9 films français au festival de documentaires Docaviv
Rechercher

9 films français au festival de documentaires Docaviv

Le festival sera organisé du 23 mai au 1er juin à la cinémathèque de Tel Aviv, mais aussi dans 10 autres établissements à travers la ville

L'affiche de la 21e édition du festival Docaviv, organisé du 23 mai au 1er juin 2019 à Tel Aviv.
L'affiche de la 21e édition du festival Docaviv, organisé du 23 mai au 1er juin 2019 à Tel Aviv.

Cette année, le festival Docaviv, organisé du 23 mai au 1er juin en partenariat avec notamment l’Institut français d’Israël, célèbre sa 21e édition. Avec une large programmation de films documentaires venus d’Israël et du monde entier – 130 films –, il proposera lors de cette édition neuf films réalisés en France ou en co-production avec la France.

Le festival sera organisé à la cinémathèque de Tel Aviv, mais aussi dans 10 autres établissements à travers la ville.

Callisto Mc Nully, réalisatrice française, sera l’une des invités d’honneur de l’évènement. Elle y présentera son film « Delphine et Carole ».

Retrouvez toute la programmation française ci-dessous et la programmation intégrale du festival sur son site :

NOS DEFAITES de Jean-Gabriel Périot

Que nous reste-t-il de forces pour affronter le chaos du présent ?  « Nos défaites » dresse un portrait de nos rapports à la politique par un jeu de réinterprétation par des lycéens, d’extraits issus du cinéma post-68, associé à des interviews de ces jeunes acteurs. Comment appréhendent-ils le monde dans lequel ils grandissent et surtout, auraient-ils envie de le changer, de le détruire ou d’en construire un nouveau ?

Projection le lundi 27 mai, 15h30, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 4.

DELPHINE ET CAROLE de Callisto Mc Nulty

Retour sur l’amitié et l’engagement de l’actrice française Delphine Seyrig et de la cinéaste suisse Carole Roussopoulos pour la création et la visibilité des films réalisés par des femmes.

Projections le vendredi 24 mai, 20h45, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2, et mercredi 29 mai, 19h45, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 4, en présence de la réalisatrice.

SELFIE de Agostino Ferrente

Alessandro et Pietro, deux adolescents du quartier Traiano à Naples, se filment avec leurs téléphones portables pour raconter leur quotidien dans un quartier gangréné par la mafia, leur amitié et la tragédie de leur ami Davide tué par un carabinier à l’âge de 16 ans.

Projections le 25 mai, 21h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2, et dimanche 26 mai, 17h, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 4. Les deux projections se feront en présence du réalisateur.

LE GRAND BAL de Laetitia Carton

C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.

Projections le mardi 28 mai, 11h45, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 4, et le jeudi 30 mai, 10h, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 3.

AÎLO : UNE ODYSSEE EN LAPONIE de Guillaume Maidatchevsky

« Aïlo : une odyssée en Laponie » raconte le combat pour la survie d’un petit renne sauvage, frêle et vulnérable face aux épreuves qui jalonnent sa première année. Son éveil au monde sauvage est un véritable conte au cœur des paysages grandioses de Laponie.

Projections le jeudi 23 mai, 10h45, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 3, le samedi 25 mai, 10h, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 1 et le samedi 1er juin, 10h, au Musée d’art de Tel Aviv.

LA VILLE OCCULTE de Victor Moreno

Le rêve de la technique, mis en œuvre pour l’exploration de l’espace sidéral, a engendré aussi un mouvement inverse : l’ouverture au monde souterrain. Sous la cité moderne s’étend une vaste ossature de galeries, de tunnels, de tuyauteries, d’égouts, d’approvisionnement en lumière, en eau, en gaz, en électricité, des réseaux téléphoniques et de transports, des zones de loisir et des espaces de consommation… Une immense toile d’araignée sur laquelle repose, et de laquelle dépend, la ville visible. Un espace fonctionnel et indispensable, mais aussi un environnement symbolique, un domaine caché : l’inconscient de la ville.

Projections le dimanche 26 mai, 18h et le vendredi 31 mai, 19h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2.

CONFINED SPACES de Razzak^ukrainitz (court-métrage)

Les réalisateurs, une femme juive et un homme musulman, tous deux laïcs, examinent la manière dont les religions définissent et confinent nos espaces – de l’extérieur et de l’intérieur.

Projections le samedi 25 mai, 12h45, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2, et mercredi 29 mai, 10h30, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 4.

BUTOHOUSE de Ila Bêka, Louise Lemoine (court-métrage)

Un danseur de butoh se construit une maison. Travaillant seul sans aucun plan pour le guider, il laisse son corps et son esprit diriger le projet de construction.

Projections le vendredi 24 mai, 10h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2, et le samedi 1er juin, 16h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 5.

DJO de Laura Henno (court-métrage)

Dans les Hauts de Mayotte, espace du secret, de la magie et de la fuite, hommes et chiens entretiennent un rapport filial, presque fusionnel d’espèces compagnes qui partagent un même territoire de transformation et d’autonomie. Smogi vit une relation particulière avec les chiens mais aussi avec la puissance des éléments, la nature et les esprits malins qui la peuple (les djinns). « Djo » croise différents régimes de croyance dans un syncrétisme sauvage où l’appel de la prière musulmane marque aussi le moment des retrouvailles avec les forces animistes et impures de la forêt.

Projections le vendredi 24 mai, 10h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 2, et samedi 1er juin, 16h15, Cinémathèque de Tel Aviv, salle 5.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...