A Yeruham, un petit cratère d’Israël est une grande nouvelle
Rechercher

A Yeruham, un petit cratère d’Israël est une grande nouvelle

Cette ville du sud en développement est le foyer de ce qu’on appelle à tort, le Gros Cratère, des iris de sable et des Culinary Queens.

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

  • Le surplomb du cratère. (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)
    Le surplomb du cratère. (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)
  • Vue d'ensemble sur Yeruham. (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)
    Vue d'ensemble sur Yeruham. (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)
  • Pêche au lac de Yeruham, où les bains de soleil et les pique-niques sont toujours une bonne idée. (Crédit : Garrett Mills/Flash 90)
    Pêche au lac de Yeruham, où les bains de soleil et les pique-niques sont toujours une bonne idée. (Crédit : Garrett Mills/Flash 90)

Quand on en arrive aux cratères d’Israël, les formations géologiques créées par l’érosion montagneuses il y a des millions d’années, les voyageurs pensent d’abord au cratère Ramon.

Mais il y a un autre cratère majeur du Néguev, alias makhtesh (en plus de trois plus petits) : le « Gros » cratère juste à l’extérieur de la ville en développement, au sud de Yeruham. Il a obtenu son nom trompeur à l’époque où le plus grand cratère de Ramon était encore inconnu.

Ce petit cratère moins connu se trouve au bord d’une ville du désert où s’étaient d’abord installés des immigrants dans les années 1950. Son heure, cependant, est peut être arrivée. Découvrez les plaisirs simples de Yeruham avant que les foules les découvrent aussi.

Le week-end Yeruham, qui est dans l’ensemble une ville religieuse, est peu ouvert ; c’est pourquoi il serait sage de planifier un voyage en mi-semaine. Ou envisager d’utiliser Yeruham comme base pour voyager à travers le Néguev à la découverte de la route des vins, une zone touristique basée sur l’ancienne route nabatéenne, désormais parsemée d’exploitants agricoles israéliens qui ont établi des vignobles, des fermes pour l’élevage de chèvres et la fabrication des fromages artisanaux, des chambres d’hôtes bucoliques et autres industries artisanales.

1) Premier jour, 10 heures, enregistrement : Le Desert Iris Inn est la première tentative de la ville à fournir l’hébergement des voyageurs de bonne foi, et c’est un gain en termes d’utilisation créative de l’espace et des budgets. C’est l’ancien maire de Yeruham, Amram Mitzna, (qui était aussi le maire de Haïfa) qui est venu avec l’idée de transformer un composé de remorques qui servaient auparavant de bureaux pour la compagnie Dead Sea Works dans la zone industrielle bien rangée de la ville, en chambres d’hôtel.

Il y a un bâtiment principal nouvellement construit qui abrite un confortable hall avec une cheminée au centre, un café et une salle à manger, et la plupart des unités de logement disposent d’une chambre et d’une salle de séjour séparée, ainsi que des vérandas privées.

L'original hôtel de cabines à une chambre au Desert Iris Hotel de Yeruham (Crédit : autorisation Assaf Pinchuk)
L’original hôtel de cabines à une chambre au Desert Iris Hotel de Yeruham (Crédit : autorisation Assaf Pinchuk)

« Quand une ville a un hôtel, ça ramène des gens », a déclaré Daniel Amichai, qui gère l’hôtel.

Les 47 chambres de l’hôtel sont construites autour d’une cour qui dispose d’une piscine extérieure, ouverte pendant les mois les plus chauds, avec des palmiers et des parterres de fleurs qui adoucissent la place et des bords blancs aux cabines de l’hôtel.

Il y a aussi un bâtiment séparé pour les familles nombreuses (ou les fêtes nuptiales et d’enterrements de vie de garçon) qui passent un week-end ensemble, avec une salle de séjour au mobilier confortable et sept chambres séparées, qui offrent ainsi la sensation de l’atmosphère d’une maison privée.

