’ensemble de l’année 2014. La plupart sont des réfugiés syriens qui font le voyage relativement court de la Turquie aux îles de Kos, Lesbos et Samos – souvent dans des canots pneumatiques fragiles ou des petits bateaux en bois », a déclaré Swimer.

L’infrastructure d’accueil de migrants de la Grèce est faible et est très éloignée des besoins sur le terrain, a-t-elle imdiqué.

« Selon une estimation, les centres d’accueil grecs sont si gravement insalubres et chroniquement surpeuplés que les conditions peuvent équivaloir à un traitement cruel, inhumain et dégradant en vertu du droit international », selon Swimer.

Avec un tel pessimisme, beaucoup de Juifs se demandent sans nul doute maintenant, comment pouvons-nous aider ?

N’envoyez pas de nourriture ni de vêtements

Malgré ce que dit Bébé dans « Dirty Dancing », il y a encore des enfants affamés en Europe. Mais n’emballez pas encore votre rôti : sauf si vous habitez juste à côté d’un camp de transit européen pour les réfugiés, n’envoyez pas de nourriture ni de vêtements.

Shachar Zahavi, le directeur et fondateur de l’ONG israélienne IsraAid, est tout juste de retour à Tel Aviv après un séjour avec les réfugiés et les migrants en Grèce. Il met en garde contre les dons bien intentionnés mais inutiles de nourriture et de vêtements de la part des Juifs d’Amérique du Nord.

« Les collectes de vêtements ne sont pas appropriées; ces gens sont perpétuellement en mouvement », a déclaré Zahavi. Il existe déjà d’importants dons de vêtements, de nourriture et d’eau venant des Européens, a-t-il dit.

« Nous préférons acheter des articles de secours sur le terrain », a-t-il ajouté.

IsraAid recueille des produits de première nécessité auprès des Juifs européens, entre autres sources. « Recevoir des vêtements des Juifs américains n’est tout simplement pas approprié », a-t-il souligné.

Envoyez des porte-bébés

L’ONG IsraAid de Zahavi a lancé cette semaine une campagne appelant à la distribution de porte-bébés en Grèce à ces familles qui sont toujours en mouvement et qui franchissent des frontières.

How to Donate From Israel Your Baby Carriers for Refugees Crossing EuropeYou can send your baby carrier via mail to…

Posted by IsraAID on Thursday, 17 September 2015

La campagne est basée sur l’initiative mondiale Slings for Refugees, qui a recueilli des milliers de porte-bébés à travers le monde en utilisant des campagnes Facebook localisées.

Les personnes intéressées à faire offrir des porte-bébés pratiques, d’une valeur de 50 dollars chacun, peuvent contacter IsraAid par son site Internet, a dit Zahavi.

Offrez votre expertise

Êtes-vous un médecin ou un thérapeute social certifié avec au moins deux semaines de vacances le mois prochain ? Alors IsraAid, et certainement des centaines d’autres organisations d’aide, peuvent utiliser votre expertise.

Depuis la mise en place d’opérations en Grèce et en Serbie, entre autres, l’équipe IsraAid manque de ce personnel médical crucial, a déclaré Zahavi.

L’organisation se chargera du voyage et de l’entretien, a-t-il dit, mais il a demandé que les médecins et les thérapeutes ne contactent IsraAid que s’ils ont au moins deux semaines consécutives à donner car il faut du temps pour constituer une équipe.

Vous n’êtes pas un médecin, mais peut-être vous êtes un as du graphisme ou un expert des médias sociaux ? Ou peut-être que vous savez comment crier sur les toits – au moins dans votre synagogue locale.

Le personnel d'IsraAID aidant les réfugiés à atteindre le rivage après que leur bateau se soit renversé au large de la côte grecque, le 13 septembre 2015 (Crédit : Autorisation  d'IsraAid)
Le personnel d’IsraAID aidant les réfugiés à atteindre le rivage après que leur bateau se soit renversé au large de la côte grecque, le 13 septembre 2015 (Crédit : Autorisation d’IsraAid)

Parmi d’autres initiatives, l’agence des immigrants juifs HIAS qui a plus de 130 ans, a distribué des milliers de tracts dans les synagogues pendant les grandes fêtes pour sensibiliser les gens à la situation des migrants.

