A quelques jours des élections, des candidats d’Elad et Haïfa disqualifiés
Rechercher

A quelques jours des élections, des candidats d’Elad et Haïfa disqualifiés

Einat Kalisch Rotem et Yitzhak Pindrus vont saisir la Cour suprême ; le ministère de l'Intérieur n'a toujours pas diffusé la liste officielle des candidats, malgré la date butoir

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Dr. Einat Kalisch Rotem, candidate à la mairie de Haïfa. (Crédit : YouTube)
Dr. Einat Kalisch Rotem, candidate à la mairie de Haïfa. (Crédit : YouTube)

A quelques jours des élections municipales en Israël, les candidats des villes de Haïfa et d’Elad ont été disqualifiés par un tribunal, déclenchant un tollé auprès de leurs sympathisants, et les candidats ont promis de faire appel à la Cour suprême.

Par ailleurs, douze jours avant le scrutin local, le ministère de l’Intérieur, en dépit d’une date butoir fixée au 10 octobre, n’a pas encore publié sa liste de candidats approuvés dans toutes les mairies du pays.

Le parquet de Haïfa a disqualifié jeudi matin Einat Kalisch Rotem, l’une des deux candidats qui menace réellement la réélection de Yona Yahav, en poste depuis de nombreuses années.

Kalisch Rotem a été empêchée de se présenter par le ministère de l’Intérieur la semaine dernière après que l’avocat de son parti, le parti travailliste, a proposé deux candidats, dont Kalisch Rotem, violant ainsi les règles de l’élection.

Après la décision du tribunal, elle s’est engagée à saisir la Cour suprême pour un verdict final.

Yahav, ancien député, est maire de Haïfa depuis 2003. Aux élections, il affrontera David Etzioni, un avocat et ancien conseiller du ministre des Finances ; Mendy Saltzman, directeur-général du port de Haïfa : Yisrael Savyon, le deuxième candidat du parti travailliste et ancien directeur de la municipalité de Haïfa, et Abihu Hahn, du parti des Verts de Haïfa. Selon les récents sondages, Yahav, Kalisch Rotem et Etzioni sont au coude à coude, tandis que les autres candidats obtiennent des scores à un seul chiffre.

Mercredi soir, la ville religieuse d’Elad a été le théâtre d’un débat acharné entre les factions ultra-orthodoxes Agudath Yisrael, Degel HaTorah et Shas après que le parquet de Lod a disqualifié le candidat de Shas et Degel HaTorah, Yitzhak Pindrus.

Yitzhak Pindrus. le 30 mai 2011. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Pindrus, ancien maire de Beitar Illit et ancien adjoint au maire de Jérusalem, a déménagé à Elad il y a quelques mois pour se présenter à la mairie de la ville, avec les encouragements des dirigeants religieux de Shas et de Degel HaTorah.

Mais selon la chaîne télévisée Hadashot, ses rivaux ont engagé des détectives privés qui ont épié Pindrus et il s’avère qu’il passe le plus clair de son temps à Jérusalem.

« L’exigence fondamentale est que la vie du candidat soit centrée dans la ville dans laquelle il est maire ou se présente [à la mairie] », a déclaré la Cour.

Pindrus a également fait savoir qu’il saisirait la Cour suprême.

Son rival dans la course est le maire en exercice Yisrael Porush, de la faction Agudath Yisrael.

Ensemble, les factions Agudath Yisrael et Degel HaTorah forment le parti YaHadout HaTorah à la Knesset. Aux élections locales, cependant, ces deux factions religieuses divergent régulièrement. Degel HaTorah soutient Kalish Rotem à Haïfa. Et à Jérusalem, Agudath Yisrael soutient son propre candidat, l’adjoint au maire Yossi Deitch, tandis que Degel HaTorah et Shas soutiennent Moshe Lion.

Les Israéliens sont attendus aux urnes le 30 octobre pour voter pour leur maire et le conseil municipal. Si aucun candidat à la mairie n’obtient plus de 40 % des suffrages, un second tour opposera les deux candidats ayant obtenu le plus de voix. Il se déroulera le 15 novembre.

Mais le ministère de l’Intérieur n’a toujours pas donné sa confirmation officielle sur les 3 400 partis et les dizaines de candidats en lice.

Le Times of Israël a tenté plusieurs fois d’obtenir cette information auprès du ministère, malgré le dépassement de la date butoir du 10 octobre. Le ministère a fait savoir que ce document sera prochainement diffusé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...