75 ans après sa mort, Orde Wingate reste définitivement un héros en Israël
Rechercher

75 ans après sa mort, Orde Wingate reste définitivement un héros en Israël

Cet officier britannique, connaisseur de la Bible et mangeur d'oignons crus, mort dans un accident d'avion en Birmanie le 24 mars 1944, est considéré comme le père de Tsahal

Orde Wingate a joué un rôle clé dans la formation de la culture militaire d'Israël. Il est commémoré en mars 2012 lors d'une cérémonie à Jérusalem. (Crédit : Matti Friedman/Times of Israel)
Orde Wingate a joué un rôle clé dans la formation de la culture militaire d'Israël. Il est commémoré en mars 2012 lors d'une cérémonie à Jérusalem. (Crédit : Matti Friedman/Times of Israel)

JTA – Peu de soldats non-juifs et encore moins de soldats britanniques sont considérés comme aussi importants en Israël que Orde Charles Wingate, un officier supérieur qui est devenu ici une légende en façonnant l’armée de l’État d’Israël. De nombreuses villes israéliennes ont une rue ou une place Wingate, et les membres de sa famille et d’autres personnes qui portent son nom sont souvent appelés à se souvenir de la dette qu’Israël a envers lui.

« J’avais reconnu en lui un homme de génie et j’espérais qu’il puisse devenir un homme de destin », a écrit le Premier ministre britannique Winston Churchill à Lorna Wingate après la mort de son mari dans un avion militaire américain qui s’est écrasé en Birmanie le 24 mars 1944. David Ben Gurion estimait que Wingate aurait pu devenir le premier chef d’état-major de l’armée israélienne – une possibilité extraordinaire pour un chrétien imprégné d’un sionisme d’inspiration religieuse.

Soixante-quinze ans après sa mort à l’âge de 41 ans, Wingate est honoré et commémoré dans tout Israël dans des institutions fondées en son honneur et par ceux qui perpétuent son héritage.

Village de jeunes Yemin Orde, Hof Hacarmel

Dans ce campus nommé en l’honneur de Wingate au sommet de la crête du mont Carmel, sept membres d’une troupe de théâtre de lycée étaient assis en demi-cercle en récitant des passages sur lui. Il s’agissait de leur première répétition avant une représentation du 1er avril en sa mémoire.

« Wingate est le père de l’armée israélienne. Aujourd’hui, Tsahal utilise toujours les tactiques de Wingate », a déclaré Michael Oren, membre de la Knesset, historien qui a écrit un scénario sur Wingate qui a été retenu par Hollywood mais qui n’a pas été produit.

Fils de missionnaires, Wingate emportait une Bible partout où il allait avant l’avènement de l’État d’Israël et clamait les revendications juives sur la terre alors même que la politique du Mandat britannique devenait anti-sioniste.

Wingate, (au centre), avec des membres des Special Night Squads. (Beit Shturman, via JTA)

Il arriva en septembre 1936 chargé de mettre fin au sabotage par les Arabes d’un oléoduc allant de l’Irak à Haïfa en passant par la vallée de Jezreel, puis forma les combattants juifs de cette région à repousser les attaques pendant la révolte arabe, le soulèvement nationaliste des Arabes palestiniens contre le mandat britannique.

Wingate, un capitaine, forma les unités de forces spéciales [Special Night Squads – SNS] dans lesquels des soldats d’infanterie britanniques et des paramilitaires juifs ripostèrent, souvent sans pitié, contre les insurgés arabes. Les Palestiniens et certains historiens israéliens ont une vision plus sombre des exploits de Wingate, l’accusant de sadisme et ciblant aussi bien les civils que les combattants.

Wingate a formé ses hommes à privilégier l’attaque à la défense.

« Le concept était nouveau pour nous », a écrit Moshe Dayan dans son autobiographie sur sa première rencontre avec Wingate, lorsque ce dernier a tendu une embuscade pendant la nuit. « Les assaillants arabes ont été forcés de réaliser qu’ils ne trouveraient plus de chemin sûr pour eux ».

Wingate a appris l’hébreu. Il avait aussi un côté pour le moins excentrique. Dayan a écrit que Wingate tenait régulièrement des réunions tout nu en mangeant un oignon cru, qu’il portait parfois autour du cou avec une ficelle. Ses troupes étaient souvent soumises à de longs sermons religieux.

Après avoir appris l’influence de Wingate, Ella Brahanu, une élève de seconde de Yemin Orde, a déclaré : « Maintenant je comprends et apprécie cet endroit ».

Kibboutz Ein Harod

A Beit Shturman, un musée du kibboutz Ein Harod qui a servi de base à Wingate pendant la révolte arabe, deux soldats israéliens parcourent le chemin entre le musée et un bâtiment avec une photo de Wingate qui marque son QG.

Les deux hommes sont venus organiser la visite de centaines de recrues de la brigade d’élite israélienne Golani pour un séminaire d’une journée entière sur Wingate.

Les plaques de rue honorant Orde Wingate, comme celle-ci à Haïfa, sont courantes dans tout Israël. (Hillel Kuttler, JTA)

Ils se trouvent dans une salle du sous-sol consacrée à l’officier britannique, qui avait atteint le grade de major-général à sa mort.

Dans une vitrine, la Bible de Wingate, que Lorna a lâchée d’un avion en vol stationnaire sur les habitants du Moshav Ramot Naftali assiégé à la frontière nord du Liban pendant la guerre d’indépendance d’Israël. Un mur évoque les unités de forces spéciales. Sur un autre, des versets du chapitre 7 du Livre des Juges, dont le personnage central, Gédéon, était le héros de Wingate.

