700 000 dollars levés par un réfugié iranien pour la synagogue de Pittsburgh
Rechercher

700 000 dollars levés par un réfugié iranien pour la synagogue de Pittsburgh

Shay Khatiri a expliqué qu'il avait décidé de lancer une campagne de financement en ligne après avoir vu combien le carnage perpétré avait bouleversé une amie juive

Un policier de Pittsburgh marche devant un mémorial de fleurs et d'étoiles dressé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 28 octobre 2018 (Crédit :  AP/Gene J. Puskar)
Un policier de Pittsburgh marche devant un mémorial de fleurs et d'étoiles dressé devant la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 28 octobre 2018 (Crédit : AP/Gene J. Puskar)

JTA — Un réfugié iranien a levé plus de 700 000 dollars pour la synagogue américaine de Pittsburgh où un homme armé a tué 11 personnes dans la matinée de samedi.

Au lendemain du massacre antisémite, Shay Khatiri, 29 ans, a lancé une campagne de collecte de fonds en ligne pour rassembler des dons pour la congrégation Tree of Life. Lundi soir, il avait déjà levé plus de 700 000 dollars, une somme bien supérieure à ses attentes.

« J’ai pensé que dans le pire des cas, on rassemblerait 500 dollars. Ce qui est mieux que rien mais force est de reconnaître que le montant actuel dépasse un peu ce chiffre », a-t-il dit à la chaîne de télévision WJLA, basée à Washington.

Khatiri est réfugié politique, originaire d’Iran et il étudie actuellement à l’école Johns Hopkins, selon WJLA. Il se dit déiste.

Shay Khatiri avec John McCain (Crédit : via Facebook)

L’idée d’organiser cette collecte lui est venue lorsqu’il a vu la réaction d’une amie juive après la fusillade.

« Elle m’a raconté ce qui était arrivé et elle était brisée de chagrin », a-t-il dit à CNN. « En voyant combien elle était bouleversée, j’ai voulu faire un don à la congrégation ».

Khatiri dit que l’afflux des dons lui a redonné du courage.

« Tout le monde dit combien nous sommes divisés », a-t-il ajouté devant les caméras de CNN. « Mais dans un moment tragique comme celui-là, les Américains sont toujours formidables, indivisibles face au traumatisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...