Accord pour un câble électrique sous-marin entre Chypre et l’Egypte
Rechercher

Accord pour un câble électrique sous-marin entre Chypre et l’Egypte

Cet accord, qualifié d'"historique" par EuroAfrica Interconnector, permettra, à terme, d'exporter de l'électricité en Europe

Photo d’illustration de Chypre (Pixabay)
Photo d’illustration de Chypre (Pixabay)

L’Egypte a signé jeudi un accord avec une entreprise basée à Chypre pour l’installation d’un câble sous-marin de 310 kilomètres entre les deux pays afin d’exporter de l’électricité en Europe, a indiqué la société en charge du projet, EuroAfrica Interconnector.

Cet accord, qui représente une valeur de 2 milliards d’euros, a été qualifié d' »historique » par le président du conseil stratégique d’EuroAfrica Interconnector et ancien ministre chypriote des Affaires étrangères, Ioannis Kasoulides.

« Chypre devient ainsi une plateforme majeure pour la transport d’électricité de l’Afrique à l’Europe », a-t-il ajouté. Il a assisté jeudi à la signature de l’accord au Caire avec la présidente de la Société égyptienne de transport d’électricité, notamment aux côtés du Premier ministre égyptien Moustafa Madbouly.

L’installation du câble sous-marin électrique, qui s’enfoncera jusqu’à 3 000 mètres en dessous du niveau de la mer, devrait prendre trois ans. Au cours de sa première phase d’exploitation, le câble aura une capacité de transfert d’énergie de 1 000 MW qui pourra doubler par la suite.

« Le réseau d’électricité égyptien sera relié au système européen grâce à Chypre et (cela) contribuera à la sécurité énergétique », a ajouté le président de la société basée à Nicosie et dont le projet prévoit aussi de relier l’île méditerranéenne à la Grèce, en passant par la Crète.

Depuis l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 par Moscou, l’Union européenne cherche à développer des moyens d’importations d’énergie alternatifs pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie.

De récentes découvertes d’importants champs gaziers au large des côtes égyptiennes permettent désormais de satisfaire les besoins domestiques du plus peuplé pays arabe.

L’Egypte cherche donc désormais à développer les infrastructures lui permettant d’exporter son énergie, tant en matière d’électricité que de gaz naturel liquéfié.

Le Caire cherche également à importer du gaz des gisements chypriotes et israéliens pour rentabiliser les équipements de liquéfaction de gaz naturel installés sur ses côtes.

Le 19 septembre 2018, Le Caire a signé avec Chypre un accord pour la construction du premier pipeline sous-marin transportant du gaz naturel chypriote vers l’Egypte – distance de quelques centaines de kilomètres -, avant sa réexportation vers l’Europe.

La découverte de gisements en Méditerranée orientale a entraîné un rapprochement sur ces questions de l’Egypte, d’Israël, de la Grèce et de Chypre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...