A voir : Des Russes condamnés pour avoir diffusé un dessin animé anti-nazi de Disney
Rechercher

A voir : Des Russes condamnés pour avoir diffusé un dessin animé anti-nazi de Disney

Le dessin animé dans lequel Donald parodie Hitler est interdit en Russie comme matériel extrémiste, malgré son message clair anti-fasciste

Deux Russes qui ont récemment partagé sur un site Internet russe un dessin animé avec Donald Duck datant de la guerre, qui tourne en dérision le régime nazi, ont été reconnus coupables de diffusion illégale de matériaux extrémistes et à une amende de 3 000 roubles (40 euros).

La vidéo a été postée sur les médias sociaux avec une chanson vantant la suprématie de la race blanche, selon le quotidien français Le Figaro.

Un tribunal russe avait interdit en 2010 cette vidéo de Walt Disney ainsi que d’autres matériaux jugés extrémistes.

Une loi de 2014 signée par le président Vladimir Poutine avait interdit la diffusion de propagande et de symboles nazis.

Cependant, alors que le dessin animé en question de 1943 contient beaucoup de symboles nazis, il s’agit en fait d’une critique très claire de l’idéologie nazie.

Le film de 8 minutes, Le visage du Führer, dépeint les nazis comme des clowns grotesques manipulés par Adolf Hitler.

Le pauvre Donald, vivant dans un « Nazi-Land », est forcé de travailler des heures interminables pour produire des obus afin de satisfaire ses maîtres sanguinaires.

Soumis à des demandes toujours croissantes, le canard réticent semble souffrir d’une dépression nerveuse avant de se réveiller et de réaliser que tout cela était un cauchemar.

« Je suis si heureux d’être un citoyen américain, » conclut-il d’un cancanement tout en embrassant une statue de la Liberté miniature.

Le visage du Führer avait été bien reçu aux États-Unis, et a remporté un Academy Award pour le meilleur court métrage d’animation en 1943.

Quant aux deux russes condamnés, ils se sont excusés pour avoir publié les vidéos, en disant qu’ils avaient juste eu l’intention de faire une plaisanterie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...