Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Gallant : Au Qatar, le Hamas jouit de son luxe ; à Gaza, ils sont tués ou se rendent par milliers

80 % des tunnels d'attaques du Hamas pourraient être intacts - média ; De plus en plus de pays ont gelé leur contribution à l'UNRWA ; des sirènes d'alerte à la roquette ont retenti dans le nord et le sud ; Progrès confirmés pour faire libérer les otages

  • Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de réserve de la 11e brigade de l’armée israélienne, le 28 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka)
    Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de réserve de la 11e brigade de l’armée israélienne, le 28 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka)
  • Des milliers de personnes participant à une manifestation anti-gouvernement, place Habima à Tel Aviv, le 27 janvier 2024. (Crédit : Gilad Furst)
    Des milliers de personnes participant à une manifestation anti-gouvernement, place Habima à Tel Aviv, le 27 janvier 2024. (Crédit : Gilad Furst)
  • Des Palestiniens observant les conséquences d'une attaque aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 janvier 2024. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
    Des Palestiniens observant les conséquences d'une attaque aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 janvier 2024. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
  • Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 27 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 27 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des employés de l'agence chargée des réfugiés palestiniens à l'ONU (UNRWA) distribuant des rations de farine et autres approvisionnements aux civils dans un entrepôt de l'UNRWA, à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit :  Mohammed Abed/AFP)
    Des employés de l'agence chargée des réfugiés palestiniens à l'ONU (UNRWA) distribuant des rations de farine et autres approvisionnements aux civils dans un entrepôt de l'UNRWA, à Rafah, dans le sud de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
  • Des Palestiniens constatant les dégâts causés par les bombardements israéliens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
    Des Palestiniens constatant les dégâts causés par les bombardements israéliens à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
  • Des manifestants bloquant le poste frontière de Kerem Shalom, pour protester contre l'acheminement de l'aide à Gaza alors que des otages sont toujours détenus, le 26 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)
    Des manifestants bloquant le poste frontière de Kerem Shalom, pour protester contre l'acheminement de l'aide à Gaza alors que des otages sont toujours détenus, le 26 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)
  • Des manifestants palestiniens exigent la fin de la guerre avec Israël et demandent la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza par l'organisation du Hamas, à Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le mercredi 24 janvier 2024. (Crédit : AP/Adel Hana)
    Des manifestants palestiniens exigent la fin de la guerre avec Israël et demandent la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza par l'organisation du Hamas, à Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le mercredi 24 janvier 2024. (Crédit : AP/Adel Hana)
  • Sur cette image tirée d'une vidéo diffusée par le Hamas le 2 décembre 2023, un terroriste du Hamas tire une roquette Al-Yasin 105 sur un char israélien à Beit Hanoun, à Gaza. (Crédit : Hamas via AP)
    Sur cette image tirée d'une vidéo diffusée par le Hamas le 2 décembre 2023, un terroriste du Hamas tire une roquette Al-Yasin 105 sur un char israélien à Beit Hanoun, à Gaza. (Crédit : Hamas via AP)

Le Hezbollah tire deux missiles antichar, Tsahal répond

Les terroristes du Hezbollah ont tiré deux missiles antichar vers des bases de Tsahal dans la région de Shomera, en Galilée occidentale, dans le nord d’Israël, a indiqué Tsahal, selon la presse.

Aucun dégât ni victime n’est à déplorer.

L’armée répond actuellement par des tirs d’artillerie en direction des sources des tirs.

Israël Katz présente ses condoléances aux familles des soldats américains tués en Syrie

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a présenté ses condoléances aux familles des trois soldats américains tués lors d’une frappe de drone en Syrie.

« Nous sommes unis dans nos valeurs et nous nous battons contre un ennemi commun », a écrit Katz sur X. « On se souviendra toujours de leur sacrifice. Reposez en paix. »

Il a également adressé ses vœux de « prompt rétablissement » à la trentaine de soldats blessés lors de la même attaque.

Le Hezbollah affirme que trois de ses hommes ont été tués lors de frappes aériennes israéliennes

Le groupe terroriste libanais du Hezbollah nomme trois membres tués « sur la route de Jérusalem », une expression que le groupe chiite utilise pour évoquer des terroristes tués dans des frappes israéliennes.

