Abbas demande aux Européens de reconnaître un État palestinien
Rechercher

Abbas demande aux Européens de reconnaître un État palestinien

Lors d'une conférence de presse aux côtés du président autrichien à Ramallah, le chef de l'AP a répété vouloir mettre en place un mécanisme multilatéral dans le processus de paix

Le président de l'Autorité palestinienne  Mahmoud Abbas et le président autrichien  Alexander Van der Bellen au siège de la présidence de l'AP à Ramallah, le 5 février 2019 (Crédit :  Wafa)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président autrichien Alexander Van der Bellen au siège de la présidence de l'AP à Ramallah, le 5 février 2019 (Crédit : Wafa)

Le chef de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a vivement recommandé aux pays de l’Union européenne de reconnaître un État palestinien, mardi.

Abbas a fait cette requête lors d’une conférence de presse aux côtés du président autrichien Alexander Van der Bellen, depuis le siège de l’AP à Ramallah.

« Nous espérons que les Etats de l’Union européenne… reconnaîtront l’Etat de Palestine », a dit le président de l’AP en réponse à une question posée par les journalistes.

Alors que plusieurs pays de l’UE ont d’ores et déjà reconnu un État palestinien, la majorité de ses membres – dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie – n’ont pas effectué cette démarche.

Cela fait longtemps que l’Etat juif affirme que reconnaître la Palestine avant la finalisation d’un accord de paix durcira les positionnements palestiniens au cours des négociations, rendant plus ardue la conclusion d’un accord.

Abbas a déjà, dans le passé, appelé les pays Européens à reconnaître la Palestine, disant que cela encouragerait les espoirs de paix des Palestiniens.

Le siège de l’Union européenne à Bruxelles (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo)

Au cours de la conférence de presse avec Van der Bellen, Abbas a également répété son appel à mettre en place un « mécanisme multilatéral » pour aider au processus de paix entre Israël et les Palestiniens.

Van der Bellen a pour sa part indiqué à Abbas qu’il soutenait une solution à deux Etats, disant que c’était la seule issue possible, selon l’agence officielle de l’Autorité palestinienne, Wafa.

Abbas a fait savoir que les Palestiniens ne travailleraient plus en collaboration avec le processus de paix dirigé par les Etats-Unis dès le mois de décembre 2017, furieux contre la reconnaissance par Washington de Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Il demande depuis qu’une plus large partie de la communauté internationale assume dorénavant ce rôle d’intermédiaire dans les pourparlers de paix.

Si plusieurs responsables européens se sont exprimés en faveur de cette idée, aucune initiative n’a encore été prise sur le continent concernant la reprise des négociations de paix.

L’administration Trump doit rendre public un plan de paix – très attendu – après les élections israéliennes du mois d’avril.

Les dernières négociations de paix entre l’Etat juif et les Palestiniens, qui avaient eu lieu sous le parrainage des Etats-Unis, s’étaient effondrées au mois de mai 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...