Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

A Tel-Aviv, la tech israélienne au service de la recherche des otages

Armés d'intelligence artificielle et de programmes innovants, des travailleurs de la très dynamique tech israélienne s'emploient à trouver la trace des otages

Des volontaires recherchent des informations sur les otages enlevés par des terroristes palestiniens le 7 octobre lors d'un festival de musique dans le sud d'Israël près de la frontière avec Gaza, dans les bureaux du groupe de communication Gitam BBDO à Tel Aviv le 25 octobre 2023 (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP).
Des volontaires recherchent des informations sur les otages enlevés par des terroristes palestiniens le 7 octobre lors d'un festival de musique dans le sud d'Israël près de la frontière avec Gaza, dans les bureaux du groupe de communication Gitam BBDO à Tel Aviv le 25 octobre 2023 (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP).

Armés d’intelligence artificielle et de programmes innovants, des travailleurs de la très dynamique tech israélienne s’emploient à trouver la trace des otages retenus dans la bande de Gaza depuis l’attaque du Hamas.

D’une « salle de commandement » située à Tel Aviv (ouest), quelques uns de ces brillants cerveaux en coordonnent des dizaines d’autres. Avec l’objectif de répondre à un certain nombre de questions: qui sont les otages? Quel est le dernier endroit où ils ont été vus? Etaient-ils blessés? Est-il possible d’avoir des informations sur leur localisation?

Les autorités israéliennes ont identifié quelque 220 otages, des Israéliens, des binationaux, des étrangers. Ils sont retenus à Gaza où ils ont été emmenés de force par les commandos du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre.

Le secteur de la tech est un pilier de l’économie israélienne, bénéficiant de l’expertise de sociétés spécialisées dans la cyber-sécurité. Une expertise que le monde entier a constaté quand a éclaté le scandale du logiciel-espion Pegasus de l’entreprise israélienne NSO.

Des experts réunis dans les locaux de la société de communication Gitma BDO ont entrepris de mettre ces compétences au service de l’identification et de la recherche des otages, quelques jours après l’attaque sans précédent des combattants du Hamas sur le sol israélien, qui ont tué plus de 1 400 personnes, en majorité des civils.

D’autres plateformes similaires se sont mises en place, s’appuyant sur des volontaires, experts de la tech.

Des volontaires recherchent des informations sur les otages enlevés par des terroristes palestiniens le 7 octobre lors d’un festival de musique dans le sud d’Israël près de la frontière avec Gaza, dans les bureaux du groupe de communication Gitam BBDO à Tel Aviv le 25 octobre 2023 (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP).

A première vue, le spectacle de jeunes techniciens à l’allure branchée qui sirotent leur café en tapant sur leur laptop, ne diffère guère des locaux d’une start-up comme on peut en trouver à San Francisco ou à Londres. Mais le travail ici est singulier.

Ils naviguent sur les réseaux sociaux, visionnent des images de l’attaque, des enlèvements. Elles sont ensuite analysées par des logiciels d’intelligence artificielle et de reconnaissance faciale, et recoupées avec les photos fournies par les familles d’otages ou de disparus.

Avec l’aide d’experts en géolocalisation, de programmeurs, d’arabophones, ce travail a rapidement permis d’offrir aux autorités une cartographie plus précise de qui a été enlevé et de leur dernière apparition. Les informations sont transmises à la cellule mise en place par l’armée sur la crise des otages.

Douleur des familles

Selon Refael Franco, les volontaires de Gitma BDO ont identifié environ soixante otages. « Nous sommes une salle de commandement civile. Notre objet principal est de sauver des vies », explique le directeur exécutif de Code Blue, une entreprise de management en situation de crise qui a aidé à mettre en place l’équipe de Gitam BDO.

Montage de photos d’otages détenus à Gaza par le Hamas après l’invasion de 2 500 terroristes en Israël, le 7 octobre 2023, au cours de laquelle 1 400 personnes ont été massacrées et quelque 220 capturées. (Crédit : Kidnapped From Israel / Dede Bandaid, Nitzan Mintz et Tal Huber. Conçu par Shira Gershoni et Yotam Kellner)

Sur les écrans, des plans numériques de la bande de Gaza sont constellés de marqueurs de couleurs renvoyant à des données spécifiques sur les otages.

« Des gens ici ont quitté leur travail. Des directeurs-généraux, des responsables de départements IT d’entreprises, des fondateurs de compagnies, ils ont tout mis de côté pour venir ici et aider », dit Ido Brosh, 24 ans, programmeur chez Gitam BBDO et qui dit avoir une expérience dans le renseignement militaire.

« C’est horrible que ce soit cet événement qui nous ait tant unis. Mais c’est aussi la beauté de ce pays. Dans les temps difficiles, on se retrouve », dit-il.

Le traumatisme des attaques est renforcé par la douleur et l’angoisse des familles d’otages qui émeuvent profondément la société israélienne.

« Nous devons la ramener »

Tsili Wenkert « vit un cauchemar ». « C’est très dur pour une grand-mère de mon âge de savoir que son petit-fils est captif », dit cette femme de 82 ans. Omer Weknert, 22 ans, faisait partie des centaines de jeunes partis faire la fête dans le désert, à la rave-party Nova, tout près de la bande de Gaza.

Tsili, grand-mère d’Omer Wenkert, enlevé par des terroristes palestiniens le 7 octobre lors d’un festival de musique dans le sud d’Israël, près de la frontière avec Gaza, pose à côté d’un portrait de son petit-fils dans la ville de Gedera, le 25 octobre 2023. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP).

Mme Wenkert sait qu’il n’est pas parmi les 270 qui ont été tués sur place, selon les autorités israéliennes : il apparaît sur des images postées par le Hamas sur sa chaîne Telegram. En sous-vêtement, il a été identifié ligoté à l’arrière d’un camion rempli d’hommes armés qui exultent sur la route du retour vers Gaza.

Seuls quatre otages, une Américaine et sa fille et deux femmes octogénaires, ont été libérées pour le moment, après une médiation égypto-qatarie. L’une d’elles, Yocheved Lifshitz, 85 ans, a expliqué avoir été retenue dans un « réseau tentaculaire » de tunnels sous Gaza.

A Gitma BDO, la tâche prend parfois un tour personnel. Omri Marcus, créateur de contenu, montre la photo d’une cousine de son meilleur ami, installée en fond d’écran: « Elle est maintenant à Gaza. Nous devons la ramener. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.