606 morts du virus en Israël ; réouverture des lieux culturels extérieurs
Rechercher

606 morts du virus en Israël ; réouverture des lieux culturels extérieurs

Les ministres ont prolongé les mesures visant à limiter les rassemblements publics et à maintenir fermés les bars, parcs aquatiques et lieux de divertissement intérieurs

Sur cette photo du Ministère de la Santé, le ministre de la Santé Yuli Edelstein (centre) rend visite à des patients du service Coronavirus du centre médical Yitzhak Shamir à Tzrifin le 23 juillet 2020. (Autorisation : Ministère de la Santé)
Sur cette photo du Ministère de la Santé, le ministre de la Santé Yuli Edelstein (centre) rend visite à des patients du service Coronavirus du centre médical Yitzhak Shamir à Tzrifin le 23 juillet 2020. (Autorisation : Ministère de la Santé)

Le Conseil des ministres a approuvé dimanche de nouvelles restrictions contre le coronavirus et prolongé les restrictions existantes dans le but de freiner la propagation du COVID-19, dont le bilan vient d’atteindre les 606 morts.

Mais le gouvernement a également annoncé un nouveau plan de réouverture des théâtres, salles de concerts et événements culturels. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que ce plan, qui sera mis en place pour les sites en extérieur divisés en « capsules » pouvant accueillir jusqu’à 20 personnes chacune, serait institué immédiatement, et qu’un projet pour les événements en salle serait « proposé dans les semaines à venir ».

Un certain nombre de ces restrictions confirme la réglementation préexistante déjà en vigueur dans le cadre du plan d’urgence. En vertu de la loi sur le coronavirus adoptée le mois dernier, la Knesset dispose de 24 heures pour annuler ou modifier les restrictions avant qu’elles n’entrent en vigueur. La réglementation précédente expire mardi.

Les nouvelles restrictions qui entreront en vigueur mardi maintiennent la limite des rassemblements à 20 personnes en extérieur et 10 en intérieur, à trois passagers par voiture, et à un client par sept mètres carrés (75 pieds carrés) pour les commerces.

Les commerces auront interdiction de servir les clients qui ne portent pas de masques, devront prendre la température de ceux qui entrent dans leurs locaux, et devront afficher des panneaux décrivant le comportement approprié.

Des Juifs ultra-orthodoxes attendent de traverser une route fermée et portent des masques de protection pour aider à freiner la propagation du coronavirus à Ashdod, en Israël, le 2 juillet 2020. (Autorisation : AP Photo / Ariel Schalit)

Les espaces de restauration partagés sur les marchés en plein air et dans les centres commerciaux seront fermés. Les livraisons devront être laissées à l’extérieur, à la porte de leurs destinataires.

Ces nouvelles restrictions apportent leur lot de mauvaises nouvelles pour de nombreux chefs d’entreprise, prolongeant la fermeture des bars, discothèques, parcs aquatiques, salles de spectacle et autres sites de loisirs.

Mais pour la première fois depuis la première vague de fermetures en mars, le plan de dimanche propose une marche à suivre pour les lieux culturels israéliens.

Le cabinet du Premier Ministre a annoncé qu’il avait approuvé, en accord avec les ministères de la Santé, de la Culture et des Finances, un nouveau plan de réouverture des théâtres, des salles de concerts et des manifestations culturelles. Les représentations auront lieu à l’extérieur et le public sera divisé en « capsules » de 20 personnes, et chaque événement devra être approuvé par le ministère de la Santé en consultation avec le ministère de la Culture.

Netanyahu a déclaré que cette nouvelle étape a été introduite après que lui-même et certains ministres clés ont rencontré des représentants d’artistes et de producteurs. « Nous avons pris la décision d’autoriser des événements dans des espaces ouverts, en capsules et dans un format très contrôlé… C’est une nouvelle importante et elle donne de l’espoir – bien entendu – non seulement aux artistes israéliens mais aussi aux citoyens d’Israël.

Le ministre de la Culture et des Sports, Chili Tropper, a déclaré : « Je suis très heureux que le monde de la culture revienne à la vie… C’est également une bonne nouvelle pour que des dizaines de milliers de personnes, qui sont dans une situation désespérée, retrouvent leurs moyens de subsistance. C’est également une nouvelle importante pour des millions d’Israéliens qui, dans les moments difficiles, pourront à nouveau se tourner vers la culture.

Les décisions du cabinet ont aussi donné aux médecins du ministère de la Santé le pouvoir d’ordonner la fermeture d’une entreprise s’il est confirmé qu’un porteur du coronavirus s’y est rendu.

La police des frontières portant des masques de protection lors de la pandémie de COVID-19 passe devant des magasins fermés sur la Via Dolorosa dans la vieille ville de Jérusalem, le 8 avril 2020. (Autorisation : Gali Tibbon / AFP)

Selon le ministère de la Santé, 763 nouveaux cas ont été confirmés samedi. Au total, quelque 82 670 Israéliens ont été testés positifs au coronavirus depuis que la pandémie est apparue dans le pays en février. À l’heure actuelle, 397 se trouvent hospitalisés dans un état grave, et 118 sont sous respirateur.

En fin de semaine dernière, le ministère de la Santé a déclaré que les hôpitaux israéliens avaient du mal à faire face à la hausse du nombre d’infection. Le centre médical Hadassah Ein Kerem de Jérusalem est l’hôpital le plus submergé d’Israël et a atteint jeudi soir 202 % de la capacité de son service de coronavirus et 204 % vendredi. Selon le site d’information Ynet, l’hôpital envoie des patients dans d’autres centres médicaux pour tenter d’alléger son service. Les responsables ont également envisagé d’ouvrir un nouveau service pour gérer l’afflux de patients.

Quatre autres hôpitaux, dont Shaare Zedek de Jérusalem, fonctionnent à 100 % de leur capacité, voire davantage.

Jérusalem est l’un des points les plus sensibles de l’épidémie en Israël et compte actuellement plus de cas actifs que toute autre ville, avec 3 779.

Ronni Gamzu, responsable de la lutte gouvernementale contre le virus, a déclaré jeudi que le taux d’infection en Israël était le plus élevé au monde par rapport à sa démographie, et a averti que le pays pourrait faire face à un nouveau confinement à l’échelle nationale si les cas confirmés quotidiennement n’étaient pas réduits à des « centaines » d’ici le 1er septembre.

Le Professeur Roni Gamzu. (Autorisation : Flash90)

Il a également présenté son système de code de couleurs, dans lequel les villes et villages subiront des restrictions adaptées à leur taux d’infection local. Dans les villes « rouges », le plus haut niveau, les écoles pourraient ne pas ouvrir à l’automne, a-t-il déclaré, tandis que les villes « vertes » verront un assouplissement de leurs restrictions sur les rassemblements et les événements en plein air.

À la demande de Gamzu, après avoir établi que la réglementation ne réduisait pas le taux d’infection, le gouvernement a décidé jeudi d’annuler les fermetures de week-end des centres commerciaux, magasins et marchés qui avaient été mises en œuvre pour empêcher la propagation du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...