Abdallah II : les musulmans doivent s’allier avec les juifs et les chrétiens pour battre l’EI
Rechercher

Abdallah II : les musulmans doivent s’allier avec les juifs et les chrétiens pour battre l’EI

Le roi de Jordanie a dit à la télévision australienne qu’il avait parlé avec Trump, et doutait qu’il change la politique américaine au point d’induire une panique

Le roi de Jordanie Abdallah II s'exprime devant la 71e Assemblée générale des Nations unies; à New York, le 20 septembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)
Le roi de Jordanie Abdallah II s'exprime devant la 71e Assemblée générale des Nations unies; à New York, le 20 septembre 2016. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

Le roi Abdallah II de Jordanie a déclaré que les musulmans devaient s’allier avec les chrétiens et les juifs pour battre le groupe terroriste Etat islamique (EI), qu’il a qualifié de « menace mondiale ».

« Je pense que la destruction de l’EI devrait être la priorité de tout le monde », a déclaré Abdallah à une télévision australienne pendant un entretien diffusé mercredi. Il a ajouté que l’EI était une menace mondiale qui ne pouvait être battue « sans l’aide des chrétiens et des juifs, et des autres religions et des autres nations. »

Il a déclaré à la chaîne que « nous sommes en fait dans la même tranchée, musulmans, chrétiens et juifs, contre ce que je ne cesse d’appeler les hors-la-loi de notre religion. »

« Cette chose n’est pas localisée qu’en Syrie et en Irak, a déclaré le roi. C’est en Libye, il y a Boko Haram et Shabab, vous avez Al Taliban, et en fait, dans ce coin du monde, vous avez aussi vos problèmes. Donc à moins que nous regardions cela avec une approche globale et mondiale, nous n’allons jamais gagner. »

Le président américain élu Donald Trump dans une vidéo publiée le 21 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le président américain élu Donald Trump dans une vidéo publiée le 21 novembre 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Abordant l’élection surprise de Donald Trump aux Etats-Unis, Abdallah a déclaré avoir déjà parlé avec le président élu. Il a cherché à apaiser les craintes que Trump, qui avait insisté pendant sa campagne sur l’interdiction temporaire de l’entrée des musulmans sur le territoire américain, ne crée un trouble massif.

« J’ai eu l’opportunité de parler avec le président élu Donald Trump la semaine dernière. La synergie a été très bonne pendant cette conversation téléphonique », a déclaré Abdallah.

« Il y aura des changements de politique, mais je ne pense pas qu’ils iront jusqu’à ce qui fait paniquer tout le monde », a-t-il ajouté.

Abdallah et son épouse, la reine Rania, sont en Australie pour une courte visite d’Etat. Le roi devait discuter de contre-terrorisme avec le procureur général australien George Brandis et le ministre de la Justice du pays, Michael Keenan.

En octobre, une coalition composée de kurdes, de chiites et des forces gouvernementales irakiennes et soutenue par les Etats-Unis a lancé une campagne militaire pour reprendre les places fortes de l’EI, les villes de Mossoul et Rakka. Actuellement, les forces irakiennes ont annoncé qu’elles avaient assiégé Mossoul et coupé l’EI de ses approvisionnements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...