50 M de NIS pour moderniser les principaux points de passage en Cisjordanie
Rechercher

50 M de NIS pour moderniser les principaux points de passage en Cisjordanie

L’initiative, visant à moderniser deux points de passage situés au nord et au sud de Jérusalem, a pour objectif de faciliter les conditions de transit et de renforcer la sécurité et l’efficacité

Une image fixe extraite d'un reportage du 15 avril 2016 diffusée sur la deuxième chaîne au carrefour de  Qalandiya, qui a mis en exergue les difficultés rencontrées par les travailleurs palestiniens lors du passage en Israël depuis la Cisjordanie.
Une image fixe extraite d'un reportage du 15 avril 2016 diffusée sur la deuxième chaîne au carrefour de Qalandiya, qui a mis en exergue les difficultés rencontrées par les travailleurs palestiniens lors du passage en Israël depuis la Cisjordanie.

Les forces de l’armée israélienne vont investir 50 millions de NIS (1,3 million de dollars) dans l’élargissement de deux carrefours de Cisjordanie vers Israël pour faciliter le passage des Palestiniens et améliorer la sécurité, a annoncé mardi la dixième chaîne.

Ces points d’entrée sont ceux de Qalandiya, au nord de Jérusalem, et du Tombeau de Rachel dans la ville cisjordanienne de Bethléem au sud.

Cette initiative survient après la promesse faite par le ministre de la Défense Avigdor Liberman au mois de juillet d’améliorer la régulation de ces passages à travers les checkpoints.

Les problèmes se présentant aux carrefours ont des “solutions claires » , à la fois au niveau administratif et au niveau des infrastructures, a-t-il dit. « Tout le monde souffre ici de manière égale, Juifs et Palestiniens, et la situation ne peut pas durer encore ».

Qalandiya est le point de passage principal entre le nord de la Cisjordanie et Jérusalem. Des dizaines de milliers de Palestiniens – dont les habitants de Jérusalem-est, coupés de la ville par la barrière de sécurité israélienne – le traversent quotidiennement à pied et en voiture pour se rendre au travail, à l’école, pour des examens médicaux et autres obligations.

Des Palestiniens traversent le carrefour de Qalandiya, aux abords de la ville cisjordanienne de Ramallah, alors qu'ils se rendent à la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem pour assister aux secondes prières du vendredi, le 17 juin 2016. (Flash90)
Des Palestiniens traversent le carrefour de Qalandiya, aux abords de la ville cisjordanienne de Ramallah, alors qu’ils se rendent à la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem pour assister aux secondes prières du vendredi, le 17 juin 2016. (Flash90)

Les conditions terribles mises en oeuvre sur le carrefour ont attiré au fil des années l’attention des médias israéliens.

Au mois d’avril, la Deuxième chaîne avait présenté “Comme des animaux”, un reportage [en hébreu] montrant des centaines d’hommes, jeunes et moins jeunes, lors de leur arrivée au point de passage dès 4 heures du matin pour s’assurer qu’ils parviendraient à se rendre à l’heure sur leurs lieux de travail en Israël.

Les journalistes avaient suivi les hommes alors qu’ils traversaient un couloir en métal petit et étroit pour pénétrer en Israël. Un voyage qui devrait prendre une demi-heure et qui peut parfois s’étendre sur trois ou quatre heures en raison des procédures appliquées au carrefour, avait révélé le reportage.

Le point de passage de Qalandiya est considéré comme une poudrière ravivant les tensions entre les Palestiniens et la police frontalière israélienne.

Au mois de juillet, un Palestinien était mort alors que les forces de sécurité faisaient face à quelque 1 000 Palestiniens qui avaient déclenché une émeute sur le site.

Au mois d’avril, les gardes de la sécurité civile du carrefour avaient tué par balle Maram Hassan Abu Ismail, 23 ans, et son frère Ibrahim Saleh Taha, 16 ans — tous deux originaires du village de Surif, au centre de la Cisjordanie. Les gardes avaient déclaré qu’ils avaient soupçonné les deux jeunes gens d’avoir programmé une attaque au couteau.

En juillet 2015, un colonel israélien avait tué par balle un adolescent palestinien qui avait jeté une pierre contre son véhicule au checkpoint. Le colonel, Yisrael Shomer, avait été relaxé dans cette affaire par le bureau du procureur des forces armées israéliennes au mois d’avril.

Le second carrefour qui subira des travaux d’expansion est le Checkpoint 300 situé aux abords de la ville cisjordanienne de Bethléem, à côté du lieu de pèlerinage juif du Tombeau de Rachel. C’est un site de passage important vers Jérusalem depuis le sud et qui a été, lui aussi, un lieu de tensions accrues entre les Israéliens et les Palestiniens.

Le Chef d'Etat-Major de l'armée israélienne, le Lt. Gén. Gadi Eisenkot, visite le Tombeau de Rachel à Bethléem, le 11 novembre 2015. (Crédit : Porte-parole de l'office responsable du Tombeau de Rachel)
Le Chef d’Etat-Major de l’armée israélienne, le Lt. Gén. Gadi Eisenkot, visite le Tombeau de Rachel à Bethléem, le 11 novembre 2015. (Crédit : Porte-parole de l’office responsable du Tombeau de Rachel)

Au mois de mai, le ministre des Finances Moshe Kahlon et l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon ont annoncé un plan de plusieurs millions de shekels sur deux ans pour moderniser les carrefours de Cisjordanie, avec pour objectif de les rendre à la fois plus efficaces et plus sûrs.

Yaalon avait indiqué que le programme, qui devrait coûter environ 300 millions de NIS (soit 77 millions de dollars), permettrait de réduire le temps d’attente aux points de passage de 30 à 50 % et d’augmenter la quantité de biens transférés d’environ 30 %.

“Le plan a été créé pour augmenter le nombre de travailleurs palestiniens qui traversent les checkpoints, ainsi que pour améliorer la condition de ceux qui transfèrent des produits susceptibles de subir les tests de qualité et de service », avait annoncé Yaalon dans une déclaration.

Ce plan permettra également de « moderniser le niveau technologique des mesures [de sécurité] mises en œuvre à ces carrefours », avait-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...