Abbas s’entretient avec Barlev : 4e récent échange AP-gouvernement israélien
Rechercher

Abbas s’entretient avec Barlev : 4e récent échange AP-gouvernement israélien

Pendant des années, le président Rivlin était le seul à s'entretenir avec l'Autorité palestinienne mais le nouveau gouvernement semble changer de tactique

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'une réunion des dirigeants palestiniens à Ramallah, en Cisjordanie, le 3 septembre 2020. (Flash90)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'une réunion des dirigeants palestiniens à Ramallah, en Cisjordanie, le 3 septembre 2020. (Flash90)

Le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, a appelé le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour lui adresser ses vœux à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Adha, ont indiqué les bureaux des deux hommes politiques.

« J’espère et je crois que la conversation positive conduira à l’ouverture de lignes de communication entre moi et mes homologues de l’AP, ce qui favorisera la paix et la sécurité pour les deux peuples », a déclaré Barlev dans un tweet.

Le bureau d’Abbas s’est pour sa part contenté de dire que le ministre israélien avait parlé avec Abbas en raison de la fête. L’Aïd al-Adha, l’un des moments les plus sacrés du calendrier musulman, a commencé lundi soir.

Cet appel téléphonique est le quatrième échange public entre le chef de l’Autorité palestinienne et un haut fonctionnaire israélien au cours des deux dernières semaines. De telles conversations de haut niveau ont été rares ces dernières années.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a parlé pour la dernière fois avec Abbas en 2017. Pendant les années qui ont suivi, les relations se sont arrêtées et il y a eu peu de contacts publics entre les hauts responsables politiques des deux parties. L’exception était des appels téléphoniques occasionnels entre Abbas et le président de l’époque, Reuven Rivlin.

Mais les ministres de gauche et centristes du nouveau gouvernement ont montré un intérêt pour le renforcement de l’Autorité palestinienne en difficulté.

« Le changement le plus souhaitable, à mon avis, est de renforcer autant que possible l’Autorité palestinienne et de ne pas laisser le Hamas fixer les règles du jeu, ni dans la zone de la bande de Gaza ni à Gaza même », a déclaré le ministre de la Défense, Benny Gantz, au lendemain de la récente escalade entre Israël et le Hamas.

Le ministre de la Sécurité publique Omer Bar-Lev s’entretient avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 22 juillet 2021. (Autorisation)

Gantz s’est entretenu avec Abbas plus tôt cette semaine, devenant ainsi le premier ministre du cabinet à parler publiquement au président de l’AP depuis 2017. Son collègue, le ministre de la Coopération régionale, Issawi Frej, membre du parti de gauche Meretz, a tenu plusieurs réunions avec des responsables palestiniens.

Le processus de paix avec Israël étant moribond, les Palestiniens sont de plus en plus nombreux à considérer les dirigeants de Ramallah comme faibles, corrompus et incapables de mettre fin au régime militaire israélien.

Parallèlement, les groupes de défense des droits de l’homme affirment que l’AP devient de plus en plus autoritaire envers son propre peuple. Ces derniers mois, la répression s’est durcie, les forces de sécurité de l’AP ayant prétendument battu à mort un dissident en détention, ce qui a suscité une indignation générale.

Le nouveau président Isaac Herzog s’est également entretenu à deux reprises avec Abbas au cours de ses deux semaines de mandat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...