Institut Orde Wingate pour l’éducation physique et le sport, Netanya

En juillet dernier, Rick Summers a déjeuné sur une table de pique-nique avec des joueurs de l’équipe nationale du Pays de Galles qui participaient en Israël au World Lacrosse Championship. Summers était l’assistant de leur entraîneur.

Jouant pour l’équipe d’Angleterre qui se rendrait à Baltimore pour le championnat du monde de 1982, Summers avait remis des documents personnels à l’équipe. Un prénom s’est répandu : Orde.

Le père de Summers, Harry, un juif observant qui a servi dans l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, admirait Wingate pour avoir conduit Juifs, Ethiopiens et Birmans à l’indépendance. Wingate commandait les Éthiopiens contre l’occupation italienne – il avait baptisé son unité la Force Gédéon – et il organisa les forces indiennes et britanniques qu’il surnomma les Chindits contre les envahisseurs japonais en Birmanie.

« Mon père a compris qu’il s’agissait d’un homme qui défendait ses convictions et ses principes », a déclaré Summers, un ingénieur de 62 ans originaire de Manchester, en Angleterre.

Ce complexe d’entraînement sportif où se trouvait Summers commémore son homonyme qui, selon Effy Yaacobi, ancien directeur des relations extérieures de l’Institut Wingate, « était un véritable meshuga [fou] de la forme physique ».

A côté de l’institut se trouve une base militaire, Machane Hayedid. Wingate était connu sous le nom « hayedid », (l’ami en hébreu) – à tel point que ses supérieurs l’ont expulsé du pays.

Le musée Shturman du kibboutz Ein Harod abrite la Bible d’Orde Wingate et comporte des extraits du livre des juges, qui parle du héros de Wingate, Gédéon. (Hillel Kuttler, JTA)

Un autre homonyme de Wingate vit dans la banlieue de Washington, DC. Orde Kittrie s’est dit surpris par un courriel de présentation de Summers qu’il a reçu l’été dernier.

« C’est la toute première fois que j’ai le plaisir de rencontrer quelqu’un d’autre qui s’appelle Orde », répondit Kittrie.

Kittrie, 54 ans, senior fellow à la Foundation for Defense of Democracies, consultante pour le Pentagone, où des officiers américains lui demandent parfois : « Êtes-vous nommé d’après… ? » C’est à côté du Pentagone que le père de Kittrie, Nicholas, originaire de Tel Aviv, l’emmenait – « d’aussi jeune que je me souvienne », a précisé Kittrie – aux commémorations annuelles de Wingate au cimetière national d’Arlington. Wingate y est enterré dans une fosse commune avec les autres victimes de l’accident d’avion.

Lorsque le Parlement irlandais a examiné l’année dernière une loi visant à interdire l’achat de biens et de services des implantations israéliennes, Kittrie, qui est avocat, a mis en garde les dirigeants politiques et les chefs d’entreprise irlandais contre la façon dont les lois anti-boycott américaines pourraient nuire aux filiales des entreprises américaines.

L’Irlande va certainement rejeter le projet de loi en raison de pertes économiques potentiellement énormes, a dit M. Kittrie.

Wingate « est une source d’inspiration pour moi », explique Kittrie. « Sa marque de fabrique était d’utiliser des tactiques militaires non conventionnelles. Moi aussi, j’essaie d’utiliser des tactiques créatives pour atteindre les objectifs de sécurité nationale et de politique étrangère ».

Nahariya

Orde Wingate est mort sept semaines avant la naissance de son seul enfant, Orde Jonathan Wingate. Comme son père, son grand-père et ses parents (T.E. Lawrence, connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, était un cousin éloigné de son père), Orde Jonathan a servi dans l’armée britannique.

Son septième cousin, Duncan Orde, vit en Israël depuis 2003. Orde, 60 ans, est apparenté à Ethel Orde-Browne, la mère de Wingate. Dans un café, il a montré son arbre généalogique à un journaliste. La présence d’Orde Wingate sur ce document a aidé Duncan à obtenir des visas de résidence israéliens pour lui-même, sa femme et leurs trois enfants, tous chrétiens. De même que les lettres adressées à Orde de la part de plusieurs soldats des escadrons spéciaux de nuit de Wingate.

« Le simple fait que les anciens membres de la SSN soient si respectés en Israël a manifestement eu du poids », a dit Yaacobi. « Il a produit des résultats ».

Duncan Orde a en main un livre sur son cousin Orde Wingate. (Hillel Kuttler, JTA)

Orde a dit qu’il ressent une « connexion spirituelle » avec Wingate à travers leur attachement commun au sionisme.

« Il estimait que c’était votre patrie, et il a agi en conséquence. Il ne s’est pas contenté d’en parler », a expliqué Orde.

Les fils d’Orde, John-Joseph et Ben, ont aussi agi. Ils ont servi dans Tsahal et vivent avec leur sœur à Jérusalem.

Les commandants de John-Joseph avaient appris l’existence de Wingate dans le cadre d’un cours de formation d’officiers, et se sont enquis de son nom de famille. John-Joseph a confirmé sa parenté avec Wingate.

« Ils ont beaucoup de respect pour Wingate et pour ce qu’il a fait », a déclaré John-Joseph, 24 ans. « C’est chouette de faire partie de la même famille ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...