Affaire des sous-marins : Gantz et Saar envisagent une enquête
Rechercher

Affaire des sous-marins : Gantz et Saar envisagent une enquête

Après un différend sur la question le mois dernier, les ministres de la Défense et de la Justice vont former des équipes interministérielles afin d’élucider l’affaire

Le ministre de la Défense Benny Gantz, le 14 juillet 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90) Le ministre de la Justice Gideon Saar, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz, le 14 juillet 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90) Le ministre de la Justice Gideon Saar, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre de la Justice Gideon Saar ont formé des équipes interministérielles pour examiner la possibilité d’établir une commission d’enquête d’État sur l’affaire dite des sous-marins.

Les équipes échangeront sur la question, en coopération avec le procureur général Avichai Mandelblit.

La décision peut être considérée comme une sorte de rapprochement après que les deux parties ont eu un différend public sur la question le mois dernier, alors que Gantz avait annoncé son intention de demander au gouvernement de former une commission d’enquête, apparemment sans coordonner l’idée avec Saar ou le Premier ministre Naftali Bennett.

Le bureau de Saar avait alors qualifié la conduite de Gantz de « non professionnelle et d’inacceptable », affirmant que le responsable de la Défense avait fait cette déclaration à la presse sans aucune coordination ni délibération préalable.

« La mise en place d’une commission d’enquête d’État est une question importante. La précipitation et le manque de discussions coordonnées… sont inacceptables », indiquait le communiqué.

Selon la Douzième chaîne, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a par la suite informé Gantz que le parti Yamina de Bennett s’opposerait à la création d’une commission d’État sur l’affaire.

Dans l’Affaire 3 000, plusieurs proches collaborateurs de Benjamin Netanyahu, mais pas l’ex-Premier ministre lui-même, sont soupçonnés d’avoir reçu des fonds illicites dans le cadre d’une opération de corruption massive lors d’un achat public de navires et sous-marins au constructeur naval allemand ThyssenKrupp. Quatre contrats impliquant Israël et ThyssenKrupp font l’objet d’une enquête.

Certains dans le pays la considèrent comme le cas de détournement le plus grave de l’histoire d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...