In case you missed it, here's the recording of our national briefing call on the Syrian refugee crisis.http://www.hias.org/audio-syrian-refugee-crisis-briefing-call

Posted by HIAS on Friday, 11 September 2015

Et cette initiative apparemment mineure a déjà porté ses fruits.

Selon le directeur des communications de HIAS Bill Swersey, « Nous avons entendu dire que beaucoup, beaucoup de rabbins – voire des centaines – ont abordé cette question pendant les offices de Rosh Hashana et encouragé leurs communautés à agir. »

En plus de travailler avec des partenaires à travers le monde, HIAS a des centaines de collaborateurs sur le terrain dans 12 pays où il offre aux réfugiés une assistance juridique, une aide psychologique, et la formation aux moyens de subsistance durables.

Mila Kunis
L’actrice Mila Kunis née à Odessa a été aidée par HIAS en immigrant aux États-Unis (Photo: Shutterstock)

Initialement chargée de s’occuper des immigrants juifs aux États-Unis – dont, notamment, le Secrétaire d’État Henry Kissinger et l’actrice Mila Kunis – l’organisation aide maintenant des milliers de réfugiés à s’installer aux États-Unis dans certains 22 villes.

Si vous souhaitez faire du bénévolat auprès des réfugiés et des demandeurs d’asile dans votre ville, HIAS vous invite à remplir un formulaire en ligne et vous serez contactés pour vous donner plus d’informations.

Mobilisez votre gouvernement local

La semaine dernière, l’ancien Premier ministre australien Tony Abbott, dans un des derniers actes de son mandat, a annoncé que le pays accueillerait 12 000 réfugiés syriens supplémentaires (soit un total de 25 000) et apporterait un soutien financier à 240 000 autres personnes déplacées dans les pays voisins de la Syrie.

Cette semaine, le pays a également tenu la promesse que Canberra se joindrait à la coalition contre l’Etat islamique et a réalisé son premier raid aérien en Syrie.

Selon l’agence de presse AFP, les États-Unis, le Canada, la Turquie et les pays du Golfe ont déjà été impliqués dans des raids sur les militants est en Syrie, alors que la France a mené des vols de surveillance au-dessus de la Syrie en vue de frappes aériennes.

Il se peut qu’une partie des actions de l’Australie est dûe aux travaux de lobbying par des groupes religieux australiens, dont l’Australia/Israel & Jewish Affairs Council, qui ont participé à une réunion de travail de haut niveau vendredi avec Abbott et trois ministres du gouvernement.

Cette participation à la réunion de haut niveau « était une reconnaissance du rôle éminent de la communauté juive dans le plaidoyer pour un programme d’immigration humanitaire, l’expertise dans l’intégration des réfugiés et le rôle de premier plan dans la lutte contre la xénophobie et les activités des extrémistes racistes et religieux », selon Jeremy Jones de l’Australia/Israel & Jewish Affairs Council.

‘Les organismes juifs australiens pour les affaires publiques, la protection sociale et l’enseignement de la Shoah ont été parmi les voix les plus fortes exhortant l’Australie à augmenter le nombre de lieux pours réfugiés’

« Les organismes juifs australiens pour les affaires publiques, la protection sociale et l’enseignement de la Shoah ont été parmi les voix les plus fortes exhortant l’Australie à augmenter le nombre de lieux pours réfugiés et à contribuer financièrement aux efforts du HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) au Moyen-Orient », a déclaré Jones.

Et d’ajouter : « de nombreuses personnes et organisations juives font partie des efforts pour lutter contre le sectarisme et l’usure de la compassion. »

De même, aux États-Unis, HIAS a exhorté l’administration Obama « à prendre des mesures audacieuses pour réinstaller 100 000 réfugiés syriens aux États-Unis cette année, à fournir une aide humanitaire considérable à l’aide aux réfugiés à l’étranger, et à traiter les causes profondes de la crise ».

L’argent fait tourner le monde

Il va sans dire que toutes les organisations d’aide ne peuvent fonctionner qu’avec un peu d’aide pécuniaire.

Et IsraAid, présente sur le terrain partout dans le monde, n’est pas différente en cela. Pas plus que le World Jewish Relief, fondé à l’origine pour amener en Angleterre des enfants juifs réfugiés avec les célèbres Kindertransports.

