Abbas devrait se rendre à Moscou en mai
Rechercher

Abbas devrait se rendre à Moscou en mai

Le chef de l'Autorité palestinienne devrait évoquer les perspectives pour la solution à deux Etats alors que l’inquiétude monte face à l’approche américaine

Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de leur rencontre à la résidence du président Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 13 avril 2015. (Crédit : Sergei Ilnitsky/Pool/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors de leur rencontre à la résidence du président Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 13 avril 2015. (Crédit : Sergei Ilnitsky/Pool/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, se rendra à Moscou en mai pour évoquer des perspectives d’avenir pour une solution à deux États.

Abbas envisage de programmer son voyage après le 28ème sommet arabe qui sera organisé par la Jordanie du 23 au 29 mars, a indiqué l’agence de presse russe Sputnik.

L’ambassadeur palestinien en Russie, Abd al-Hafith Nawfal, a déclaré à l’agence de presse qu’Abbas discuterait également de la nouvelle approche de l’administration américaine au sujet des négociations de paix.

Cette réunion a été organisée alors que les inquiétudes montent au sein de l’AP au sujet de l’attitude du président américain Donald Trump au sujet du conflit israélo-palestinien.

Ils craignent qu’il ne cherche pas à faire pression pour imposer la solution de deux États à Israël et aux Palestiniens mais qu’il ne travaille plutôt avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les États du Golfe pour créer un accord de paix régional.

Selon des informations russes, le président Vladimir Poutine avait invité Abbas et Netanyahu à Moscou. Le voyage d’Abbas suivra le prochain voyage de Netanyahu.

Abbas a rejeté l’idée de cadres temporaires et régionaux pour résoudre le conflit israélo-palestinien, qui ont été récemment approuvés par les dirigeants d’Israël et des États-Unis.

« Cela n’est pas pratique pour la paix et la justice de discuter de solutions temporaires ou de fusionner la question de la Palestine dans le cadre des affaires régionales, comme a tenté de le faire le gouvernement israélien actuel », a déclaré Abbas au conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...