Leur mort porte à 174 le nombre de morts affiliés au groupe terroriste depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

Cette annonce fait suite à plusieurs frappes de l’armée israélienne sur des positions du Hezbollah au Liban aujourd’hui, en réponse à des attaques contre le nord d’Israël.

Le Dôme de fer abat un projectile tiré sur Ashkelon depuis Gaza ; aucun blessé

Une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza sur la ville côtière d’Ashkelon.

Le projectile a été intercepté par le système de défense aérienne Dôme de fer, selon la municipalité.

Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

Des images de caméras de surveillance montrent le lancement depuis Gaza.

Les sirènes des roquettes retentissent à Ashkelon et dans les communautés frontalières de Gaza

Des sirènes retentissent à Ashkelon et dans les communautés frontalières de Gaza, avertissant de l’arrivée potentielle de roquettes.

Les sirènes peuvent être entendues à Ashkelon, Netiv HaAsara et Yad Mordechaï, entre autres.

Cabinet : Les pourparlers pour les otages ont progressé, mais des écarts persistent

Des manifestants brandissant des pancartes lors d'un rassemblement pour demander la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas, près de la résidence du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 janvier 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des manifestants brandissant des pancartes lors d'un rassemblement pour demander la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas, près de la résidence du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 janvier 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le bureau du Premier ministre confirme que la réunion quadripartite concernant un éventuel accord majeur pour la libération des otages entre les États-Unis, Israël, le Qatar et l’Égypte a eu lieu « en Europe » et qualifie les discussions de « constructives ».

« Il reste des écarts importants dont les parties discuteront cette semaine lors de réunions supplémentaires », ajoute le cabinet de Benjamin Netanyahu.

La réunion de Paris entre le directeur de la CIA Bill Burns, le chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, le Premier ministre qatari Mohammed ben Abdulrahman al-Thani et le chef des services de renseignements égyptiens Abbas Kamel s’est achevée, selon la chaîne publique israélienne Kan.

Ils auraient discuté d’un important accord de prise d’otages qui prévoirait la libération de tous les captifs en échange d’une pause de deux mois dans les combats.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas, cependant, a exigé un cessez-le-feu permanent et le retrait de l’armée israélienne de Gaza comme condition sine qua non à tout accord.

Un fonctionnaire diplomatique déclare à Kan que les pourparlers ont progressé.

Tsahal a frappé des postes d’observation et des sites armés du Hezbollah au sud-Liban

L’armée israélienne déclare avoir frappé de nouvelles cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban aujourd’hui.

Les sites frappés il y a peu par les avions de combat à Marwahin, Dhayra et Ayta ash-Shab comprenaient des postes d’observation et d’autres infrastructures armées, selon Tsahal.

Plus tôt dans la journée, l’armée a déclaré avoir touché un centre de commandement du Hezbollah et d’autres infrastructures dans le sud du Liban.

Plusieurs roquettes ont été tirées aujourd’hui par le Hezbollah sur les zones de Margaliot et Zarit, toutes retombant dans des zones ouvertes, selon Tsahal.

En outre, l’armée affirme avoir tiré des missiles d’interception sur deux « cibles aériennes suspectes » au-dessus du nord d’Israël. Tsahal a déclaré que l’incident était terminé, sans autre précision.

Gallant : Au Qatar, le Hamas jouit de son luxe ; à Gaza, ils sont tués ou se rendent par milliers

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de réserve de la 11e brigade de l’armée israélienne, le 28 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes de réserve de la 11e brigade de l’armée israélienne, le 28 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que pendant que les dirigeants du groupe terroriste palestinien du Hamas au Qatar jouissent d’une vie pleine de luxe, les commandants du groupe terroriste sur le terrain à Gaza meurent et se rendent par milliers, ce qui permet de faciliter la conclusion d’un accord pour la libération des otages.

S’adressant aux réservistes de la 11e brigade de l’armée israélienne qui ont été démobilisés il y a plusieurs jours, Gallant déclare que grâce à leurs actions à l’intérieur de l’enclave dirigée par le Hamas, Israël « organise maintenant un processus de négociation pour obtenir la libération des otages ».

