6 mois après la marée noire, le goudron s’échoue encore sur les plages d’Israël
Rechercher

6 mois après la marée noire, le goudron s’échoue encore sur les plages d’Israël

L'Autorité israélienne de la nature et des parcs espère terminer le délicat travail de nettoyage manuel des rochers d'ici la fin de l'année

De nouveaux morceaux de goudron ont été rejetés sur la plage de Palmachim, dans le centre d'Israël, six mois après une fuite de pétrole en mer Méditerranée, le 26 août 2021. (Crédit : Shlomi Amran, Autorité israélienne de la nature et des parcs)
De nouveaux morceaux de goudron ont été rejetés sur la plage de Palmachim, dans le centre d'Israël, six mois après une fuite de pétrole en mer Méditerranée, le 26 août 2021. (Crédit : Shlomi Amran, Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Six mois après la fuite de pétrole d’un pétrolier en Méditerranée, qui a recouvert la plupart des plages du pays d’une substance noire et collante, le goudron continue de s’échouer sur les sables du littoral israélien, a indiqué jeudi l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs, en fournissant des photos de la plage de Palmachim, au sud de Tel Aviv.

Des employés spécialement formés par l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs et des ouvriers du nord d’Israël travaillent encore à la main pour retirer la substance huileuse des rochers dans les réserves naturelles et les parcs nationaux du nord d’Israël, de Rosh Hanikra, à la frontière nord, en passant par Shikmona Dor et les plages Habonim, entre autres.

Yigal Ben-Ari, directeur de l’unité marine de l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs, a déclaré qu’environ 55 kilomètres de plage ont été nettoyés dans les zones gérées par l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs jusqu’à présent.

Dix autres kilomètres de rochers et de corniches côtières doivent encore être raclés à la main dans ce que Ben-Ari a décrit comme « un travail difficile dans des conditions de chaleur et d’humidité extrêmes et des conditions de mer qui déterminent l’emplacement et le rythme du travail ».

« J’estime que nous terminerons le travail d’ici la fin de l’année et j’espère que nous réussirons à nettoyer la plupart des rochers du goudron », a-t-il ajouté. Mais, a-t-il noté, « ce matin, nous avons même constaté une nouvelle montée de goudron dans le parc national de Palmachim. »

Des travailleurs grattent le goudron sur des rochers à Rosh Hanikra, le 26 août 2021. (Crédit : Yigal Ben-Ari, Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Israël a été pris par surprise le 18 février par le déversement de quantités massives de goudron sur son littoral méditerranéen à la suite d’une tempête, en même temps que le cadavre d’un rorqual commun d’environ 17 mètres de long.

Au cours des jours suivants, il est devenu évident que les plages de toute la côte méditerranéenne avaient été contaminées et que la faune avait payé un lourd tribut.

À la suite de la catastrophe, la vente de poisson méditerranéen a été temporairement suspendue et les plages ont été fermées, les 17 premiers sites ayant rouvert le 7 mars. Des milliers de bénévoles se sont mobilisés pendant plusieurs jours pour participer au nettoyage.

Les fonctionnaires chargés des questions marines ont déclaré qu’ils ne se souvenaient pas d’un incident d’une telle ampleur. Les dégâts à long terme sur les écosystèmes restent encore à voir.

Selon les résultats d’une enquête menée par le ministère de la protection de l’Environnement à l’époque, la fuite de dizaines de tonnes de pétrole brut a eu lieu entre le 1er et le 2 février, à quelque 130 kilomètres en mer, et provenait du pétrolier Emerald, propriété de la Syrie, qui n’était pas assuré. Le Fonds international d’indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, basé à Londres, a donné son accord de principe pour le versement de dommages et intérêts.

En début de semaine, une énorme marée noire causée par une fuite d’une centrale électrique située à l’intérieur d’une des raffineries de pétrole de la Syrie s’est propagée vers le nord, le long de la côte de ce pays.

Maya Jacobs, directrice de l’organisation israélienne de protection de l’environnement marin Zalul, a déclaré qu’il n’y avait « pas de pétrole sans catastrophe » et que la marée noire syrienne n’était « qu’un avertissement de plus sur la pollution pétrolière dans notre région ».

Zalul et une série d’autres organisations écologiques tentent de mettre un terme à un accord signé l’année dernière entre les Émirats arabes unis et un consortium israélo-émirati, qui prévoit d’utiliser le sud d’Israël comme pont terrestre permettant aux États du Golfe de transporter leur pétrole de la mer Rouge à la Méditerranée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...