Abbas doit visiter l’Iran dans les prochains mois
Rechercher

Abbas doit visiter l’Iran dans les prochains mois

Des officiels palestiniens à Téhéran organisent une visite pour le dirigeant palestinien dans un effort de renforcer les liens

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion avec le Conseil révolutionnaire de son parti, le Fatah, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 16 juin 2015 (Crédit : Abbas Momani / AFP )
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion avec le Conseil révolutionnaire de son parti, le Fatah, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 16 juin 2015 (Crédit : Abbas Momani / AFP )

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rendra à Téhéran dans les prochains mois dans un effort palestinien de renforcer les liens avec le République islamique, a déclaré un officiel à l’agence de presse chinoise Xinhua lundi.

Ahmad Majdalani, un membre du Comité exécutiv de l’OLP qui visitait l’Iran ces derniers jours, a déclaré qu’il avait discuté des arrangements pour une visite du dirigeant palestinien avec des officiels iraniens. Il a précisé que le voyage aurait probablement lieu dans les deux prochains mois.

L’Autorité palestinienne essaie de renforcer ses relations diplomatiques avec l’Iran alors que les liens entre la République islamique et le principal rival de l’Autorité palestinienne, le Hamas, deviennent de plus en plus froids.

Abbas a envoyé Majdalani en Iran, où il a rencontré le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. Majdalani a déclaré à radio palestine lundi qu’il avait signé un accord de coopération entre l’Iran et la « Palestine » avec les deux partis mettant en place un « haut comité » pour discuter au sujet d’échanges politiques, économiques et social.

« Nous avons évoqué la situation palestinienne avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

Il a affirmé le soutien de l’Iran pour les tentatives des dirigeants palestiniens de mettre un terme à la division palestinienne et de former un gouvernement d’unité », a déclaré Madjalani à la radio Mawtini lundi, notant qu’il avait transmis une lettre d’Abbas au président iranien Hassan Rouhani.

Les relations de l’Iran avec l’Autorité palestinienne et le mouvement du Fatah de Mahmoud Abbas ont été traditionnellement glaciales depuis que le chef palestinien a renoncé à la résistance armée contre Israël que l’Iran soutient à la fois financièrement et idéologiquement.

En 2012, Abbas a décliné une invitation à se rendre à Téhéran par le président de l’époque Mahmoud Ahmadinejad.

Il a ensuite rencontré Ahmadinejad au Caire en février 2013, remerciant le président iranien pour son soutien à la tentative de reconnaissance d’un Etat palestinien en novembre 2012 aux Nations unies.

A la suite d’une rare visite à Téhéran en janvier 2014 au cours de laquelle il a rencontré le ministre des Affaires étrangères Zarif, l’officiel du Fatah Jibril Rajoub a déclaré que son mouvement souhaitait « sincèrement » faire avancer les relations avec l’Iran.

Selon Maddalani, originaire de Syrie, Mahmoud Abbas a la même vision que l’Iran sur la solution de la guerre civile syrienne. L’Iran a récemment proposé un processus en quatre étapes en Syrie commençant avec un cessez-le-feu immédiat, la formation d’un gouvernement d’unité, la modification de la constitution de la Syrie et finalement des élections nationales.

En septembre 2013, Abbas s’est distancé de la Ligue arabe, s’opposant aux frappes militaires occidentales contre le régime d’Assad.

Un an plus tôt, Abbas avait proposé une solution diplomatique pour la crise syrienne, dont les détails n’avaient jamais été divulgués, mais qu’il avait présenté au président américain Barack Obama lors de sa visite dans la région en mars 2013.

« Les quatre éléments de l’initiative iranienne coïncident avec l’initiative palestinienne », a déclaré Majdalami à l’Agence de presse palestinienne Maan lundi.

Majdalani s’est également félicité de l’accord sur le nucléaire signé entre l’Iran et le P5+1 le mois dernier, déclarant qu’il contribuerait à la « paix et la sécurité dans la région ».

« L’accord préparera le terrain pour une conférence internationale pour débarasser la région des armes nucléaires, enlevant ainsi à Israël l’excuse qu’un Iran nucléaire menace son existence », a été cité Majdalani par Maan.

Depuis la violente prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas à l’été 2007, l’Iran a clairement favorisé le Hamas par rapport au Fatah.

Pourtant, il a progressivement cessé son soutien financier et militaire au Hamas après que le mouvement palestinien islamiste ait abandonné son quartier général à Damas au début 2012 et aurait soutenu une opération militaire menée par les Saoudiens contre les rebelles chiites au Yemen.

Selon des informations, une visite prévue du chef politique du Hamas Khaled Meshaal à Téhéran a été récemment annulée par le gouvernement iranien en protestation contre le rapprochement du Hamas avec l’Arabie saoudite.

Le Hamas, de son côté, s’est précipité pour nier les informations au sujet d’une crise entre les deux parties, prétendant que les liens avec l’Iran sont maintenus malgré l’arrêt du financement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...