« Les terroristes qui apprécient les voitures, les avions et les hôtels de luxe essaient de renforcer leurs exigences. Ceux qui sont sur le terrain savent très bien ce qui se passe : des centaines de terroristes se rendent, des milliers sont tués, leurs entrepôts d’armes sont détruits. »

« Ce ne sont pas des choses que l’on considère comme acquises, c’est grâce à vos actions et à celles de vos camarades que cela se produit. »

Il ajoute que « tant que nous aurons des otages dans la bande de Gaza, nous n’aurons pas le droit moral d’arrêter de rechercher les femmes, les enfants et les soldats qui s’y trouvent – nous devons continuer jusqu’à la fin ».

Nancy Pelosi: les manifestations pour un cessez-le-feu à Gaza sont liées à la Russie

La présidente émérite Nancy Pelosi se rend à une conférence de presse pour parler de l'élévation du niveau de la mer le long du front de mer de San Francisco, le vendredi 26 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Eric Risberg)
La présidente émérite Nancy Pelosi se rend à une conférence de presse pour parler de l'élévation du niveau de la mer le long du front de mer de San Francisco, le vendredi 26 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Eric Risberg)

L’ex-présidente de la Chambre des Représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a déclaré dans l’émission « State of the Union » de CNN que les appels aux cessez-le-feu à Gaza profitaient à la Russie.

Pelosi a dit que si les États-Unis devaient faire le nécessaire pour « tenter de mettre fin aux souffrances à Gaza », elle ne pensait pas que le cessez-le-feu était la meilleure façon d’y parvenir.

« Ces appels au cessez-le-feu viennent de M. Poutine », a-t-elle dit. « Ne nous y trompons pas, c’est ce qu’il aimerait voir advenir. C’est la même chose qu’avec l’Ukraine. »

« Je pense que certaines de ces manifestations sont spontanées et sincères », a-t-elle dit à propos des manifestations pro-palestiniennes et anti-israéliennes qui se multiplient aux États-Unis depuis octobre, « mais je pense que certaines sont liées à la Russie, et je le dis après mûre réflexion. »

Pelosi a ajouté que le FBI serait bien inspiré d’enquêter sur l’origine des manifestations.

Images d’échanges de tirs entre Tsahal et une cellule du Hamas à Khan Younès

L’armée israélienne diffuse des images d’un échange de coups de feu dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le week-end dernier, alors que des soldats de la Brigade des Parachutistes poursuivaient une cellule du groupe terroriste palestinien du Hamas qui avait tué un soldat.

Le combat du 19 janvier a commencé lors d’un raid de l’armée à Khan Younès, lorsque des terroristes du Hamas ont tiré au lance-roquette individuel sur un char, tuant le sergent de première classe (réserviste) Uriel Aviad Silberman, 23 ans, du 7421e bataillon de la Brigade Kiryati, et blessant trois autres soldats.

L’unité de reconnaissance de la Brigade des Parachutistes a poursuivi les terroristes, tuant neuf d’entre eux lors d’un combat rapproché, indique Tsahal.

Au cours de la traque, plusieurs soldats sont entrés dans un bâtiment où les terroristes s’étaient enfuis et ont engagé un échange de coups de feu. Les commandants de l’unité de reconnaissance sont entrés peu après, tuant les membres de la cellule et faisant sortir leurs troupes, selon l’armée.

Au cours de la poursuite des terroristes armés, Tsahal indique que les troupes ont dirigé plusieurs frappes aériennes et des tirs d’artillerie sur des cibles situées à proximité, où des activités du Hamas ont été identifiées.

Les hôpitaux de Khan Younès risquent de s’effondrer et de manquer d’oxygène, avertit le Hamas

Les installations médicales risquent de s’effondrer dans la ville de Khan Younès, au sud de Gaza, prévient le ministère de la Santé du groupe terroriste palestinien du Hamas, alors que les combats font rage à l’intérieur et autour de la ville.

Les médecins et les habitants palestiniens affirment qu’Israël continue de bombarder les zones entourant les deux principaux hôpitaux de Khan Younès, entravant ainsi les efforts des équipes de secours pour répondre aux appels désespérés des personnes prises entre deux feux.

« Le système de santé est complètement défaillant dans les hôpitaux Nasser et al-Amal », déclare un porte-parole du ministère de la Santé du Hamas.

Israël affirme qu’il prend des mesures pour assurer le bon fonctionnement des hôpitaux et minimiser les pertes civiles.