Chambres séparées, lignes nettes et toujours nouvelles dans presque toutes les chambres du Desert Iris (Crédit : autorisation Assaf Pinchuk)
Chambres séparées, lignes nettes et toujours nouvelles dans presque toutes les chambres du Desert Iris (Crédit : autorisation Assaf Pinchuk)

Il y a d’autres détails sympathiques au Desert Iris; la moitié des profits de l’hôtel sont à nouveau injectés dans Yeruham, en particulier dans son système éducatif. Tout le personnel local peut facilement répondre à toute question, que ce soit concernant le trajet pour voir le cratère ou pour déguster le meilleur falafel de la ville.

2) 11h00, explorer : louez des vélos de l’hôtel et foncez tête baissée jusqu’au cratère ; cinq minutes de descente sur la rue Tsvi Bornstein, la principale de Yeruham. Si vous enregistrez « cratère Ramon » sur Waze, la carte de l’application israélienne vous emmènera au cratère par une impasse résidentielle, où la palissade offre une vue sur le désert brun, mais il y a à peine un repère de sentier en vue.

Au lieu de cela, foncez sur la rue Bornstein et suivez les panneaux touristiques marrons, familiers au cratère. La rue se rétrécit à une voie, en tournant quand on entre dans le cratère. Il y a plusieurs endroits pour s’arrêter et profiter de la vue, ou suivre la route à la recherche de signes de sentiers qui dirigent les visiteurs dans le cratère.

Le Grand Makhtesh (cratère) près de Yeruham est en fait plus petit que celui de Mizpe Ramon (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
Le Grand Makhtesh (cratère) près de Yeruham est en fait plus petit que celui de Mizpe Ramon (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Un voyage sur la route de la Grande Makhtesh peut inclure le Mont Avnun (pour une vue imprenable sur le cratère de la jante occidentale), les arbres pétrifiés (en bas), le « Large Fin » et « Small Fin » (des courtes montées aux collines près du bord Est), et le plus populaire de tous : le parc aux sables colorés près de la bordure orientale.

Vous pouvez avoir recours à des guides pour une journée dans le cratère par GeoFun, le centre d’équitation du désert dans les environs de l’université Ben Gourion College, qui offre des balades à vélo aux cyclistes débutants et expérimentés, y compris des promenades au clair de lune.

3) 13h, pique-nique : Que vous ayez préparé votre propre pique-nique, l’ayez acheté au supermarché Shufersal de Yeruham (qui propose une grande quantité de fromages) ou encore un schwarma ou un falafel dans l’un des boui-boui de la rue, un bon endroit pour s’arrêter et pique-niquer se trouve au parc Sables Colorés du cratère.

Utilisé également comme un terrain de camping, il comprend les sables multicolores merveilleux du cratère, une palette naturelle de craie blanche, de jaunes profonds, d’oranges, de roses et de bruns, créée par l’oxydation du grès au fond du cratère.

Comme sur le site semblable au cratère Ramon, les enfants aiment saisir une bouteille en plastique vide et créer un trésor de sable. Une fois terminé, installez le déjeuner sur l’une des tables de pique-nique et admirez les oiseaux qui volent au-dessus du cratère.

les sables colorés du cratère, un endroit parfait pour faire ses plus belles œuvres de sable. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
les sables colorés du cratère, un endroit parfait pour faire ses plus belles œuvres de sable. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

4) 14h30, explorer davantage : Dirigez-vous vers le mont Avnun sur le bord ouest du cratère, qui offre une vue panoramique imprenable sur la Grande Makhtesh du haut de ses 656 mètres d’altitude et à environ 400 mètres au-dessus du sol du cratère.

Une petite route, non asphaltée mais facile à emprunter, mène de la route 225 à la montagne, où se trouve un parking près du sommet. Une plate-forme panoramique offre facilement une vue du cratère ; les plus aventureux peuvent grimper la partie restante – courte et facile – pour voir toute la vue panoramique sur le cratère, y compris la route sinueuse descendant dans le cratère, le ruisseau Khatira et le grès coloré.

