50 000 enfants en Israël sans fournitures scolaires, 20 % sans ordinateurs
Rechercher

50 000 enfants en Israël sans fournitures scolaires, 20 % sans ordinateurs

Selon un rapport d'une organisation caritative, des dizaines de milliers d'enfants n'ont pas le matériel scolaire nécessaire, avec une situation exacerbée par les études à distance

Photo d'illustration : Des élèves et leur enseignante à l'école Hashalom de Mevasseret Zion, près de Jérusalem, le 17 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration : Des élèves et leur enseignante à l'école Hashalom de Mevasseret Zion, près de Jérusalem, le 17 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Plus de cinquante mille écoliers israéliens vont commencer l’année scolaire sans l’équipement dont ils ont besoin, et un cinquième des étudiants n’ont pas d’ordinateur ou l’accès Internet nécessaire pour étudier à distance, selon un rapport publié jeudi.

L’organisation Latet, qui fournit divers services d’aide sociale et alimentaire aux personnes dans le besoin, a déclaré que 53 000 enfants ne disposaient pas des fournitures de base nécessaires pour commencer l’année scolaire, la situation étant exacerbée par la nécessité de suivre un enseignement en ligne.

Zohar, treize ans, qui vient d’une famille à faible revenu et qui a une sœur malvoyante et malentendante et qui vit avec sa grand-mère et sa mère, a raconté à la Douzième chaîne de télévision les difficultés qu’elle rencontre sans les fournitures de base nécessaires aux études.

« [L’école] m’a demandé d’apporter des fournitures scolaires comme des crayons, des stylos, des stylos de couleur, des marqueurs, des cahiers. Je ne les ai pas », a-t-elle déclaré. « Mes amis les ont, mais pas moi. Je reste toujours sur la touche et je regarde mes amis prendre plaisir à utiliser ce qu’ils ont. »

Zohar, 13 ans, dont la famille n’a pas les moyens d’acheter des fournitures scolaires nécessaires, le 27 août 2020. (Capture d’écran/Douzième chaîne)

Les difficultés ont été exacerbées par la nécessité de passer à l’enseignement à distance pendant la pandémie de coronavirus.

« Je n’ai ni ordinateur ni tablette. Je suis obligée d’être avec mon professeur et d’utiliser un ordinateur collectif. Ce n’est pas amusant que chacun puisse voir ce que je fais », a déclaré Zohar, décrivant apparemment une situation dans laquelle l’écran du professeur est partagé avec les étudiants.

Selon un rapport établi par Latet en décembre, avant même le début de la pandémie, quelque 2,3 millions d’Israéliens, dont un million d’enfants, vivaient sous le seuil de pauvreté. L’étude révèle également que près d’un cinquième des Israéliens, soit plus de 1,6 million de personnes, souffrent de précarité alimentaire, soit une augmentation de 2 points par rapport à 2018.

Le produit intérieur brut d’Israël a plongé de 28,9 % au deuxième trimestre 2020 par rapport au premier trimestre, dans le pire ralentissement économique depuis plus de 40 ans, selon une estimation officielle du Bureau central des statistiques au début de ce mois.

Bien que les mesures de bouclage aient été pour la plupart réduites ces derniers mois, le chômage dépasse 21 %, selon les chiffres des services de l’emploi, avec près de 847 500 personnes sans emploi.

Le ministre de l’Education Yoav Gallant, le ministre de la Santé Yuli Edelstein et le responsable de la lutte contre le coronavirus au sein du gouvernement, Ronni Gamzu, ont pris mardi la décision d’ouvrir les établissements scolaires début septembre.

Le ministre de l’Education Yoav Gallant tient une conférence de presse à Tel Aviv, le 6 août 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Les cours se dérouleront conformément au plan « Safe Learning » du ministère de l’Education, qui a été élaboré en réponse à la pandémie. Les effectifs des classes seront réduits dans les plus jeunes classes et l’accent sera mis sur l’enseignement en ligne du CM2 à la Terminale.

Les responsables étudient la possibilité de retarder l’ouverture des lycées dans les villes à fort taux d’infection jusqu’en octobre, après les fêtes juives, a déclaré le ministère de l’Education. Cette décision concernerait les élèves de la Seconde à la Terminale.

Le ministère de l’Education a fait face à des critiques concernant les inquiétudes liées au fait que le système éducatif n’était pas préparé aux nouvelles restrictions imposées par la pandémie. La réouverture rapide des écoles en mai a été rendue responsable de la résurgence du virus, qui avait presque disparu alors que les écoles étaient fermées.

La législation visant à accorder un financement aux écoles pour faire face à la pandémie n’a pas atteint la majorité prévue à la Knesset mercredi soir, alors que la coalition n’aurait pas réussi à rassembler suffisamment de députés pour soutenir le projet de loi avant la semaine de vacances d’été.

Le vote a été reporté après la rentrée scolaire. La commission des finances a déjà approuvé la législation, qui s’élève à 1,75 milliard de NIS (437,5 millions d’euros) pour les écoles.

Israël fonctionne sans budget 2020, ce qui signifie que les ministères doivent utiliser les montants du budget 2019, qui ne couvrent pas la pandémie, alors même que les écoles et autres institutions sont aux prises avec les dépenses liées à la lutte contre le coronavirus.

Des enfants de l’école ultra-orthodoxe Bnei Moshe Kretchnif portent des masques dans leur école de la ville de Rehovot, le 24 mai 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Au début de la semaine, M. Gallant a présenté un nouveau plan pour l’ouverture des écoles, qui ajoutera quelque 4,2 milliards de shekels (1,05 milliard d’euros) au budget annuel de l’éducation, soit une augmentation d’environ 7 % par rapport au budget annuel de 60 milliards (15 milliards d’euros) du ministère.

Gallant n’a pas précisé d’où proviendraient les milliards supplémentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...