Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Accord Iran/Etats-Unis : Téhéran espère finaliser dans « les prochains jours »

L'Iran espère transférer six milliards de dollars de fonds iraniens bloqués en Corée du Sud vers un compte spécial au Qatar

Drapeaux des Etats-Unis et l’Iran. (Crédit : 
iStock)
Drapeaux des Etats-Unis et l’Iran. (Crédit : iStock)

L’Iran espère finaliser dans « les prochains jours » le transfert de ses fonds gelés en Corée du Sud dans le cadre de l’accord conclu en août avec les Etats-Unis sur une libération de prisonniers, a indiqué lundi un haut responsable.

« Nous espérons que le transfert sera achevé dans les prochains jours et que l’Iran aura pleinement accès à ses actifs », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani, lors d’une conférence de presse.

Cette opération vise à transférer six milliards de dollars de fonds iraniens bloqués en Corée du Sud vers un compte spécial au Qatar.

M. Kanani a affirmé lundi que l’Iran pourrait acheter « tout bien non sanctionné » par les Etats-Unis, et « utiliser pleinement ces fonds débloqués », pas seulement pour acheter « des médicaments et de la nourriture ».

Cet arrangement financier avait été annoncé le 10 août dans le cadre d’un accord entre Téhéran et Washington, avec la médiation du Qatar, pour libérer des prisonniers américains détenus en Iran et des Iraniens détenus aux Etats-Unis.

« Nous sommes optimistes sur le fait que l’échange de prisonniers aura lieu bientôt », a déclaré M. Kanani.

Dans le cadre de l’accord, Téhéran a placé cinq détenus américains d’origine iranienne en résidence surveillée avant leur probable transfert au Qatar pour être libérés.

Pour les experts, cet accord, conclu après des négociations très discrètes, témoigne d’un apaisement des tensions entre l’Iran et les Etats-Unis, qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques depuis la Révolution islamique de 1979.

Mais ils ne préjugent pas d’un possible accord sur le dossier du nucléaire iranien.

Des négociations menées par les Européens avaient échoué en 2022 à raviver l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, moribond depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 sous la présidence de Donald Trump.

S’il se concrétisait dans les prochains jours, l’accord interviendrait un an après le début du mouvement de contestation en Iran à la suite de la mort en détention de Mahsa Amini, et à l’approche de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, à laquelle devrait participer le président iranien, Ebrahim Raïssi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.