Rechercher

Affrontements lors des funérailles d’un émeutier palestinien blessé au Mont du Temple

Selon la police israélienne, 6 policiers ont été légèrement blessés et au moins 15 Palestiniens ont été arrêtés ; selon le Croissant-Rouge, 71 personnes ont été blessées

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité israéliennes s'affrontent avec des Palestiniens après les funérailles de Walid al-Sharif, 23 ans, qui a succombé à ses blessures le mois dernier lors d'affrontements avec la police israélienne devant la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple, le 16 mai 2022 (Crédit: Photo d'Ahmad GHARABLI / AFP)
Les forces de sécurité israéliennes s'affrontent avec des Palestiniens après les funérailles de Walid al-Sharif, 23 ans, qui a succombé à ses blessures le mois dernier lors d'affrontements avec la police israélienne devant la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple, le 16 mai 2022 (Crédit: Photo d'Ahmad GHARABLI / AFP)

Des Palestiniens et des policiers se sont violemment affrontés lundi soir à Jérusalem-Est lors de la procession funéraire d’un Palestinien décédé après avoir été grièvement blessé lors d’affrontements sur le Mont du Temple le mois dernier.

Six policiers ont été légèrement blessés par des pierres lancées par des centaines d’émeutiers dans un cimetière près de la Vieille Ville de Jérusalem. Deux d’entre eux ont été transférés dans un hôpital voisin pour y recevoir des soins supplémentaires, a indiqué la police.

Le service de secours du Croissant-Rouge palestinien a déclaré que 71 Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes et des coups de matraque. Treize personnes ont dû être hospitalisées, dont deux touchées aux yeux, a-t-il précisé.

La police a déclaré avoir arrêté 15 personnes, mais les médias palestiniens parlent de 50 arrestations.

Des images montrent une pluie de pierres sur les officiers à plusieurs endroits du cortège funéraire. D’autres séquences montrent des cocktails Molotov lancés en direction de la police, qui a répondu par les mesures de dispersion en vigueur en cas d’émeutes. La police a déclaré que les émeutes ont eu lieu le long du cortège, dans le cimetière, et dans la rue Salah a-Din. Les Palestiniens ont également endommagé plusieurs véhicules au cours des affrontements et frappé plusieurs passants, a rapporté la police.

Dès le début des funérailles, une voiture a foncé sur des agents de la police des frontières qui sécurisaient le cortège, ont rapporté les forces de l’ordre israéliennes. Les agents ont tiré sur les roues du véhicule jusqu’à ce qu’il s’arrête. Les cinq Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur ont été arrêtés. Personne n’a été blessé lors de l’incident.

Des milliers de Palestiniens ont participé à la procession funéraire de Walid a-Sharif, 21 ans. Les Palestiniens ont déclaré qu’il était mort après avoir été touché par une balle à pointe molle lors des affrontements du 22 avril. La police a déclaré qu’il était tombé et s’était cogné la tête après avoir jeté des pierres.

Les autorités israéliennes ont rendu le corps d’a-Sharif à sa famille lundi soir et celle-ci a immédiatement entamé une procession en direction du Mont du Temple où une poignée de participants ont été vus brandissant des drapeaux palestiniens. « Avec nos âmes et notre sang, nous te rachèterons, martyr », scandait la foule.

Des photos de la scène ont montré l’ambulance transportant le corps d’a-Sharif  fenêtres brisées et pneus crevés. Les médias palestiniens ont affirmé que c’était le résultat des mesures de dispersion des émeutes prises par la police.

Il s’agit des deuxièmes funérailles à Jérusalem-Est qui ont dégénéré en violences en l’espace de quelques jours. Vendredi, le cortège de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh a fait la Une des journaux internationaux après que des policiers ont été filmés se précipitant sur le cortège, frappant les porteurs du cercueils au moment de sa sortie de hôpital en direction du cimetière, le faisant presque tomber au sol. La police israélienne a fourni une série d’explications sur son recours à la force le jour des funérailles, affirmant notamment qu’une foule de « 300 émeutiers » s’était emparée du cercueil à l’hôpital. Cette affirmation a été démentie par le frère de Shireen Abu Akleh dans une interview accordée au Times of Israel dimanche.

Des personnes en deuil portent le cercueil du Palestinien Walid a-Sharif, 21 ans, lors de ses funérailles dans l’enceinte de la mosquée Al Aqsa, au sommet du Mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem, le lundi 16 mai 2022. (Crédit: AP Photo/Mahmoud Illean)

Des affrontements et des troubles ont éclaté à la mosquée Al-Aqsa, qui se trouve au sommet du Mont du Temple, presque tous les jours durant le mois sacré musulman du Ramadan en avril.

La police a déclaré qu’a-Sharif faisait partie des jeunes masqués qui lançaient des pierres au moment de sa chute.

La police a publié des images de ce qu’elle a dit être a-Sharif, le visage couvert d’un keffieh à carreaux noirs et blancs, lançant à plusieurs reprises des pierres et des cailloux sur les forces de sécurité israéliennes.

Quelques heures après sa mort, le Hamas a déclaré qu’a-Sharif était un membre du groupe terroriste.

Le groupe terroriste palestinien Jihad islamique a publié une déclaration menaçant Israël à la suite de la mort d’a-Sharif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...