Le Hamas est largement accusé d’opérer dans des zones densément peuplées, et notamment autour des hôpitaux, et d’utiliser des civils comme boucliers humains. Il a publié des photos et des vidéos à l’appui de cette allégation, que le groupe terroriste nie.

Le Croissant-Rouge palestinien indique dans un communiqué que les équipes médicales de l’hôpital al-Amal de Khan Younès ne sont pas en mesure d’effectuer des opérations chirurgicales en raison de l’épuisement des réserves d’oxygène.

Netanyahu au WSJ : La guerre à Gaza se déroule « mieux que prévu » malgré quelques jours difficiles

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu indique au Wall Street Journal, dans une interview publiée vendredi, que la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza se déroule « mieux que ce à quoi beaucoup s’attendaient ».

« Il a fallu neuf mois aux États-Unis et à leurs alliés pour vaincre les forces radicales à Mossoul », déclare-t-il au Wall Street Journal à propos de la guerre de 2016-2017 contre l’État islamique en Irak.

« Mossoul est plus petit que Gaza et ne disposait pas de l’infrastructure souterraine massive terroriste. Nous en sommes maintenant au quatrième mois, mais nous avons connu des jours difficiles. »

Il ajoute qu’en dépit de ce à quoi cela pourrait paraître de l’extérieur, il pense représenter le point de vue de la majorité des Israéliens lorsqu’il s’agit de l’après-guerre à Gaza et de l’avenir des Palestiniens.

« Certains aux États-Unis pensent que l’obstacle à la paix avec les Palestiniens, c’est moi. Ils ne réalisent pas que je reflète le point de vue de la plupart des Israéliens », explique-t-il au Wall Street Journal.

Mer Rouge : Londres dit avoir déjoué une nouvelle attaque des Houthis

La marine britannique a déjoué samedi une attaque des rebelles Houthis en mer Rouge qui visait son navire HMS Diamond, a affirmé dimanche le ministère de la Défense britannique.

« Hier, l’équipage du HMS Diamond a dû une nouvelle fois abattre un drone d’attaque houthi qui visait illégalement le navire », écrit le ministère sur X (ex-Twitter). Il n’y a eu ni blessé ni dommage sur le bateau, précise-t-il.

Ces attaques sont « totalement inacceptables et il est de notre devoir de protéger la liberté de navigation sur la mer Rouge », ajoute le ministère.

Le Royaume-Uni « reste déterminé » face à ces attaques des Houthis « soutenus par l’Iran », a réagi le ministre de la Défense Grant Shapps sur X. « Notre engagement à protéger les vies innocentes et la liberté de navigation est absolument inébranlable », a-t-il ajouté.

Depuis le 19 novembre, les Houthis pro-Iran multiplient les attaques contre la marine marchande en mer Rouge et dans le golfe d’Aden en soutien à son allié du Hamas.

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, se considère avec le pouvoir en Syrie, le Hezbollah libanais, le mouvement palestinien Hamas, des groupes irakiens et les rebelles yéménites Houthis comme faisant partie de « l’axe de la résistance » face à Israël au Moyen-Orient.

Un nombre important d’armes du Hamas proviennent de tirs ratés de Tsahal – NYT

Des flemmes et de la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments de Gaza City alors qu'Israël a lancé des frappes aériennes suite à des tirs de roquettes visant Israël depuis la bande de Gaza dirigée par le Hamas, le 27 janvier 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des flemmes et de la fumée s'élevant au-dessus des bâtiments de Gaza City alors qu'Israël a lancé des frappes aériennes suite à des tirs de roquettes visant Israël depuis la bande de Gaza dirigée par le Hamas, le 27 janvier 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas tire un « nombre significatif » de ses armes des tirs ratés de l’armée israélienne, rapporte le New York Times, citant des responsables des agences de renseignement israéliens et occidentaux, ainsi qu’un ancien officier supérieur de la police israélienne.

Les renseignements recueillis au cours de la guerre de Gaza ont permis à Israël de comprendre qu’il avait largement sous-estimé le nombre de roquettes et d’autres explosifs que le Hamas était en mesure de créer à partir de munitions qui n’avaient pas explosé. Un responsable militaire occidental affirme que la plupart des explosifs utilisés par le Hamas au cours de la guerre proviennent d’obus et de missiles non explosés de Tsahal.

