A Berlin, un lieu de culte unique pour chrétiens, musulmans et juifs
Rechercher

A Berlin, un lieu de culte unique pour chrétiens, musulmans et juifs

La 'House of one', qui veut faire "l'éloge de la différence" religieuse, abritera une mosquée, une synagogue et une église protestante, reliées par un hall commun

Le pasteur Gregor Hohberg, le rabbin Andreas Nachama et l'imam Kadir Sanci posent pendant la cérémonie d'inauguration du bâtiment multireligieux "House Of One" le 27 mai 2021. (Crédit : Wolfgang Kumm / dpa / AFP)
Le pasteur Gregor Hohberg, le rabbin Andreas Nachama et l'imam Kadir Sanci posent pendant la cérémonie d'inauguration du bâtiment multireligieux "House Of One" le 27 mai 2021. (Crédit : Wolfgang Kumm / dpa / AFP)

Chrétiens, musulmans et juifs réunis sous un même toit : la première pierre d’un lieu de culte présenté comme unique au monde a été posée jeudi à Berlin, un projet qui veut faire « l’éloge de la différence » religieuse.

Dix ans après la conception de ce projet, les travaux de construction de la « House of one », sur l’île aux Musées dans le centre de Berlin, doivent durer quatre ans alors que leur lancement prévu l’an dernier avait dû être reporté en raison de la pandémie.

Bâti sur une ancienne église détruite du temps de la RDA communiste, le bâtiment a été conçu pour que chaque groupe de croyants puisse prier séparément.

Mais la mosquée, la synagogue et l’église protestante seront reliées entre elles par un grand hall commun où des événements et fêtes pourront également être célébrés ensemble.

« Pour nous, c’est un pas en avant plein de symbolique », a assuré l’imam de la future mosquée Kadir Sanci.

« En ces temps de polarisation des opinions et des attitudes » qui « jettent une grande ombre sur le monde, la ‘House of one’ incarne l’esprit constructif de la foi et de la spiritualité », a-t-il ajouté.

Il a également vu dans ce lieu de culte des trois religions monothéistes « un lieu de paix et de sécurité », « un éloge de la différence » alors que les tensions entre juifs et musulmans ont été vives à Berlin ces dernières semaines à la faveur de la reprise du conflit armé israélo-palestinien.

Le maire de Berlin, Michael Müller, a d’ailleurs dénoncé dans un discours lors de la cérémonie « la haine, la violence, l’antisémitisme et l’islamophobie, le racisme et l’incitation à la haine raciale » qui « n’ont pas de place dans notre société ».

« Il est tout à fait normal et même important que dans la capitale allemande, des conflits mondiaux dramatiques puissent faire l’objet d’une discussion », a-t-il assuré, tout en rejetant toute forme de violence, alors que des drapeaux israéliens ont été brûlés et des slogans antisémites prononcés lors de rassemblements pro-palestiniens en Allemagne.

L’imam, le pasteur et le rabbin de la « House of one » ont prononcé de courtes prières avant que des objets symboliques des trois religions du Livre ne soient coulés dans le béton.

Le projet estimé à 47 millions d’euros est en partie financé par l’Etat allemand et la Ville de Berlin. Une campagne participative a également été lancée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...