Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Accusé d’antisémitisme, d’homophobie et de communautarisme, Médine toujours invité

Le parti écologiste a invité Médine à un débat le 24 août au Havre. Il sera aussi convié aux réunions de rentrée du parti de Jean-Luc Mélenchon, le 26 août dans la Drôme

Le rappeur français Médine Zaouiche à une manifestation avec les employés en grève de TotalEnergies devant la raffinerie de Gronfreville-l'Orcher, dans le nord de la France, le 24 mars 2023. (Crédit : LOU BENOIST / AFP)
Le rappeur français Médine Zaouiche à une manifestation avec les employés en grève de TotalEnergies devant la raffinerie de Gronfreville-l'Orcher, dans le nord de la France, le 24 mars 2023. (Crédit : LOU BENOIST / AFP)

Les Verts restent déterminés à accueillir le rappeur Médine à leur université d’été et ils ont balayé vendredi les pressions qui s’accroissent sur eux comme sur la France insoumise (LFI) pour déprogrammer des débats avec l’artiste taxé d’antisémitisme, d’homophobie et de communautarisme.

Face à la polémique qui enfle, la cheffe de file d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Marine Tondelier a souligné dans un entretien à l’AFP l’évolution et le parcours d’une personnalité qui a, selon elle, « ouvert les yeux sur ses erreurs » au fil des ans.

« La question de la lutte contre les intolérances (…) passe forcément par des gens qui ne savaient pas et qui ouvrent les yeux, qui se déconstruisent, se conscientisent, qui reconnaissent des erreurs passées, qui avancent », a-t-elle ajouté.

Le parti écologiste a invité Médine à un débat le 24 août au Havre. Il sera aussi convié aux réunions de rentrée du parti de Jean-Luc Mélenchon, le 26 août dans la Drôme.

Dès ces invitations lancées – fin juillet pour EELV -, les critiques ont fusé contre les deux partis de gauche. Car l’artiste est lesté d’une réputation sulfureuse, entretenue par certains gestes et propos, à commencer par la « quenelle », posture antisémite popularisée par le polémiste Dieudonné, que Médine a réalisée à plusieurs reprises il y a une dizaine d’années.

Celui qui a grandi au Havre s’est toujours défendu d’être antisémite, sans pour autant revenir sur ses gestes ou ses déclarations les plus controversés.

Pourtant, un post publié jeudi par Médine sur le réseau X (ex-Twitter) a déclenché jeudi une nouvelle salve de messages indignés, jusque chez des membres du gouvernement, comme la secrétaire d’Etat chargée de la citoyenneté Sonia Backès et le ministre des Transports Clément Beaune, figure de l’aile gauche de l’exécutif et dont l’arrière grand-père Israel Naroditzki a été déporté et gazé à Auschwitz.

« Abject »

Rachel Khan, sur le plateau de Franceinfo, le 31 mai 2022. (Crédit : Capture d’écran francetvinfo.fr)

Médine y qualifiait l’artiste et essayiste franco-gambienne Rachel Khan, juive et petite-fille de déporté, de « resKHANpée » et la décrivait comme une personne « dérivant chez les social traîtres et bouffant au sens propre à la table de l’extrême-droite ».

Le jeu de mot est « abject », a tonné Clément Beaune, appelant LFI et Marine Tondelier à « revenir à la raison » et à déprogrammer Médine. Une provocation comparable au « Durafour crématoire » lancé dans les années 1980 par Jean-Marie Le Pen à l’encontre du ministre de la Fonction publique de l’époque Michel Durafour, selon une vingtaine de députés du parti présidentiel Renaissance.

« L’allusion aux rescapés des camps de la mort et la mise en évidence du patronyme juif en fait une attaque antisémite indéniable et intolérable », écrivent ces parlementaires dans un communiqué commun, appelant « fermement » à désinviter le rappeur.

Accusés par la Licra d' »ambigüités trop récurrentes » sur l’antisémitisme, les Verts insistent sur l’importance de maintenir le dialogue avec tout le monde.

« Pour moi, la lutte contre l’antisémitisme, c’est une bataille culturelle qu’il faut mener et qui doit se mener partout et tout le temps, y compris là où c’est plus difficile ou plus risqué », dit Marine Tondelier.

« Je ne connais ni le rappeur Médine, ni Rachel Khan. Mais le jeu de mot publié sur elle est scandaleux – au-delà de la limite malgré ce qu’il prétend », a répliqué le président de la Cour des comptes et ancien ministre socialiste Pierre Moscovici sur le réseau X.

« Maintenir Medine après ce jeu de mots antisémite sur @KhanNRachel serait cautionner cette ignominie », renchérit le président des Républicains Eric Ciotti.

Lui aussi sous la pression, Médine a dû présenter ses regrets à Rachel Khan. « La formule pas adaptée, qui à certainement dû heurter des personnes et je m’en excuse, n’était pas dirigée vers sa famille ni vers les victimes du drame de la Shoah », a-t-il posté sur X vendredi.

Habitué des réseaux sociaux, le rappeur y est régulièrement confronté à ses prises de position passées, mais aussi aux paroles de certaines chansons, vues comme hostiles à la laïcité, proche des idées islamistes ou encore homophobes.

Dans l’une de ses dernières interviews, dans la revue anticapitaliste « Ballast » datée du 15 juillet, il assure s’opposer à toute forme de discrimination, appelant de ses vœux « la justice sociale », le combat contre « l’extrême droite » et la fin des « mécanismes d’oppression qui frappent à la fois les populations LGBT, les racisés, les féministes ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.