Un officier du renseignement israélien a déclaré au New York Times que le taux d’échec des munitions de l’armée tirées sur Gaza pourrait atteindre 15 %.

Une autre source importante d’armes est le vol des bases de Tsahal, qui atteignent la Cisjordanie ou Gaza via le désert du Sinaï.

Selon l’article, le Hamas serait en mesure de scier des ogives pesant jusqu’à 900 kg, et de réutiliser les explosifs.

2 roquettes tirées de Gaza sur Sderot, 3 tirées du Liban sur Kiryat Shmona

Deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur la ville de Sderot.

L’une a été interceptée par le système de défense anti-missile « Dôme de fer », tandis que l’autre a atterri à l’extérieur de la ville, selon la municipalité.

Dans le nord, au moins trois roquettes sont tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona.

Des images postées sur les réseaux sociaux montrent trois panaches de fumée provenant des projectiles qui ont apparemment atterri dans des zones ouvertes.

Aucun dégât ni blessé n’a été signalé suite aux attaques.

Face aux blocages de l’entrée de l’aide à Gaza, Tsahal déclare Kerem Shalom zone militaire fermée

Des militants, dont des proches d'otages detenus par des terroristes palestiniens, bloquant le passage de Kerem Shalom pour empêcher l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza, le 28 janvier 2024 (Crédit : Tzav 9)
Des militants, dont des proches d'otages detenus par des terroristes palestiniens, bloquant le passage de Kerem Shalom pour empêcher l'entrée de l'aide humanitaire à Gaza, le 28 janvier 2024 (Crédit : Tzav 9)

Face aux protestations au poste-frontière de Kerem Shalom, qui empêchent l’aide humanitaire d’entrer dans la bande de Gaza, l’armée israélienne a annoncé la fermeture d’une zone militaire dans le secteur.

Tsahal indique que le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, a signé l’ordre hier soir, à la suite d’une nouvelle évaluation de la situation.

L’ordre signifie qu’il sera illégal pour les civils de se trouver dans la zone du point de passage, ainsi que sur les routes avoisinantes.

Depuis plusieurs jours, des militants, dont les familles de certains otages détenus par des terroristes à Gaza, bloquent le point de passage de Kerem Shalom afin d’empêcher l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Le mois dernier, le cabinet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a voté la réouverture du point de passage pour l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza, alors que la crise humanitaire s’y aggrave.

La Douzième chaîne estime que 200 à 300 activistes protestent actuellement au poste-frontière.

Les sirènes des roquettes retentissent dans les communautés frontalières de Gaza

Des sirènes de roquettes retentissent dans trois localités proches de la frontière avec la bande de Gaza.

Les alertes sont entendues à Sderot, Ibim et Nir Am.

Les sirènes de roquettes retentissent à Kiryat Shmona, près de la frontière libanaise

Des sirènes retentissent à Kiryat Shmona, près de la frontière avec le Liban, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Depuis le 8 octobre, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a attaqué presque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires situés le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de six civils du côté israélien, ainsi que celle de neuf soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le chef du Mossad est arrivé à Paris pour des pourparlers sur les otages – média

Le chef du Mossad, David Barnea, prend la parole lors d'une conférence à l'Université Reichman le 10 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/ Flash90)
Le chef du Mossad, David Barnea, prend la parole lors d'une conférence à l'Université Reichman le 10 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/ Flash90)

La délégation israélienne conduite par le chef du Mossad, David Barnea, est arrivée à Paris pour des pourparlers avec les États-Unis, le Qatar et l’Égypte sur un éventuel accord d’otages avec le Hamas, a indiqué Sky News Arabic.

Ils se réuniront ce soir.

Selon deux hauts responsables américains, les négociateurs américains auraient bien avancé sur la voie d’un accord en vertu duquel Israël suspendrait ses opérations militaires contre le Hamas à Gaza pendant deux mois en échange de la libération de plus de 100 otages enlevés lors de l’attaque dévastatrice de l’organisation terroriste palestinienne, le 7 octobre dernier.

Toutefois, des responsables israéliens, cités par la Douzième chaîne, ont tempéré les espoirs, affirmant que le Hamas continuait à exiger qu’Israël mette fin aux hostilités et laisse l’organisation terroriste au pouvoir à Gaza.

