Affrontements entre Juifs et Arabes à Jérusalem : 4 arrestations, 1 blessé
Rechercher

Affrontements entre Juifs et Arabes à Jérusalem : 4 arrestations, 1 blessé

Dans un contexte de tensions ethniques croissantes dans la capitale, des équipes de télévision ont été attaquées par la foule et un jeune de 15 ans a été poignardé par un Arabe

Des affrontements dans le centre-ville de Jérusalem, le 22 avril 2021 (cCapture d'écran via Twitter).
Des affrontements dans le centre-ville de Jérusalem, le 22 avril 2021 (cCapture d'écran via Twitter).

Des affrontements ont éclaté mercredi soir dans le centre-ville de Jérusalem entre Juifs et Arabes, dans un contexte de tensions ethniques croissantes dans la capitale.

Quatre personnes ont été arrêtées à la suite de la rixe sur la rue Jaffa, selon les médias israéliens. Une personne a été légèrement blessée et a reçu un traitement médical sur les lieux.

Par ailleurs, un Israélien juif de 15 ans a été poignardé à la jambe, souffrant de blessures légères.

Des équipes de télévision de la Treizième chaîne et de Kan ont été attaquées par un groupe de jeunes juifs. Des images publiées en ligne montrent un reporter poussé au sol. Yossi Eli, de la Treizième chaîne, a déclaré que son collègue de Kan avait reçu des coups de poing et que son téléphone portable avait été cassé. Un caméraman a également été agressé et aspergé de gaz poivré au visage, a-t-il ajouté.

« Je suis désolé mais je ne peux pas me calmer », a tweeté Eli. « Je suis venu pour faire une retransmission de ce qui se passe dans le centre d’Israël, place Zion, l’endroit le plus sûr. C’est la troisième nuit au cours de laquelle il y a eu des combats entre Juifs et Arabes. Au cours de laquelle des Juifs ont cherché des Arabes. »

Il a également accusé la police de fermer les yeux sur ces violences.

Ces violences surviennent après un certain nombre d’agressions contre des Juifs qui ont été filmées puis mises en ligne sur l’application de partage de vidéos TikTok, dont celle d’un adolescent de Jérusalem-Est giflant deux garçons ultra-orthodoxes dans le tramway. Outre les violences récentes à l’encontre des Juifs, des Arabes ont également été attaqués à Jérusalem, et des chants de « mort aux Arabes » ont été entendus lors de ces agressions.

Un groupe extrémiste juif a déclaré qu’il se rassemblerait à Jérusalem jeudi en guise d' »honneur national ». La police se prépare à contrer toute provocation ou violence potentielle. Dans une déclaration mercredi, Lehava a indiqué que ses militants se rendront à la Porte de Damas de la Vieille Ville pour protester contre les récentes violences à l’encontre des Juifs.

Le chef de Lehava, Bentzi Gopstein, a déclaré dans ce communiqué qu’ « au lieu de porter un coup fatal au terrorisme et d’amener les Arabes à réfléchir mille fois avant d’oser lever la main sur un Juif, la police fait preuve d’une faiblesse sans précédent, ce qui ne fait qu’alimenter la terreur et la faire croître. »

Il a également déclaré que les membres de Lehava marcheraient vers la Porte de Damas avec « des drapeaux israéliens et beaucoup de fierté juive, sans peur. »

Une foule juive ultranationaliste se rassemble près de la station de la rue Jaffa du tramway de Jérusalem, le 19 avril 2021. (Capture d’écran/Twitter)

Selon la Douzième chaîne, la police prend la manifestation prévue très au sérieux et prévoit un déploiement en force dans la zone pour prévenir toute violence.

Lehava s’oppose aux mariages mixtes et à l’assimilation des Juifs et des non-Juifs, ainsi qu’aux droits des LGBT, et tente d’étouffer toute activité publique des non-Juifs en Israël, y compris les événements de coexistence. Des élus de tous bords politique ont tenté de le désigner comme un groupe terroriste.

Selon un rapport du site d’information Mynet Jerusalem, de jeunes extrémistes juifs prévoient de se présenter jeudi à l’extérieur de la vieille ville armés et organisent leurs actions sur un groupe WhatsApp.

Les membres du groupe ont reçu pour instruction d’attaquer autant d’Arabes que possible, selon le rapport, l’un d’entre eux ayant déclaré qu’il prévoyait d’apporter des coups de poing américains, du gaz poivré et un fusil à air comprimé.

« Qui veut venir ? » aurait-il écrit.

Des policiers montent la garde lors d’affrontements entre des Palestiniens et la police israélienne devant la Porte de Damas à Jérusalem, le 18 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Parallèlement aux tensions ethniques, Jérusalem a connu des affrontements réguliers au cours de la semaine dernière entre des résidents palestiniens et la police qui empêchait les Palestiniens de s’asseoir sur les marches de la Porte de Damas. Selon une tradition non officielle de Jérusalem, des milliers de Palestiniens s’assoient dans cette zone après les prières nocturnes du Ramadan.

La police a déployé des canons à eau et des grenades assourdissantes pour disperser la foule, tandis que des émeutiers ont lancé des pierres et allumé des feux d’artifice en direction des policiers.

Le mois sacré de l’islam est depuis longtemps une source de violence entre les jeunes Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...