5 personnes soupçonnées de corruption dans une entreprise publique arrêtées
Rechercher

5 personnes soupçonnées de corruption dans une entreprise publique arrêtées

La police pense que les suspects ont accepté des pots-de-vin pour pousser des nominations et des appels d’offres

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le siège de Lahav 433, l'unité anti-corruption de la police israélienne, à Lod. Illustration. (Crédit : Flash90)
Le siège de Lahav 433, l'unité anti-corruption de la police israélienne, à Lod. Illustration. (Crédit : Flash90)

La police a arrêté mardi cinq personnes qui doivent être interrogées, dont des cadres d’une entreprise publique. Elles sont soupçonnées de corruption et d’avoir accepté des pots-de-vin.

Sur la base de preuves rassemblées pendant une opération sous couverture, les suspects ont été interrogés au quartier général de l’unité nationale de lutte contre les fraudes, Lahav 433, à Lod, a annoncé la police dans un communiqué.

Leurs bureaux et leurs domiciles ont également été perquisitionnés à la recherche de documents et d’ordinateurs qui les liraient aux crimes suspectés.

Le directeur de l’entreprise a notamment été arrêté, à l’instar du directeur du marketing et des fournisseurs externes. Ils sont soupçonnés d’avoir poussé à la nomination d’associés au sein de l’entreprise, et d’avoir fait pression pour l’attribution d’appels d’offre en échange de pots-de-vin.

La police a indiqué que pour les besoins de l’enquête, les suspects pourraient être présentés dans la journée à la cour des magistrats de Rishon Lezion, qui se prononcera sur leur maintien en détention.

Le communiqué précisait que la police ne divulguait pas l’identité des suspects à ce stade de l’enquête, conformément à la loi.

« La police israélienne accorde une grande importance à la répression du crime financier et de la corruption dans les entreprises publiques, afin de présenter à la justice ceux qui contreviennent à la loi », pouvait-on lire.

« La police continuera à enquêter et à dévoiler des processus illicites, comme […] le conflit d’intérêt, la fraude et la corruption », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...