En raison du 7 octobre, le chapitre sur la Shoah ne sera pas obligatoire au bac israélien

Illustration : Une étudiante israélienne lors de la Marche des Vivants, à Auschwitz, en 2011. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Illustration : Une étudiante israélienne lors de la Marche des Vivants, à Auschwitz, en 2011. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

En raison des atrocités perpétrées le 7 octobre dernier contre les communautés du sud d’Israël par les terroristes dirigés par le Hamas, les lycéens ne seront pas obligés de passer l’épreuve sur la Shoah lors de leur examen d’histoire, a déclaré le ministère de l’Éducation par voie de communiqué.

« Nous avons reçu de nombreuses demandes de professionnels et de parents nous disant que l’évocation de la Shoah serait particulièrement difficile, à la fois sur le plan émotionnel et mental. Par conséquent, il a été décidé à titre temporaire de ne pas obliger les étudiants à passer le chapitre sur la Shoah lors de l’examen de fin d’études secondaires », a expliqué le ministère dans un communiqué, au lendemain de la Journée de commémoration de la Shoah.

Cette décision n’est valable que pour l’année scolaire en cours.

Le chapitre sur la Shoah restera dans l’examen d’histoire, précise le ministère, mais ne sera pas obligatoire et les élèves auront la possibilité de le passer ou non, à la discrétion de l’enseignant et des responsables de l’école.

Les voyages annuels de sensibilisation à la Shoah dans les camps de concentration en Pologne, qui devaient reprendre cette année après trois ans d’interruption, ont été annulés en novembre en raison de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par l’attaque du 7 octobre.

Selon Tsahal, ses avions de chasse ont bombardé deux cibles du Hezbollah dans le sud Liban

Une colonne de fumée après un bombardement aérien israélien non loin du village de Zibqin, sur une photo prise depuis le village de Majdelzoun, dans le sud Liban le 28 janvier 2024 (Crédit : Kawnat Haju/AFP)
Une colonne de fumée après un bombardement aérien israélien non loin du village de Zibqin, sur une photo prise depuis le village de Majdelzoun, dans le sud Liban le 28 janvier 2024 (Crédit : Kawnat Haju/AFP)

L’armée israélienne a déclaré que ses avions de chasse avaient bombardé deux sites du Hezbollah dans les villages de Zibqin et Houla, dans le sud Liban, ce matin.

Elle a ajouté que d’autres zones du sud Liban avaient fait l’objet de tirs d’artillerie dans le but « d’éradiquer les menaces. »

Des militants revendiquent le blocage du point de passage de Kerem Shalom pour empêcher l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza

Illustration : Le point de passage Keren Shalom entre Israël et Gaza (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash 90)
Illustration : Le point de passage Keren Shalom entre Israël et Gaza (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash 90)

Des militants, dont des proches d’otages de Gaza, ont bloqué le point de passage de Kerem Shalom pour empêcher l’aide humanitaire d’entrer dans Gaza, a indiqué la Treizième chaîne.

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait voté le mois dernier la réouverture de ce point de passage pour permettre l’acheminement de l’aide dans la bande de Gaza, dans un contexte de crise humanitaire aiguë.

Selon le radiodiffuseur public Kan, un certain nombre de camions sont entrés dans l’enclave avant l’arrivée des manifestants.

Les militants ont expliqué à la Treizième chaîne avoir marché à travers champs pour se rendre jusqu’à la frontière et ainsi contourner les barrages routiers mis en place pour les empêcher de passer.

Des militants de l’organisation Tzav 9 affirment que des « centaines » de personnes sont venues empêcher les camions de traverser, alors que les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux en montrent tout au plus quelques dizaines.

« L’aide n’entrera plus tant que les otages ne seront pas rentrés chez eux », affirme l’organisation.

Gantz: La guerre contre le Hamas pourrait durer ; les otages doivent rester la priorité

Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz faisant une déclaration le 4 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)
Le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz faisant une déclaration le 4 janvier 2024. (Crédit : Autorisation)

Benny Gantz, ministre du cabinet de guerre, a déclaré aux résidents des communautés évacuées du sud d’Israël que la guerre contre le Hamas pourrait durer « dix ans ou même une génération entière », et il a reconnu la nécessité urgente d’obtenir la remise en liberté des otages encore détenus à Gaza, a indiqué la Douzième chaîne.