L'iris du désert, que l'on trouve en février et mars près de Yeruham. (Crédit : Gideon Pisanty (Gidip)/CC BY 3.0)
L’iris du désert, que l’on trouve en février et mars près de Yeruham. (Crédit : Gideon Pisanty (Gidip)/CC BY 3.0)

5) 15h00, appréciez les fleurs : Yeruham est l’un des rares endroits en Israël où vous pouvez voir l’iris de sable, ou iris Yeruham, comme on l’appelle en hébreu.

Les iris brun et violet foncé fleurissent dans une réserve naturelle au nord de la ville (qui peut également servir de point de départ pour la randonnée du cratère), dans lequel 90 différentes espèces de plantes poussent, y compris des bulbes rarement vus ailleurs.

Alors que l’on trouve principalement dans la réserve l’iris de sable dans une gamme de bruns et violets, il existe aussi quelques variétés de jaune, à l’extrémité sud de la réserve.

Indications : De Beer Sheva, roulez vers l’est sur la route 25 en direction de Dimona. A la jonction Dimona, tournez vers le sud (à droite) par la route 204 à Yeruham. Peu de temps après la borne kilométrique n ° 158 il y a un chemin de terre qui tourne à gauche. Prenez-le et suivez les indications vers la Réserve d’Iris des sables.

La fleur Sternbergia, que l'on trouve également dans la réserve naturelle de Yeruham à la fin de l'hiver, ressemble à un crocus, mais est plus proche du narcisse. (Crédit : Engeser/Wikimedia Commons)
La fleur Sternbergia, que l’on trouve également dans la réserve naturelle de Yeruham à la fin de l’hiver, ressemble à un crocus, mais est plus proche du narcisse. (Crédit : Engeser/Wikimedia Commons)

Pour ceux qui font ce voyage en automne, c’est l’occasion de découvrir la Sternbergia, une fleur jaune de la famille des amaryllis, qui ressemble au crocus du printemps.

Le sentier Sternbergia est recommandé pendant octobre et novembre lorsque les bulbes fleurissant remplissent le désert de fleurs jaunes. Une organisation locale d’éducation et de tourisme à Yeruham, Neve Bamidbar, reçoit des appels téléphoniques de touristes qui veulent vérifier si la Sternbergia (ou iris des sables) est en pleine floraison.

Instructions : De l’entrée à Yeruham, prenez la route 204 sud jusqu’à Sde Boker et Makhtesh Ramon. Notez sur la droite un immeuble ancien avec des arches monumentales – le Metzad Yeruham (Fort Yeruham). Conduisez deux minutes supplémentaires jusqu’à atteindre les marqueurs 150 et 149 kilomètres, où il y a un virage marqué sur un chemin de terre qui tourne vers l’ouest de la route (il y a un panneau qui dit Sternbergias de Yeruham en hébreu). Le sentier commence à partir du chemin de terre marqué en bleu.

6) 17h, goûter (ou un dîner tôt) : Arrêtez-vous au Zman Eichut (Quality Time), le seul café de Yeruham, un endroit confortable pour boire un café le matin ou un thé en fin d’après-midi avec une assiette de biscuits ou une tarte, mais il y a aussi un menu complet de salades, sandwiches, pâtes et poissons et vous pouvez commander un panier de pique-nique pour cette balade à vélo dans le cratère.

Il y a aussi des livres sur les étagères, et un espace extérieur spacieux lorsqu’il fait chaud – mais pas trop chaud. Les murs sont ornés de photos en noir et blanc de la vieille Yeruham pour un regard rétrospectif sur les humbles racines de cette ville du désert.

Il est tenu par un natif de Yeruham, Hadara Ben-David, qui a voulu apporter un peu de Tel Aviv dans le désert.

Zman Eichut, Bornstein Street (à côté du bureau de poste), du dimanche au jeudi, 7h30-23 heures, le vendredi jusqu’à 14 heures, fermé le samedi.

