Rechercher

À Auschwitz, des élus européens commémorent la Nuit de cristal

La ministre allemande de l'Education Nationale se dit "honteuse" de l'antisémitisme contemporain dans son pays

La délégation de l'Association juive européenne à Auschwitz le 9 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/EJA)
La délégation de l'Association juive européenne à Auschwitz le 9 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/EJA)

OŚWIĘCIM, Pologne – Une délégation de législateurs européens et de personnalités communautaires juives a commémoré le 83e anniversaire de la Nuit de cristal lors d’une cérémonie à Auschwitz mardi, appelant à une mémoire et une éducation durables pour contrer les forces de la haine.

En conclusion d’une conférence sur l’antisémitisme organisée par l’Association juive européenne (EJA), la délégation – comprenant des représentants de plus de deux douzaines de pays – a tenu une courte cérémonie d’allumage de bougies dans la section Birkenau du camp de concentration, avant de déposer des couronnes au « mur de la mort » où des milliers de détenus d’Auschwitz ont été tués par un peloton d’exécution.

« En ce jour, il y a exactement 83 ans, des centaines de Juifs ont été assassinés, des pères, des mères, des enfants, par mes compatriotes, dans mon pays », a déclaré Stefanie Hubig, ministre de l’Education du Land allemand de Rhénanie-Palatinat, lors de la cérémonie. « Les synagogues et les maisons de prière ont été incendiées, les cimetières juifs ont été dévastés. D’innombrables personnes ont été arrêtées et déportées dans les camps de concentration nazis. »

La Nuit de cristal, la nuit du verre brisé, est considérée comme l’un des événements clés annonçant le déclenchement de la Shoah. Dans les communautés juives d’Allemagne, les forces nazies ainsi que des civils allemands ont attaqué des synagogues et d’autres bâtiments appartenant à des Juifs, brisant leurs fenêtres, les brûlant, tuant des centaines de Juifs et en arrêtant des milliers d’autres.

Les événements de la Nuit de cristal, a déclaré Mme Hubig, « ont montré au monde les profondeurs dans lesquelles l’Allemagne s’enfonçait ». Et depuis lors, « de génération en génération, nous devons contrer ceux qui tentent de nier ou de déformer ce qui s’est passé ici, ou ceux qui appellent à la fin du souvenir. Les Allemands ne peuvent pas cesser de se souvenir. Parce que les faits de l’Histoire ne laissent aucun doute ».

La ministre Hubig, a noté que même aujourd’hui, « il y a encore de l’antisémitisme en Allemagne, et j’en ai honte, profondément ». De tels actes ou sentiments, a-t-elle ajouté, « exigent une puissante réponse de l’Etat allemand et de notre société. C’est ce que nous avons appris de notre histoire. Nous ne devons tolérer aucune forme d’antisémitisme, quelle qu’elle soit – et nous ne le ferons pas. »

Stefanie Hubig, la ministre de l’éducation du Land allemand de Rhénanie-Palatinat, s’exprime lors d’une cérémonie à Auschwitz marquant le 83e anniversaire de la Nuit de cristal, le 9 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/EJA)

Igor Zorčič, le président de l’Assemblée nationale slovène, a également fait référence à des atrocités plus récentes dans ses remarques.

« Malheureusement, les temps présents ne prouvent pas toujours que nos promesses de ‘plus jamais ça’ sont entièrement sincères », a déclaré Zorčič. « Souvenez-vous de Srebrenica – et ne sous-estimez pas la gravité des frictions politiques actuelles sur le génocide. » Le président de l’assemblée faisait référence au massacre de 1992 à Srebrenica en Bosnie-Herzégovine, où 7 000 garçons et hommes musulmans bosniaques ont été massacrés par les forces serbes.

Le grand rabbin des Pays-Bas, Binyomin Jacobs, a récité le Kaddish à Auschwitz.

« Nous sommes ici ensemble pour commémorer et honorer ces juifs et ces non juifs qui ont été tués sans aucune raison », a déclaré Jacobs. « Nous sommes ici ensemble pour commémorer tous ceux qui faisaient partie de la nation juive, et tous ceux qui ont été brutalement tués pendant les terribles années de la Seconde Guerre mondiale. »

Des législateurs européens allument des bougies pour commémorer l’anniversaire de la Nuit de cristal à Auschwitz, le 9 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/EJA)

Des ministres, des parlementaires et des diplomates de toute l’Europe ont participé à la cérémonie et à la visite subséquente d’Auschwitz, notamment des représentants du Royaume-Uni, de la France, de l’Espagne, du Monténégro, de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Pologne et de nombreux autres pays.

S’adressant à la délégation à Cracovie une nuit plus tôt, le rabbin Yisrael Meir Lau, président de Yad Vashem et survivant de la Shoah, avait déclaré que la Nuit de cristal avait montré à quel point le monde était prêt à tendre l’autre joue à la souffrance humaine.

« [La Nuit de cristal] était un test pour l’humanité, pour toutes les nations, pour le monde entier, pour savoir comment ils allaient réagir », a déclaré Lau, ancien grand rabbin d’Israël. « À mes yeux, c’était un test », a-t-il ajouté, notant le peu de protestations internationales qui ont suivi.

« Demandez dans vos villes, dans les archives, les journaux des 10, 11 et 12 novembre 1938 : Qu’est-ce qui est écrit dans les journaux sur la Nuit de cristal ? Presque rien. »

Le rabbin Yisrael Meir Lau, le président de Yad Vashem, s’exprime lors d’une conférence de l’Association juive européenne à Cracovie, le 8 novembre 2021. (Crédit : Yossi Zeliger/EJA)

Alex Benjamin, le directeur de l’EJA, a déclaré au Times of Israel que la commémoration des événements de la Nuit de cristal qui se sont déroulés en Allemagne alors qu’ils se déroulaient à Auschwitz en Pologne était appropriée.

« Lorsque vous venez à Auschwitz, vous pouvez voir une manifestation vivante, qui respire, de ce à quoi ont mené les fenêtres brisées et les synagogues incendiées », a déclaré Benjamin, notant qu’en Allemagne, « la plupart des fenêtres et tout le reste sont réparés, il reste très peu de traces de la Nuit de cristal. »

Une visite à Auschwitz le jour de l’anniversaire de la Nuit de cristal, a ajouté Benjamin, est un avertissement de la rapidité avec laquelle la haine et le sectarisme peuvent dégénérer en meurtre et en génocide.

« La Nuit de cristal est un avertissement, et l’antisémitisme est un avertissement, de la rapidité avec laquelle les choses peuvent évoluer en l’espace de quelques années », a-t-il déclaré. « Des fenêtres brisées et des synagogues brûlées aux vies juives brisées et aux 6 millions de morts – tout cela en l’espace de trois ou quatre ans ».

L’auteure était l’invitée de l’EJA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...