« Nous avons du temps pour détruire le Hamas mais nous n’avons pas de temps pour garantir la libération des otages, ils sont actuellement la priorité », a-t-il dit devant les représentants des communautés proches de la frontière avec Gaza pendant une rencontre consacrée à la guerre en cours.

« Faire totalement disparaître la menace prendra du temps ; nous espérons une sécurité relative d’ici cet été », a-t-il continué, ajoutant que les troupes, au sein de l’enclave côtière, atteindront bientôt la ville de Rafah, à la frontière avec l’Égypte.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 26 422 morts

Le ministère de la Santé contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas a annoncé dimanche un bilan de 26 422 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et la branche palestinienne des Frères musulmans.

Durant les dernières 24 heures, 165 personnes ont été tuées, indique le Hamas, qui fait également état de 65 087 personnes blessées depuis le début du conflit, le 7 octobre, déclenché après l’attaque sans précédent menée par les terroristes du Hamas et ses complices sur le sol israélien.

Ces chiffres sont invérifiables de manière indépendante.

Pour le 5e jour consécutif, des manifestants vont à Kerem Shalom pour bloquer l’aide à Gaza

Pour la cinquième journée consécutive, un groupe de manifestants s’est rendu au poste-frontière de Kerem Shalom pour bloquer l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza.

Les familles de certains otages détenus à Gaza figureraient parmi ces protestataires.

Il est difficile de dire l’impact qu’ont pu avoir ces rassemblements sur le passage des camions.

Mercredi, les manifestants ont retenu cent camions qui ont finalement été déroutés pour emprunter un autre point d’entrée en Égypte.

Les otages sont retenus en captivité depuis le massacre commis par le Hamas, le 7 octobre – à cette date, 3 000 terroristes avaient franchi la frontière avec Israël, depuis la bande de Gaza, par voie aérienne, maritime et terrestre, tuant environ 1200 personnes et enlevant 253 personnes de tous les âges, des civils en majorité.

La campagne israélienne à Gaza, dont l’objectif vise à détruire le Hamas, est de plus en plus critiquée à l’international avec un bilan qui ne cesse de grimper et une importante crise humanitaire qui sévit au sein de l’enclave côtière.

Des combats « de haute intensité » sont en cours à Khan Younès, dans le sud de Gaza

Les soldats en opération dans la bande de Gaza, une photo non-datée qui a été diffusée par l'armée le 28 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)
Les soldats en opération dans la bande de Gaza, une photo non-datée qui a été diffusée par l'armée le 28 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)

Des « combats de haute intensité » continuent à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a annoncé l’armée israélienne alors que la 98e Division affronte actuellement des terroristes du Hamas dans ce secteur.

A Khan Younès, l’unité de commando Egoz a remarqué et éliminé une cellule du Hamas qui était en possession de RPG et elle a trouvé des armes à proximité, ont déclaré les militaires. La Brigade des parachutistes a tué plusieurs hommes armés et retrouvé des armes et la 7e Brigade des blindés a demandé des frappes aériennes contre deux membres du groupe terroriste dans la ville, ont-ils encore signalé.

Dans le nord de Gaza, selon l’armée, les réservistes de la 5e Brigade ont trouvé un tunnel et ils l’ont détruit. Les troupes ont également tué plusieurs terroristes et saisi des armes, a-t-elle ajouté.

Dans le centre de la bande, la Brigade Nahal a demandé une frappe au drone contre un membre du groupe terroriste qui avait été identifié à proximité. Les soldats de la Brigade ont abattu des hommes armés au cours d’échanges de coups de feu, ces dernières vingt-quatre heures, a précisé Tsahal.

Smotrich : les manifestations en Israël nuisent aux chances des otages à Gaza

Bezalel Smotrich s'exprime lors du Forum israélien de Défense et de sécurité à Ashkelon, le 25 janvier 2024. (Autorisation : Daniel Starbo)
Bezalel Smotrich s'exprime lors du Forum israélien de Défense et de sécurité à Ashkelon, le 25 janvier 2024. (Autorisation : Daniel Starbo)

« Plus les gens vont manifester contre le gouvernement, en soutien à un accord portant sur la libération des otages détenus à Gaza, moins il est probable qu’ils seront relâchés », a déclaré le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, devant les caméras de la Douzième chaîne.

