Affrontements à Jérusalem Est pendant Yom Kippour
Rechercher

Affrontements à Jérusalem Est pendant Yom Kippour

Un Palestinien de 20 ans aurait été tué dans des émeutes près du domicile du terroriste de dimanche

Des blocs de béton sont installés par les forces israéliennes sur une route reliant le quartier arabe de Jérusalem Est de Beit Hanina à Jérusalem Ouest, avant Yom Kippour, le 11 octobre 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)
Des blocs de béton sont installés par les forces israéliennes sur une route reliant le quartier arabe de Jérusalem Est de Beit Hanina à Jérusalem Ouest, avant Yom Kippour, le 11 octobre 2016. (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

Israël s’est mis totalement à l’arrêt mercredi pour Yom Kippour, la fête la plus solennelle du calendrier juif, tandis que la Cisjordanie et les quartiers arabes de Jérusalem Est étaient bouclés par les forces israéliennes.

Yom Kippour, le jour du Grand Pardon, a commencé mardi soir et s’est achevé mercredi soir. Les aéroports israéliens cessent de fonctionner, les programmes de télévision et radio s’arrêtent, les magasins ferment et les voitures ne roulent pas, offrant le spectacle singulier de routes accaparées par les enfants et les cyclistes.

Comme les années précédentes, Yom Kippour a été entouré d’un dispositif de sécurité renforcé.

Un attentat qui a coûté la vie dimanche à deux Israéliens avant que le terroriste ne soit abattu à Jérusalem faisait redouter un nouvel accès de violences lors de Yom Kippour et, à partir de dimanche et pour une semaine, d’une autre fête juive importante, Souccot.

Dans la nuit, des heurts ont éclaté lors d’une opération de la police des frontières dans le quartier de Silwan, à Jérusalem Est, où vivait le terroriste de Jérusalem. Un Palestinien de 20 ans, Ali Shiouki, a été tué par les forces israéliennes, ont indiqué des responsables palestiniens.

Selon une porte-parole de la police, des « Palestiniens masqués ont lancé des pierres et des bouteilles incendiaires en s’approchant des garde-frontières en opération à Silwan, dont la vie s’est trouvée réellement en danger. Les gardes frontières ont alors tiré et atteint des émeutiers qui se sont enfuis en évacuant avec eux les blessés. »

Les forces en opération à Naalin, à l’ouest de Ramallah, ont été la cible de tirs palestiniens mardi. Il n’y a pas eu de blessés, et quatre suspects ont été arrêtés.

Des affrontements ont également opposé mercredi dans la nuit Palestiniens et forces israéliennes dans la localité palestinienne d’Al-Ram, proche banlieue de Jérusalem séparée de la ville par le mur de sécurité israélien, selon des sources palestiniennes.

Plus de 3 000 policiers ont été mobilisés à Jérusalem. La police avait installé des barrages aux entrées de Jérusalem Est.

Bien moins religieuse, Tel Aviv, la capitale économique et culturelle, paraissait éloignée des tensions de Jérusalem. Les rues abondaient de piétons, de cyclistes et de skate-boardeurs. Les magasins tenus par des arabes attiraient les chalands, en particulier ceux où l’on vend de l’alcool.

Certains pique-niquaient sur les plages de la ville méditerranéenne.

C’était une journée « un peu magique, où on n’a rien d’autre à faire que de voir ses amis et d’aller à la plage », disait un jeune skater, Amnon Elkaim.

Une mère avec son fils, qui portait un costume de Spiderman, a parlé de « vrai jour de repos ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...