Abbas accuse Israël de « crimes de guerre » et de « terrorisme d’Etat »
Rechercher

Abbas accuse Israël de « crimes de guerre » et de « terrorisme d’Etat »

Le président de l'Autorité palestinienne, qui s'est tenu en retrait face au Hamas, a dit qu'il veillera à ce qu'Israël soit poursuivi par la CPI pour l'opération en cours à Gaza

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'adresse au parlement de la Ligue arabe, le 19 mai 2021. (Capture d'écran : Palestine TV)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'adresse au parlement de la Ligue arabe, le 19 mai 2021. (Capture d'écran : Palestine TV)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a accusé Israël de « terrorisme d’État » et de « crimes de guerre » mercredi, alors que des combats opposent des groupes terroristes palestiniens à l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

« Il s’agit d’un terrorisme d’État organisé mené par Israël. Ce sont des crimes de guerre condamnables en vertu du droit international. Nous n’hésiterons pas à poursuivre ceux qui commettent de tels crimes devant la Cour pénale internationale », a déclaré Abbas dans un discours pré-enregistré devant le Parlement arabe, l’organe législatif symbolique de la Ligue arabe.

La Cour pénale internationale de La Haye enquête actuellement sur Israël et le Hamas pour des crimes de guerre commis depuis 2014.

Israël et le Hamas sont engagés dans des combats depuis dix jours, les dirigeants de Gaza ayant tiré des milliers de roquettes sur le territoire israélien et Tsahal ayant répondu par des frappes aériennes intenses sur des cibles du Hamas et d’autres groupes terroristes dans l’enclave.

L’Autorité palestinienne d’Abbas dispose d’une autonomie limitée dans plusieurs enclaves de Cisjordanie, tandis que le Hamas contrôle la bande de Gaza depuis 2007 après en avoir chassé férocement le Fatah d’Abbas en 2006 suite au désengagement unilatéral d’Israël.

« Israël attaque brutalement des civils et détruit délibérément des maisons et des structures sur la tête de leurs habitants. Israël détruit les infrastructures et tue les personnes âgées, les femmes et les enfants », a déclaré Abbas.

Dans certains cas – mais pas systématiquement – Israël prévient les habitants de quitter leur maison avant une frappe imminente, afin de minimiser les pertes humaines. Israël affirme qu’il ne vise pas les civils et accuse le Hamas d’utiliser largement les habitants de Gaza comme boucliers humains pour ses tirs de roquettes sur Israël.

Abbas a également évoqué d’autres questions qui ont rendu les Palestiniens furieux ces dernières semaines, notamment les allégations de violence policière israélienne sur le mont du Temple, un site profondément vénéré par les musulmans et les juifs. Des centaines d’émeutiers palestiniens ont été blessés sur ce site lors de violents affrontements avec la police israélienne au début du mois.

Malgré les déclarations enflammées d’Abbas mercredi, le président de l’Autorité palestinienne est resté en retrait tout au long des hostilités entre Israël et le Hamas. C’est la deuxième fois qu’il s’exprime publiquement sur les combats depuis lundi dernier.

Des dirigeants ont tenté de le solliciter pour qu’il intervienne, mais il n’a pas d’influence sur son rival du Hamas et n’est pas très apprécié des Palestiniens de Cisjordanie. Beaucoup d’analystes ont interprété l’annulation des élections – les premières en 15 ans – par l’aveu indirect qu’il allait les perdre devant le groupe terroriste palestinien au pouvoir à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...