8 000 fumeurs meurent en Israël chaque année
Rechercher

8 000 fumeurs meurent en Israël chaque année

Selon un rapport du ministère de la Santé, 700 personnes sont tuées par la fumée secondaire ; la consommation décline globalement

Un Palestinien fume dans la Vieille Ville  (Crédit : Neal Badache/Flash90)
Un Palestinien fume dans la Vieille Ville (Crédit : Neal Badache/Flash90)

Les statistiques gouvernementales sur l’usage du tabac en Israël, publiées ce dimanche, montrent que le tabagisme est sur la pente descendante. Et ce même si 8 000 personnes sont mortes en 2014 des suites de maladies liées au tabagisme, et 700 d’entre elles des conséquences du tabagisme passif.

Quelques 19,8 % des Israéliens âgés de 21 ans et plus se sont classés comme fumeurs en 2014, comparativement à 23,1 % en 2013, selon un rapport du ministère de la Santé. Le rapport a été publié dimanche, jour que l’Organisation mondiale de la santé a marqué comme Journée sans tabac.

Davantage d’hommes (27,3 %) que de femmes (12,6 %) fument, indique le rapport. Les taux sont légèrement inférieurs aux chiffres de l’Union européenne, où le taux de tabagisme est en moyenne de 28,5 % pour les hommes et de 17,7 % pour les femmes.

Plus de la moitié des fumeurs a déclaré consommer 10 à 20 cigarettes par jour, tandis que 40 % des femmes ont déclaré qu’elles fumaient moins de 10 cigarettes par jour.

Les ménages israéliens ont dépensé plus de 8,2 milliards de shekels (2,12 milliards de dollars) pour l’achat de produits liés au tabac et de cigarettes en 2014. C’est beaucoup plus que les montants comparatifs dépensés pour les besoins alimentaires de base.

Les dépenses de consommation pour l’ensemble des produits laitiers en 2014 se situaient à 7,5 milliards de shekels (1,94 milliard de dollars). 1 milliard de shekels (259 millions) ont été dépensés pour le fromage jaune, les ventes de couches pour bébés se sont élevées à 600 millions de shekels (155 millions de $) et les ventes de céréales de petit-déjeuner se sont élevées à 619 millions de shekels (160 millions de $).

Les conséquences du tabagisme sur la santé ont également constitué un fardeau à hauteur de 1,7 milliard de shekels (440 millions) pour  le système médical, selon les experts. De plus,  les coûts indirects pour l’économie tels que la perte de productivité et de l’incapacité de travail étaient eux estimé à environ 1,9 milliards de shekels (491 millions de $).

Si l’on regarde les chiffres classés par ethnie, le taux de tabagisme chez les Arabes est de 26,3 %, tandis que chez les Juifs, il se situe à 18,4 %.

Le rapport a recueilli les informations de 2774 personnes, hommes et femmes, à travers un éventail de nationalités et d’ethnies.

Les ménages classés dans le rapport comme ayant un statut socio-économique « faible »  ont consacré jusqu’à 25 % de leur revenu mensuel au tabac et aux cigarettes. Les professionnels médicaux ont averti que ces chiffres pouvaient endommager les normes nutritionnelles et accroître les disparités sociales entre les familles à faible et à revenu élevé.

En outre, 22 % des femmes interrogées ont déclaré qu’elles continuaient de fumer pendant la grossesse et après la naissance, comme le rapporte Ynet.

Par ailleurs, les douanes israéliennes et la police des frontières ont empêché de nombreuses tentatives de contrebande de tabac dans le pays. Les fonctionnaires de la frontière entre Israël et la Jordanie ont intercepté  jusqu’à 40 tonnes de tabac et narguilé, pour une valeur de 24 millions de shekels (6,200,000 de $).

Sur une note plus positive, 26 818 candidats se sont inscrits à un programme pour arrêter de fumer en 2014 dans les cliniques de réadaptation à travers Israël. Plus de 40% sont toujours abstinents un an après.

La Journée mondiale sans tabac est célébrée chaque année le 31 mai pour mettre en évidence les risques pour la santé associés à la consommation de tabac et préconiser des politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac, comme le décrit le site de l’OMS.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...