La semaine dernière, à la réunion d’urgence Board of Deputies of British Jews, l’organisation et la coordination ont pris la scène principale et un nouveau « site unique » pour l’implication communautaire a été dévoilé.

Sur le site Support Refugees, les Juifs britanniques peuvent trouver des ressources éducatives ainsi que l’endroit où donner de son temps et de l’argent face à l’appel de crise d’urgence du World Jewish Relief pour soutenir les réfugiés en Turquie et en Grèce, qui a recueilli plus de 180 000 livres sterling depuis son lancement le 4 septembre.

Please DONATE today to provide vital food, shelter and medicine for refugees fleeing persecution. Please act now by visiting worldjewishrelief.org/refugee

Posted by World Jewish Relief on Tuesday, 8 September 2015

Un communiqué de presse post-réunion a détaillé quelques-unes des façons dont le World Jewish Relief a utilisé les dons. En Turquie, par exemple, le World Jewish Relief travaille déjà avec le Croissant-Bleu International.

En Grèce, le World Jewish Relief travaille en coordination avec la communauté juive locale. Leur but est d’aider les « groupes vulnérables » comme les mères ayant des nouveau-nés, et de fournir des abris, des couvertures et des kits d’hygiène, ainsi qu’un soutien médical à la frontière nord de la Grèce et dans ses îles.

En outre, depuis 2013, l’organisation a fourni des fournitures scolaires à une partie des 275 000 enfants séjournant dans les camps de réfugiés près de la frontière syrienne.

‘Compte tenus de l’histoire de notre peuple en tant que réfugiés et de notre engagement en tant que Juifs à répondre à cette tragédie humanitaire, nous avons agi’

Comme cela a récemment été rapporté dans le Times of Israel, la coalition juive pour les réfugiés syriens en Jordanie du Joint Distribution Commitee (JDC) a également été sur place dans les camps de réfugiés syriens depuis 2013 aux côtés de l’Alliance multiconfessionnelle pour les réfugiés syriens et a maintenant entamé des opérations prolongées en Europe – et un appel supplémentaire aux dons pour les soutenir.

La nouvelle initiative de financement a déjà recueilli quelque 125 000 dollars et les équipes du JDC ont commencé à travailler en Hongrie en distribuant des denrées de base.

« Compte tenus de l’histoire de notre peuple en tant que réfugiés et de notre engagement en tant que Juifs à répondre à cette tragédie humanitaire, nous avons agi la semaine dernière et avons demandé que la coalition juive pour les réfugiés syriens en Jordanie menée par le JDC, initiée il y a deux ans, élargisse son mandat pour amasser des fonds et allouer des ressources pour travailler avec les réfugiés et les migrants dans le besoin, principalement mais pas exclusivement syriens, au-delà de la Jordanie », a informé vendredi Alan Gill le président du JDC à son conseil d’administration et à son personnel.

Réfugiés syriens  le long d'une ligne de chemin de fer, essayant de passer de la Serbie en Hongrie près de Horgos le 1er  Septembre 2015  (AFP / ARIS MESSINIS)
Réfugiés syriens le long d’une ligne de chemin de fer, essayant de passer de la Serbie en Hongrie près de Horgos le 1er Septembre 2015 (AFP / ARIS MESSINIS)

Un travailleur de terrain du JDC à la frontière hongroise avec la Serbie a écrit la semaine dernière au Conseil : « J’ai été immédiatement bouleversé par le flux apparemment sans fin de réfugiés et de migrants faisant leur chemin sur des voies ferrées à travers la frontière alors que la pluie tombait et que le vent balayait les champs de maïs. Il y a eu une scène absolument chaotique dans les champs boueux quand des centaines de réfugiés tentaient de garder leurs enfants au sec sous des sacs poubelles en plastique, tout en saisissant la nourriture distribuée par des jeunes volontaires, et tentaient d’utiliser un téléphone cellulaire local de quelqu’un pour établir un contact. »

Avec ces scènes à l’esprit, a dit Gill la semaine dernière, le JDC décidera là où il peut être le plus efficace.

« Des espaces sûrs pour les enfants et les femmes, ainsi que des programmes de soutien psychosociaux, sont des interventions vraisemblables », a déclaré Gill.

Raoul Wootliff a contribué à cet article

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...