Ma vitrine toujours pleine de la pâtisserie Zman Eichut, le seul café pâtisserie de Yeruham répare aussi des paniers de pique-nique pour les randonneurs et les cyclistes. (Crédit : autorisation Zman Ichut)
Ma vitrine toujours pleine de la pâtisserie Zman Eichut, le seul café pâtisserie de Yeruham répare aussi des paniers de pique-nique pour les randonneurs et les cyclistes. (Crédit : autorisation Zman Ichut)

7) 19 heures, l’heure du dîner : Les routes aux alentours sont des routes à voie unique qui deviennent sombres quand le soleil se couche. Il est donc préférable de rester près de la ville pour le dîner plutôt que de parcourir la demi-heure à Beer Sheva. Les options sont peu nombreuses : se restaurer a Zman Eichut, les boui-boui de falafel et schwarma mentionnés ci-dessus, ou un dîner à l’hôtel.

Il y a, cependant, une option unique, un dîner (ou déjeuner) au Cooking Mamas, également connu sous le nom de Culinary Queens of Yeruham. Ce sont des repas organisés par Atid Bamidbar, une organisation locale à but non lucratif qui contribue à renforcer le développement dans le Néguev en participant à des initiatives et projets sociaux.

Les visiteurs peuvent aider à préparer les repas, apprendre les différentes cultures alimentaires des hôtes, puis manger ensemble tout en écoutant des histoires sur les femmes, leurs familles et ce qu’ils ont forgés dans le désert.

Disponible uniquement sur réservation, 110 NIS par personne, appelez Shai 050-591-4174 ou Orly 052-544-5435 de la part d’Atid Bamidbar, pour les réservations et plus d’informations.

8) 21 heures, besoin d’un verre ? Arrêtez-vous au HamaBARa, seul pub de Yeruham, situé dans un établissement simple le long de l’artère principale de Yeruham, mais avec une sélection étonnante de bières, vins et cocktails locaux.

La foule est uniquement locale, et bouffe le typique mezze israélienne avec leurs boissons, en croquant dans des cigares et kubbeh de pâte phyllo frits tout en buvant une demi-pinte de Negev, la micro-brasserie locale.

HamaBARa, ouvert dès 20 heures tous les soirs sauf le vendredi.

Le seul et unique bar de Yeruham, Hamaabara sur l'artère principale de la ville. (Crédit : autorisation Hamaabara)
Le seul et unique bar de Yeruham, Hamaabara sur l’artère principale de la ville. (Crédit : autorisation Hamaabara)

D’autres idées une fois à Yeruham :

Il y a le parc Yeruham, un luxuriant espace vert avec un lac en son centre, une partie d’une forêt de pins plantés par le Fonds national juif il y a 30 ans. Le lac artificiel est un réservoir créé dans le ruisseau Revivim en amont d’un barrage, et bien qu’il soit ouvert aux pêcheurs pour le tilapia, ce n’est pas le cas des baigneurs. Il y a une zone de pique-nique ombragée agréable et une aire de jeux pour les enfants.

Regardez le site Atid Bamidbar, qui, outre l’organisation des ateliers Culinary Queens offre également d’autres idées et activités quand vous serez dans la région. Contactez-les pour plus d’informations à propos de l’hospitalité bédouine, de l’étude de la Torah dans le désert, des activités de de cerfs-volants de l’équipe, des panneaux avec les résidents locaux, de la chasse au trésor dans les rues de Yeruham et des groupes de tambour.

Prenez le temps de vous baigner et accordez-vous un moment de spa aux Bains Neve Midbar HaNegev, situés à proximité, où se trouvent des bains thermaux-minéraux, des piscines normales pour les enfants, des saunas secs, des hammams et des massages.

Allez voir les chèvres et procurez-vous certains fromages divins et d’autres gourmandises à la Ferme Kornmehl, où le café de la famille est ouvert du mardi au dimanche, de 10 heures a 18 heures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...