Abbas juge Trump « sérieux » dans sa volonté de régler le conflit
Rechercher

Abbas juge Trump « sérieux » dans sa volonté de régler le conflit

Le chef de l'AP, invité à la Maison Blanche par Trump, doit s'y rendre en avril, après le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi de Jordanie Abdallah II

Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits :  Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)
Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits : Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé à l’AFP que le président américain Donald Trump était « sérieux » dans sa volonté de résoudre le conflit israélo-palestinien, à l’approche d’une rencontre entre les deux dirigeants à la Maison Blanche.

Abbas s’exprimait à l’issue du sommet annuel des chefs d’Etat arabes qui s’est tenu mercredi en Jordanie et au cours duquel les Palestiniens ont assuré avoir obtenu le soutien arabe qu’ils escomptaient avant une série de discussions entre Trump et plusieurs dirigeants arabes à Washington.

La nouvelle administration américaine, en place depuis deux mois, « pense sérieusement à trouver une solution à la question palestinienne », a dit Abbas.

« Nous dialoguons régulièrement avec l’administration du président Trump. Elle nous a demandé notre avis sur de nombreuses questions, nous avons répondu à ses interrogations et expliqué notre position sur tous ces points ».

Abbas, invité à la Maison Blanche par Trump, doit s’y rendre en avril, après le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi de Jordanie Abdallah II, deux interlocuteurs incontournables du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Le dirigeant de l’AP repart de Jordanie avec l’appui de la Ligue arabe, notamment sur la question de la solution à deux Etats, palestinien et israélien. Il a en outre obtenu des pays arabes qu’ils réaffirment leur soutien à l’initiative de paix arabe de 2002 qui prévoit une reconnaissance d’Israël par l’ensemble des membres de la Ligue arabe une fois obtenue la création d’un Etat palestinien.

« L’administration américaine attendait les décisions du sommet, notamment parce qu’elle veut faire avancer le dossier palestinien », a ajouté M. Abbas. Et toutes ces positions endossées par la diplomatie arabe « auront un impact positif » lors des rencontres à la Maison Blanche, a-t-il poursuivi.

La veille du sommet, M. Abbas avait rencontré Jason Greenblatt, l’envoyé de M. Trump, qu’il avait déjà reçu mi-mars à Ramallah, en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...