Rechercher

Agitation à la Knesset après l’arrestation d’extrémistes pro-implantations

Les personnes arrêtées avaient agressé des soldats et des Palestiniens ; des députés d'extrême-droite ont été exclus de la plénière et un huissier a été frappé accidentellement

Des échauffourées entre députés en séance plénière de la Knesset, le 2 mars 2022. (Capture d'écran)
Des échauffourées entre députés en séance plénière de la Knesset, le 2 mars 2022. (Capture d'écran)

La police a annoncé, mercredi matin, l’arrestation de plusieurs partisans du mouvement pro-implantations qui auraient attaqué des soldats israéliens et des Palestiniens, ce qui a entraîné des agitations à la Knesset, les députés s’interpellant les uns les autres en vociférant férocement. Un huissier a été accidentellement frappé.

Les huit suspects – qui sont tous étudiants dans une yeshiva installée dans l’avant-poste illégal de Homesh – ont été arrêtés pendant la nuit. Ils soupçonnés d’avoir agressé des soldats israéliens et des Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie, le mois dernier.

Selon la police, les suspects avaient tenté de franchir un checkpoint militaire mais les soldats leur avaient bloqué le passage. Les policiers ont ajouté que les résidents d’implantation avaient alors tenté de forcer le poste de l’armée, bousculant et agressant les troupes.

Ils auraient également attaqué des Palestiniens qui se trouvaient dans le secteur.

Deux des suspects avaient été blessés dans une fusillade terroriste meurtrière aux abords de Homesh au mois de décembre, selon des informations parues dans les médias israéliens.

Après avoir eu connaissance des arrestations et des perquisitions effectuées dans les habitations des suspects, à la fin d’une session nocturne de séance plénière, les parlementaires du parti Sionisme religieux d’extrême-droite ont commencé à hurler en signe de protestation, amenant le président du Parlement israélien, Mickey Levy, à ordonner que le député Simcha Rothman soit évacué de la salle.

« Vous avez perdu l’esprit. Vous êtes fou. Vous ne me menacerez pas », a riposté avec fureur Rothman à Levy alors qu’il était escorté hors de la séance plénière, où les agitations ont continué.

Les députés Bezalel Smotrich et Orit Strock, du même parti Sionisme religieux, ont suivi Rothman avant de commencer à invectiver Levy et le législateur de Yamina Nir Orbach depuis le couloir.

Les hurlements sont devenus d’une telle férocité qu’un huissier est intervenu pour tenter d’apaiser la situation, mais il a accidentellement reçu un coup de coude au visage et il est tombé au sol.

« Cette Knesset atteint de nouveaux records », a déploré un député qui n’a pas été identifié en se confiant au site d’information Ynet. « Le couloir, derrière la plénière, a toujours été un lien exempt de confrontation. Les membres de la Knesset y avaient des conversations amicales, normales, malgré leurs différences idéologiques. Mais ce qui s’est produit ce matin fait tomber la Knesset à son plus bas niveau ».

Le parti Sionisme religieux a blâmé le président de la Knesset pour l’incident, disant dans un communiqué que « le comportement brutal de Mickey Levy en séance plénière, ce matin, a établi un nouveau record ».

« L’usage de la force et l’expulsion sans précédent des députés Strock et Rothman simplement parce qu’ils avaient dit quelque chose que Mickey Levy n’avait pas apprécié sont à la fois illégales, grossières et tout cela relève d’une pratique dangereuse de harcèlement », a fait savoir le parti.

Le leader du parti Sionisme religieux Bezalel Smotrich s’exprime lors de la conférence annuelle à Jérusalem de la Vingtimème chaîne, le 16 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans un communiqué qui a suivi l’incident, Smotrich a pour sa part accusé Levy d’avoir transformé les huissiers à la Knesset en « milice privée dont le rôle est de réduire ses ennemis au silence ».

Il a été ultérieurement révélé que le neveu de Smotrich et le gendre de Struck se trouvaient parmi les individus qui ont été arrêtés.

Smotrich, à la tête du parti Sionisme religieux, a salué son neveu et a dénoncé une arrestation politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...