A voir : Un présentateur de télé égyptien : « Empalez Obama »
Rechercher

A voir : Un présentateur de télé égyptien : « Empalez Obama »

Dans une diatribe, Ahmed Moussa plaide pour l'exécution du président americain pour complicité avec le terrorisme

Un animateur populaire de télévision égyptienne a déclaré que le président américain Barack Obama mérite d’être executé par les Américains, parce qu’il serait « lié aux terroristes » qui ont commis les meurtres de San Bernardino.

Au cours d’une diatribe en direct sur la chaîne égyptienne Sada El-Balad TV, qui a duré plusieurs minutes, Ahmed Moussa a rappelé la déclaration d’Obama du 25 novembre selon laquelle il n’y avait pas de « menaces spécifiques ou crédibles » d’une attaque terroriste aux États-Unis pendant la période des fêtes, et a insinué que le président américain était complice des tueries du 2 décembre en Californie.

Obama, selon Moussa, « paralyse les services de sécurité, l’armée, et les agences de renseignement. » Obama est un menteur, a-t-il poursuivi, parce que « tous les alliés du terrorisme sont des menteurs. »

Moussa commence habituellement son programme quotidien – « Ala mas’uliyati » (« Ma responsabilité » en arabe) avec un monologue de 30 minutes dans lequel il parle avec passion de divers sujets politiques. Mais ses propos sur Obama le 5 décembre Obama étaient particulièrement durs, surtout son appel explicite à l’exécution d’Obama.

Moussa a dit qu’il « aimerait que le Congrès envoie Obama à la guillotine, » et a plus tard suggéré que les Américains placent le président sur un pal, parce que « c’est ce qu’ils feraient dans un pays qui se respecte. »

Ce n’est pas la première fois que Moussa se lance dans des diatribes politiques extrêmes.

Dans son emission du 16 février, il a décrit les Etats-Unis, la Turquie et le Qatar comme les vrais supporters du terrorisme mondial, et a poursuivi en disant que l’Egypte doit donner à « cette entité sioniste qatarie » une leçon qu’elle n’oubliera jamais.

https://youtu.be/aTwP_0zXQiw

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...