Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Affrontements dans un camp palestinien du Liban : 6 morts et 1 blessé

Dans un communiqué dimanche après-midi, le Fatah a confirmé la mort du commandant Achraf al-Armouchi et de quatre de ses "camarades", lors d'une "opération odieuse"

Des membres armés du Fatah à proximité d'un poste de contrôle de l'armée libanaise à l'entrée du camp de réfugiés palestiniens de Ain El-Helweh près de la ville portuaire du sud du Liban de Sidon - le 25 août 2015.  (Crédit : AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)
Des membres armés du Fatah à proximité d'un poste de contrôle de l'armée libanaise à l'entrée du camp de réfugiés palestiniens de Ain El-Helweh près de la ville portuaire du sud du Liban de Sidon - le 25 août 2015. (Crédit : AFP PHOTO / MAHMOUD ZAYYAT)

Un responsable militaire du Fatah, principale organisation palestinienne et quatre de ses « camarades » ont été tués dimanche, a indiqué la formation, portant à six le nombre de morts dans les affrontements opposant le Fatah à des groupes islamistes depuis l’aube, dans le plus grand camp palestinien au Liban.

Une seconde source palestinienne à l’intérieur du camp avait indiqué, sous couvert de l’anonymat que les affrontements survenus dans la nuit de samedi à dimanche avaient opposé des membres du Fatah, mouvement du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, à des groupes islamistes du camp, tuant un « islamiste du groupe al-Shabab al-Muslim » et blessant six autres personnes, dont un dirigeant du groupe.

Ces affrontements nocturnes ont repris au cours de la journée et sont toujours en cours, selon un photographe de l’AFP et des médias locaux.

Dans un communiqué dimanche après-midi, le Fatah a confirmé la mort du commandant Achraf al-Armouchi et de quatre de ses « camarades », lors d’une « opération odieuse », dénonçant un « crime abominable et lâche », visant à saper « la sécurité et la stabilité » des camps.

L’armée libanaise avait de son côté indiqué sur Twitter, rebaptisé « X », qu’un de ses soldats avait été blessé par des éclats d' »obus de mortier tombé dans un des postes militaires », résultant des affrontements à Aïn al-Helweh, ajoutant que son état de santé était stable.

Le bilan des affrontements dans le camp de réfugiés palestinien, le plus grand du Liban, qui échappe à l’autorité du gouvernement, s’élève désormais à six morts et sept blessés.

« Nous nous efforçons de mettre fin aux affrontements et de livrer les personnes impliquées dans l’incident », a indiqué Mounir al-Maqdah, un haut responsable du Fatah.

Des affrontements entre groupes rivaux ont souvent lieu à Aïn al-Helweh où vivent 54 000 réfugiés palestiniens, auxquels s’ajoutent des milliers d’autres Palestiniens ayant fui la guerre en Syrie.

En vertu d’un accord de longue date, l’armée ne pénètre pas dans les camps palestiniens où la sécurité est assurée par des factions palestiniennes.

En conséquence, il existe des zones de non-droit au sein des camps, et Aïn al-Helweh est connu pour avoir accueilli des extrémistes et des fugitifs.

Plus de 450 000 Palestiniens sont enregistrés en tant que réfugiés au Liban auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA).

Des familles palestiniennes évacuant leurs maisons dans le camp de réfugiés palestiniens d’Ain al-Helweh, le plus grand camp de réfugiés palestiniens du Liban, lors des affrontements entre le mouvement Fatah et les islamistes dans le camp de la ville côtière de Sidon, au sud du pays, le 30 juillet 2023. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Les affrontements ont opposé des membres du Fatah à des groupes islamistes dans ce camp – le plus grand du Liban, qui échappe à l’autorité du gouvernement, bien que lui-même largement impuissant dans tout le pays – a indiqué la source.

L’incident s’est produit environ deux mois après que des échauffourées similaires ont tué un membre du Fatah dans le même camp.

L’agence de presse officielle libanaise NNA a fait état d’une « tentative d’assassinat visant un militant islamiste » qui a secoué le camp samedi, sans faire état de victimes.

En vertu d’un accord de longue date, l’armée ne pénètre pas dans les camps palestiniens où la sécurité est assurée par des factions palestiniennes.

En conséquence, il existe des zones de non-droit au sein des camps et Aïn al-Helweh est connu pour avoir accueilli des extrémistes et des personnes en cavale.

En mars, toujours dans ce camp, une personne a été tuée et sept autres blessées lors d’affrontements nocturnes, qui avaient également opposé des membres du Fatah à des groupes islamistes.

La plupart des réfugiés palestiniens vivent dans l’un des 12 camps de réfugiés officiels, souvent dans des conditions sordides, et sont soumis à diverses restrictions légales, notamment en matière d’emploi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.