« Ceux qui vous regardent dans les yeux et qui disent : ‘Nous rapatrierons tous les otages vivants’ vous mentent », a ajouté le ministre d’extrême-droite, soulignant sa conviction que seule la poursuite de la guerre entraînera, à terme, la remise en liberté des captifs.

« Rien ne nuit davantage à nos chances de ramener les otages que les manifestations », a-t-il continué, se référant au mouvement de protestation organisé par le Forum des familles d’otages et de portés-disparus qui appelle à conclure un deuxième accord qui permettrait de garantir la remise en liberté des 136 otages qui sont encore détenus par le Hamas et par les autres factions terroristes dans la bande de Gaza.

Le ministre d’extrême-droite a refusé de dire s’il considérait que le retour des otages était plus important que l’élimination du Hamas au sein de l’enclave palestinienne, déclarant que « nous avons l’obligation de détruire le Hamas et de nous assurer qu’il ne pourra pas faire son retour. »

Il a ajouté qu’à ses yeux, il estimait que tous ceux qui prônent un cessez-le-feu ou un retrait d’Israël de la bande de Gaza aidaient l’ennemi.

Smotrich a affirmé « qu’il y aura une administration militaire israélienne à Gaza » après la guerre.

Il a précisé : « Ceci parce que nous sommes tous d’accord sur le fait que nous devrons rester à Gaza et y établir une gouvernance militaire. Et nous n’aurons pas le contrôle militaire si nous n’avons pas le contrôle civil. Personne d’autre ne le fera ».

A LIRE : Des milliers d’activistes de droite entendent bien revenir à Gaza après la guerre

80 % des tunnels du Hamas à Gaza pourraient être encore intacts

L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )
L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )

Le Wall Street Journal a fait savoir qu’après 114 jours de combat, 80 % des réseaux souterrains creusés sous le sol de Gaza par le Hamas pourraient être encore intacts.

Le journal a cité des responsables israéliens et américains et il a fait remarquer qu’il était difficile d’estimer combien de ces labyrinthes ont été détruits jusqu’à présent par les soldats.

Depuis le lancement de l’offensive terrestre israélienne qui a été déclenchée par le massacre du 7 octobre – des terroristes placés sous l’autorité du Hamas avaient tué 1200 personnes et pris 253 personnes en otage dans le sud d’Israël – les forces israéliennes ont œuvré à détruire les tunnels au fur et à mesure qu’ils découvraient l’ampleur du réseau souterrain construit par le groupe terroriste à la tête de Gaza.

Certains d’entre eux ont été bombardés ; d’autres ont été inondés mais ces destructions restent lentes dans la mesure où les passages souterrains doivent être cartographiés et inspectés avec soin pour y découvrir d’éventuels pièges – voire la présence éventuelle d’otages – avant d’être démolis.

Le leader du Hamas Yahya Sinwar et d’autres commandants terroristes se cacheraient sous le sol. Le Journal a repris des propos tenus par des officiels israéliens qui ont déclaré que le chef terroriste, au sein de l’enclave côtière, se trouvait dans un centre de commandement aménagé dans un tunnel, sous Khan Younès, avec des otages.

Il a été signalé, au début du mois, que de hauts-responsables israéliens de la Défense avaient évalué que le réseau souterrain, à Gaza, ferait entre 530 et plus de 720 kilomètres de long – un chiffre largement supérieur aux précédentes estimations.

Une estimation qui a été avancée par le New York Times et qui est, pour sa part, plus importante que celle faite par Tsahal, le mois dernier, qui laissait entendre qu’il y avait environ 400 kilomètres de tunnels du Hamas sous la bande de Gaza – ce qui est un chiffre déjà étonnant dans la mesure où la bande de Gaza s’étend sur une largeur de 6 à 12 km avec une superficie de 360 km2.

Les sirènes d’alerte à la roquette activées à Kissufim, près de la frontière de Gaza

Les sirènes ont été activées à Kissufim, à proximité de la frontière avec Gaza, avertissant de tirs de roquette.

Les communautés proches de la frontière ont été largement évacuées par les civils depuis le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.